12 juillet 2016

Les 10 conseils utiles pour réussir son jeûne

1. Planifier et préparer pour jeûner :

Pour réduire les effets secondaires de la crise curative, il est important de bien préparer son jeûne.  Mieux vous vous préparez, et mieux vous traverserez la phase des 3 premiers jours que l’on appelle la crise curative.

« Le jeûne se prépare au même titre qu’un marathon ou une épreuve sportive. Une personne qui se lance dans un marathon sans préparation se montre peu respectueuse de son propre corps. Il en est de même pour le jeûne. »

Régulièrement, des personnes nous contactent pour nous informer qu’elles commencent un jeûne le lendemain ou qu’elles l’ont déjà commencé. D’autres s’inscrivent à un séminaire du jour au lendemain. C’est assez agressif pour le corps de jeûner du jour au lendemain sans préparation. Par conséquent, nous recommandons deux phases de préparation :

• Phase 1 :

Un mois avant le jeûne, faire un état de votre santé générale. Ce bilan permet de déceler votre niveau de toxémie et vos carences éventuelles. Le bilan consiste à examiner tous les critères de santé et si nécessaire, de faire une prise de sang.

Suite à ce premier bilan, nous vous proposons un réglage alimentaire et une détoxination des émonctoires (foie, reins, intestins).

Durant cette période, il est important de corriger les carences éventuelles et, si nécessaire, de reminéraliser le corps afin de gagner en vitalité. Cela peut se faire par l’apport d’aliments naturels comme les huîtres et les crudités variées bio ou la prise de compléments alimentaires naturels (Fortior, Calcior, Spirulina Corsa, Eau de Quinton…).

• Phase 2 :

Trois à deux jours avant le jeûne, réduire le nombre de repas et manger frugalement. Selon l’individu, prendre une alimentation riche en vitamines ou en fibres. Soit des jus d’ortie, de carottes, de légumes verts ; soit des purées de légumes, ou des potages de légumes verts ; soit un mixe des deux (jus de légumes et purée de légumes). Si vous craignez les douleurs liées à l’acidose, commencez à prendre de l’ERGYBASE chez Nutergia.

 

2. Restez zen et visualisez que tout va bien se passer pour accompagner la détoxination et le travail des émonctoires :

• Le jeûne peut faire peur. Il réveille des souvenirs anciens de disettes et de manques alimentaires. Rassurez-vous et dites-vous que tout va bien se passer. Au besoin, contactez-nous pour vous rassurer si vous sentez la peur vous envahir. La visualisation peut aussi se révéler utile pour bien vous y préparer mentalement. C’est normal d’avoir peur… la peur c’est l’envie de réussir… « Oui ce jeûne est merveilleux pour moi et ma santé s’améliore de jour en jour ».

 

« En abordant le jeûne avec une attitude positive et confiante le corps est dans de meilleurs dispositions pour détoxiner. Les muscles sont détendus et vous économisez ainsi du potentiel vital disponible pour vos émonctoires. En jeûnant dans la peur ou avec résistance, le corps se contracte ; vous êtes ainsi beaucoup plus fatigué et la détoxination est beaucoup plus lente. les émonctoires reçoivent moins de vitalité »

3. Soin des intestins en début du jeûne :

• Le premier jour ou le deuxième jour de jeûne, il est conseillé d’aider les intestins à se vider. Plus vite vos intestins se videront, plus rapide sera la détoxination.  La méthode que nous recommandons est le lavement du colon soigneusement réalisé. Il existe aussi l’hydrothérapie du colon à l’eau isotonique si vous n’êtes pas déminéralisé. Vous pouvez aussi utiliser le Chlorure de Magnésium avec parcimonie car, sur la durée, il détruit les reins et acidifie le terrain. Enfin, il existe aussi l’Axarola pour les personnes ne souffrant pas d’hypertension. Pour la pratique du lavement du colon, il faut utiliser une poche à lavement disponible ici : Poche à lavement.

 

« Selon les cas, il est bon de faire un lavement chaque jour durant le jeûne. Cela permet d’éliminer les toxines intestinales et d’allèger le travail du foie et des reins. En effet, les toxines absorbées au niveau des intestins doivent être éliminées par le foie ou les reins. »

 

4. Pourquoi se reposer durant votre jeûne :

• La vitalité économisée par le repos digestif doit être dispatchée sur les émonctoires pour permettre l’élimination des toxines. Si le jeûneur utilise cette vitalité à une activité physique intensive, ses émonctoires vont être spoliés de cette vitalité. Les bénéfices du jeûne en seront amoindris. Il est déconseillé de faire de  l’exercice physique (footing, randonnées longues) en jeûnant. Lors du jeûne, les muscles vont subir une autolyse et seront moins aptes à utiliser l’oxygène. la combustion du glucose ne se fera plus suffisamment en aérobie et l’organisme utilisera en compensation l’anaérobiose (utilisation du glucose par fermentation). Il y a des risques en pratiquant simultanément jeûne et exercices physiques soutenus.

• L’organisme est doublement fatigué par l’exercice et la protéolyse. En conséquence, il y aura davantage de production d’acide lactique et une moins bonne élimination de celui-ci d’où des crampes …

• Faire des exercices doux pour activer la circulation du sang et de la lymphe. Assouplissements, marche en conscience au contact de la nature, chi gong, relaxation guidée.

 » Des travaux internationaux ont démontré que les efforts soutenus des marathoniens, semi-marathoniens, cyclistes, skieurs de fond, etc… s’accompagnent d’une hausse de la perméabilité intestinale avec dysbiose (déséquilibre de la flore intestinale), perturbation de l’effet barrière, voire préquence de sang dans les selles. Cette souffrance intestinale est due (voir écosystème intestinal et santé optimale, Dr georges Mouton, Editions Pietteur Marco, Coll. Régurcence) à l’ischémie intestinale : lors d’un effort soutenu, le sang quitte la muqueuse entérique et colique pour être dirigé vers les muscles en travail. 

 

Mais les sportifs de fond et de demi-fond, dès le repas suivant, trouvent la glutamine qui va restaurer les entérocytes, et le butyrate qui va restaurer les colonocytes, la muqueuse se restaurant et se nourrissant non par voie sanguine mais par les nutriments puisés dans la lumière intestinale… Malgré cela, beaucoup de sportifs vont souffrir avec le temps d’entéropathie et de colopathie chronique.

 

Dans le cas d’exercices soutenus durant le jeûne, dix, quinze kilomètres de marche par jour, l’ischémie entérique et colique sera certes moins importante mais inévitable, et acquerra une gravité exceptionnelle car l’individu en état de jeûne ne peut trouver dans l’alimentation ni glutamine restaurant les cellules du grêle, ni butyrate restaurant les cellules du côlon. Les microlésions (ischémie), s’ajoutant jour après jour sans restauration possible de la muqueuse entéro-colique (jeûne), risquent de générer chez les individus fragiles des entéropathies et des colopathies chroniques. Chez les plus résistants, il y aura une altération de la fonction barrière de la muqueuse avec diminution importante de la fabrication des divers anticorps.

Robert Masson dans « Booster votre immunité ».

• Prendre soin de votre corps. Massages, bains chauds, Saunas, Bemer, Pediwell, Bol d’air Jacquier…
• Boire de l’eau à température du corps (37°). Cela permet d’économiser de la vitalité qui est alors disponible pour les émonctoires (le foie, les reins, les poumons, les intestins, la peau). Il est intéressant de boire une eau faiblement minéralisée (osmosée ou finement filtrée).
• Prendre soin de votre hygiène mentale et de votre hygiène émotionnelle. Méditation, ancrage au sol, contraction du périnée, vivre l’instant présent, accueillir ce qui se présente à vous, voir le côté positif…

 

 

5. La mauvaise haleine :

• La mauvaise haleine, les malaises vagaux, la tachycardie, la baisse de tension, l’augmentation des pulsations, les maux de têtes, les douleurs stomacales, les nausées, la chute de vitalité… Tous ceci et d’autres encore sont des symptômes que l’on peut rencontrer durant un jeûne.  Il existe des soins naturels pour vous y remédier.

Par exemple la mauvaise haleine : Si vous n’êtes pas allergique aux huiles essentielles : mettre sur votre brosse à dent, une goutte d’huile essentielle de citron, une goutte d’huile essentielle d’arbre à thé et une goutte de menthe poivrée.
1. Le citron, blanchit les dents et améliore les fonctions hépatiques.
2. L’arbre à thé améliore l’hygiène buccale.
3. La menthe poivrée améliore le goût.
Attention les huiles essentielles ont des effets puissants sur le corps. Ne pas dépasser la dose indiquée et ne pas en prendre plus de 10 jours de suite. Dans le cas de surdosage, utiliser l’huile d’amande douce pour nettoyer la peau et les muqueuses. Tester sur la peau avant pour vous assurer que vous n’êtes pas allergique.

6. Se faire accompagner en groupe au contact de la nature :

• Pour bien profiter de son jeûne, nous recommandons de se faire accompagner, notamment lors du premier jeûne. Vous êtes ainsi rassuré et vous comprendrez que l’état dans lequel vous vous sentez est tout à fait normal. Les autres personnes du groupe sont également un soutien, et des échanges riches  s’effectuent au sein du groupe. Parfois, on se fait des amis à vie avec ce type d’expérience.

7. Une reprise alimentaire en douceur :

• La reprise alimentaire doit être progressive et respectueuse de votre corps. La durée de la reprise correspond à la moitié de la durée du jeûne. Pour un jeûne de 6 jours, il faut prévoir 3 jours de reprise. Pour un jeûne de 21 jours, il faut prévoir 11 jours de reprise.

• La consigne est de commencer du plus liquide et d’aller vers le plus solide, du plus alcalin au plus acide. Il est donc conseillé de reprendre l’alimentation avec des jus de légumes fraîchement pressés et bien dilués, puis progressivement les concentrer…

8. Après le jeûne :

• Pour garder les bénéfices du jeûne, il est important de suivre un réglage alimentaire adapté à votre morphologie et votre activité professionnelle. Si vous réalisez des écarts ponctuels, vous avez la possibilité de jeûner le lendemain pour vous détoxiner et éliminer les excès de la veille.

• Durant le jeûne, des enseignements sur la diététique vous sont donnés, bien mis en application ils permettent de maintenir dans la durée les bénéfices du jeûne sur la santé.

 

 

9. Avant d’entreprendre un jeûne, assurez-vous que vous ne rentrez pas dans les contre-indications au jeûne :

Contre-indications au jeûne :

• Malades épuisés, dévitalisés, grands sous-vitaux anergiques

• Tuberculose pulmonaire

• La myopathie pseudo-paralytique grave

• Diabète maigre, type 1

• Grande faiblesse avec insuffisance émonctorielle

• Phobie du jeûne

• Néphropathies

• Carence sévères en potassium et sodium

• Malades sous médications chimiques lourdes (voir selon les cas)

• Grossesse (voir selon le cas)

 

10. Le jeûne est recommandé :

Pour la plupart des maladies chroniques. Comme le disent les allemands : « La maladie qui ne peut pas se soigner par le jeûne ne peut se soigner avec rien d’autre». Sur WWW.jeunerpoursasante.fr vous trouverez une liste plus complète de maladies soignées par le jeûne avec des témoignages de jeûneurs.

 

Quelques exemples : infections chroniques, fibromyalgie, cancers, tumeurs, kystes, mastoses, fibromes, ulcère gastrique, acné, eczéma, psoriasis, cholestérol, hypertension, bouffées de chaleur, règles douloureuses, dépression, asthme, allergie, arthrose, tendinites, polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite, excroissances, maladie du foie, diabète du type 2, insomnie, ballonnements, cellulite, surpoids, dépendances (cigarette, alcool, aliments), incontinence urinaire, jambes lourdes, mycose, migraine, stress, zona, varices, rides, impuissance, aphtes…

Depuis 2011, nous avons eu le plaisir d’accompagner plus de 1000 personnes au jeûne. Nous sommes toujours assi émerveillés des transformations tant physiques que psychiques qu’apporte le jeûne. Moi-même atteint de maladies chroniques (rhinite allergique, cholestérol, triglycéride, mycose, verrues, désordres intestinaux, maux de têtes réguliers, insomnie, humeur irascible), le jeûne et l’hygiène alimentaire m’ont permis de retrouver une parfaite santé.

Depuis le début de cette activité, j’ai le plaisir de voir de nombreuses personnes sortir de leurs maladies chroniques tel que cancers, fibromyalgie, allergies, arthrose, dépression, sciatiques, tendinites, eczéma…

 

Nous souhaitons que chaque être humain ose dire « OUI ! » au jeûne  dans son hygiène de vie et découvre l’allégresse de vivre un esprit sain dans un corps sain.

9 réactions sur “Les 10 conseils utiles pour réussir son jeûne

  1. Bonjour et un grand merci pour ces conseils. Je suis à mon 11ème jour de jeûne et bien que sachant les effets indésirables possibles, je me demandais pourquoi (depuis 3 jours) au moindre effort, j’étais si essoufflée et faible. J’ai fait une longue marche (10km) ce week-end et je sentais mon cœur s’emballer à chaque petite montée. J’ai pris le temps de me reposer à chaque pas difficile. Et depuis lundi (nous sommes mercredi), je me traîne comme une carpette (si tant est qu’une carpette puisse le faire !). Mon mari s’inquiète et souhaiterait que j’arrete ce jeune. J’ai prévu de le faire durant 21 jours. Cela fait des années que j’y pense et que je me documente et la période était propice. Je travaille à mon propre compte, à la maison, donc il m’est facile de me reposer. J’aurai 50 ans cette année et je suis en relative bonne forme. Je suis rarement malade. Je mesure 1.70m et ne me demandez pas mon poids, je ne me pèse plus depuis des années ! Je me fie à mes vêtements qui, ces temps-ci me serraient il est vrai ! J’ai donc des réserves dans lesquelles mon corps peut puiser. ^^
    Il est vrai que c’est mon premier jeûne, mais je me sens capable de continuer. Qu’en pensez-vous ? Dois-je rassurer mon mari et arrêter au vu de cette fatigue ? Ou puis-je espérer une amélioration rapide ?
    NB : Je bois peu car cela me donne envie de vomir. La seule eau que je bois avec plaisir est une eau pétillante fraîche que je bois toutefois à petite gorgée (san Pellegrino). Hier j’étais tellement mal que je me suis autorisée un bouillon de poireaux-échalottes non salé, qui m’a fait un bien fou. Autrement, c’est eau du robinet magnétisée (méthode Dr Emoto). 🙂 Voilà, je vous ai à peu près tout dit afin de vous permettre d’avoir une vue d’ensemble ! Merci 1000 fois !

    1. Bonjour Lenaik,
      c’est une grave erreur de faire subir à son corps 10 KM de marche au 11ième jour de jeûne. Je vous recommande de vous reposer. Vous trouverez sur les liens plus bas plus d’explications sur comment bien jeûner. Par ailleurs le jeûne est intéressant si l’hygiène alimentaire est en place.
      Jeûne et randonnées
      Comment bien jeûner
      Les 10 conseils utiles pour réussir son jeûne.
      Enseignement sur le jeûne

      Bonne journée,
      Eric

  2. Bonjour Eric,vendredi dernier ,le ciel m’est tombé sur la tête;on m’a découvert un méningiome.IRM demandé suite à des vertiges.Il n’est pas sûr que les vertiges viennent du méningiome.Je dois consulter un neurochirurgien pour savoir si je dois me faire opérer ou pas J’ai 66 ans et le méningiome est une tumeur qui grossit lentement.Mais avant cette opération ou pas,j’aimerai faire un jeune au mois d’avril,je n’ai aucune contrainte ce mois là,pas de repas de famille ou autres .Est ce que je peux vous demander un accompagnement dans ce cas.Il m’est difficile de faire une semaine de cure de jeune avec vous car mon mari a des soucis santé,et pas emballé pour l’instant pour faire un jeune ,donc je préfère rester chez moi.Je pense que dans mon cas je devrais faire un jeune long.
    Marie

    1. Oui Marie, nous pouvons vous proposer un accompagnement à distance. Nous sommes organisé pour cela. Si vous souhaitez en discuter merci de me transmettre votre numéro de téléphone pour en discuter. La préparation et le suivi de la première semaine est à 450€, puis pour toute semaine additionnelle c’est 250€. Vous pouvez aussi opter pour juste un accompagnement partiel à 150€.
      Voir ici pour l’accompagnement partiel: https://www.jeunerpoursasante.fr/sante-naturopathie/
      Nous avons aussi un DVD de 6 heures avec des liens vers les symptomes cliniques pour le suivi du jeûne. En vente ici :https://www.jeunerpoursasante.fr/produit/enseignement-dune-semaine-de-jeune-6-heures-de-formation/
      Bonne journée,
      Eric

  3. Bonjour,
    J’ai fait pas mal d’excès alimentaires ces derniers temps. Je pensais faire 5 jours de soupes (légumes verts, frais et bio) avant de commencer un jeûne de 10 jours. Croyez-vous que c’est suffisant pour une phase pré-jeûne?
    Enfin, je pensais faire une séance de sauna quotidienne pendant la phase de jeûne. Est-ce recommandé?
    Je sais que vous ne recommandé pas le sport durant cette phase mais faire à un rythme très léger un peu de vélo épileptique (30 minutes par jour) est-ce bon?
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Cordialement
    TM

    1. Bonsoir Thibaut,
      Oui c’est mieux que rien. Idéalement il faut faire une réforme alimentaire pour justement ne plus faire d’excès.
      Oui pour le sauna, sauf si vous vous santé faible. Le sauna peut-être à l’origine de malaise vagal durant un jeûne alors allez-y progressivement et arrêter si vous vous sentez faible.
      Je déconseille fortement le sport durant le jeûne. Vous pouvez néanmoins faire des étirements, du yoga, du Chi Gong de la méditation, des massages. Tout ce qui peut aider à vous connecter à votre corps et à améliorer le corps énergétique.
      Bonne soirée,
      Eric

  4. Bonsoir Eric,

    Je me suis fracturee le 5eme metatarse il-y-a 3 semaines et je suis en arret maladie pour la premiere fois de ma vie Je me suis dit que c’ etait le bon moment pour essayer un jeune hydrique de 3 jours qui me trottait en tete depuis un moment deja car je ne serai pas sous tension latente par rapport au travail, aux enfants etc…J’ ai deja fait 2 cures de detox avec fruit unique sur 3 jours ces 2 dernieres annees ainsi que 2 jeunes de 36h environ ces 2 dernieres semaines (par rapport a la lune 🙂 . J’ ai lu des articles sur le fait que jeuner pendant la consolidation des os etait conseille et d’ autres articles pretendant le contraire…Je me pose donc la question car je n’ aurai plus la possiblite de pratiquer un jeune de 3 jours dans un futur proche dans des conditions similaires de repos et mental et physique. Je me sens prete psychologiquement … Je ne fume pas, je suis sportive et je n’ ai pas une alimentation vraiment desequilibree. Quelle est votre opinion a ce suiet s’ il vous plait ? Merci de votre retour, amities, Patricia

    1. Bonjour Pattyc

      Oui en effet le jeûne est très bon. il aide à cicatriser plus rapidement et améliore la consolidation des os. je parle d’un jeûne hydrique. Un jeûne aux fruits acides peut lui vous déminéraliser et nuire à la consolidation des os.

      Merci d’oser le jeûne.

      Eric

Laisser un commentaire