4 janvier 2019

Emmanuelle: retrouver la joie de vivre avec le jeûne.

Emmanuelle vient jeûner pour se sortir des relations négatives et ainsi perdre du poids. Elle en ressort ravie et est prête à continuer, encore et encore, le jeûne.

La semaine de jeûne d’Emmanuelle.

Eric GANDON : « Comment ça va ? »

Emmanuelle : « Aujourd’hui, je pète la forme. J’ai une énergie en fin de jeûne, et en fin de séjour, d’abord grâce au jeûne. J’ai jeûné 7 jours, sans manger, qu’à l’eau. Avec un groupe, et l’énergie du groupe aide à tenir. »

Un premier jeûne ?

Eric GANDON : « C’est la première fois que tu jeûnais ? »

Emmanuelle : « C’est la troisième fois. La première fois, c’était un jeûne en solo, la deuxième, c’était un jeûne en randonnée, mais c’était la première fois qu’il y avait des ateliers tournés autour de l’énergie. Pour moi, l’énergie de groupe, c’est très important, ça donne une énergie personnelle décuplée. »

Eric GANDON : « Ça t’a plu cette semaine ? »

Emmanuelle : « Génial, je reviendrais. »

La raison de ce jeûne.

Eric GANDON : « Pourquoi tu fais ça ? »

Emmanuelle : « Je fais ça, car j’ai des problèmes de relation que j’ai eu avec des personnes, et je me suis réfugiée dans la nourriture, donc j’ai pris beaucoup de kilos. J’ai voulu solutionner ça, donc le jeûne m’a aidé. C’était des relations négatives, une accumulation. J’ai pris beaucoup de poids, je savais qu’il fallait que je jeûne pour retrouver l’énergie et me décharger de tout ça, et retrouver cette forme psychique que j’avais complètement perdu. »

Des améliorations suite à cette semaine de jeûne hydrique ?

Eric GANDON : « Tu vois une différence ? »

Emmanuelle : « Je me sens en forme, et je me sens hyper positive, je suis boostée. Je suis prête à affronter, mais j’ai un peu peur de me retrouver du jour au lendemain dans un autre contexte. »

Le lieu et la forêt, ce qu’Emmanuelle a apprécié.

Eric GANDON : « Le lieu t’a plu ? »

Emmanuelle : « Le lieu s’y prête bien, mais parfaitement, on n’est pas pollué par des antennes, des voitures, des bruits environnants. Ça permet de se ressourcer, il y a une forêt génial. »

Eric GANDON : « Le rocher des amoureux, ça t’a plu ? »

Emmanuelle : « Oui, ça m’a marqué ça. J’ai glissé dessus, j’ai chuté. Le lieu s’y prête bien. Pour en revenir au jeûne aussi, j’ai fait 8 jours, mais maintenant, je compte passer une étape supérieure, faire un jeûne de 25 à 40 jours, c’est ma prochaine étape. »

Eric GANDON : « Tu vas faire comme Jésus ? »

Emmanuelle : « Je ne sais pas, je ne m’identifie pas forcément à ça, mais faire une longue durée pour aller au plus profond de moi. Ce n’est pas forcément physique le jeûne, le physique, c’est en second plan. Mais surtout me démultiplier toute cette énergie qui est enfouie, toutes ces émotions qui sont cachées. On enlève des pelures en fait. J’en ai enlevé une bonne partie, mais je dois encore travailler sur ça. »

Ce qu’Emmanuelle a aimé durant sa semaine.

Eric GANDON : « Qu’est-ce qui t’a marqué aux ateliers ? »

Emmanuelle : « Les dés de la destinée. Ça fait sortir beaucoup d’émotions. Je ne connaissais pas, ça fait sortir beaucoup de choses, et des éléments qui match avec ce que l’on est, d’où l’on vient, travailler ça en groupe, c’était chargé en émotion. »

Cependant, une bonne santé physique.

Eric GANDON : « Génial, et au niveau de la santé physique, tout allait bien ? »

Emmanuelle : « Oui, super. J’étais équilibré, si ce ne sont les quantités, mais je n’ai aucun soucis. Je suis en bonne santé. Je veux également retrouver une confiance, je n’avais plus de confiance, je m’étais réfugiée dans la nourriture et c’était pathétique. »

Eric GANDON : « C’est sortir de ta dépendance liée à la nourriture. »

Emmanuelle : « Voilà, mais la nourriture est la conséquence de tout ce mal-être. Merci Eric. »

 

A voir également :

Planning des cures

Bienfaits du jeûne sur la vitalité.

Nous contacter ?

Laisser un commentaire