Merci pour vos réponses au questionnaire de santé et bravo d’oser dire OUI au jeûne !

Vous trouverez sur la vidéo ci-dessous une synthèse sur les grandes lignes de l’hygiène de vie telle que nous la concevons à « Jeûner pour sa santé » pour préserver sa santé, l’améliorer ou la retrouver. Vous connaissez peut-être déjà la plupart de ces recommandations et vous allez peut-être en découvrir de nouvelles. Elles ne sont pas obligatoires pour pouvoir jeûner, mais bien suivies elles permettent de jeûner plus confortablement et de maintenir, dans la durée, les effets obtenus par le jeûne.

Chacun est différent, aussi respectez votre rythme, mettez les choses en place dans le respect de vous-même. Pour certains, il est plus difficile de mettre en place le réglage alimentaire et nous vous conseillerons pendant le séminaire pour ancrer les bonnes habitudes adaptées à chacun. Faites-vous confiance, vous avez des ressources.

Les trois paradigmes sociétaux à transformer pour préserver sa santé : 

Une bonne digestion pour une meilleure détoxination naturelle :

  • Supprimez  les inhibiteurs de digestion de votre alimentation : miel, sirops, confiture, aliments recuits…
  • Supprimez  les fruits crus et jus de fruits des repas et consommez-les isolément :
    – pour les personnes non frileuses : au petit déjeuner et/ou au goûter à 17h30
    – pour les personnes frileuses : à 17h30
    – pour les personnes très frileuses : enlever totalement les fruits crus et jus de fruits de votre alimentation.
  • Mangez frugalement et mastiquez longuement. Prévoir moins en quantité et ne pas se resservir. Mangez dans le calme et en conscience, centrez sur votre nourriture, évitez de manger devant la télévision. Ecoutez ici une émission de radio sur la mastication et la santé.
  • Les produits laitiers bovin et caprin (lait, yaourt, fromage) sauf le beurre bio au lait cru, sont indigestes. Ils intoxinent le corps et nous recommandons :
    – pour les personnes en bonne santé et sans intolérance : possibilité de consommer une fois par semaine du fromage, un laitage ou un gâteau contenant du lait
    – pour les personnes malades, supprimer totalement les produits laitiers.

Vous pouvez remplacer le lait par le lait d’avoine, de riz, de millet, d’amandes, etc… Idem pour les crèmes de cuisine.

Manger sain et équilibré :

  • Des aliments locaux uniquement bio et frais. Si vous n’êtes pas convaincu(e) plusieurs documentaires sont à votre disposition ici : La santé par l’alimentation.
  • La triade à chaque repas principaux : crudités variées + féculent + protéines animales. Les légumes cuits ne sont pas indispensables mais les légumes crus le sont. Pour comprendre notre position sur les protéines animales, voir la page disponible ici : Protéines animales.
  • Également cette page : Pourquoi manger des protéines animales ?
  • Évitez les produits à base de soja. Pour comprendre voir plus de détails ici : Le Soja.
  • Ne pas cuire au micro-ondes. Voir ici pour les ondes : Les ondes et la santé.
  • Évitez les conserves et les produits emballés dans du carton et plastique. Pour comprendre voir cette vidéo : Les emballages sont-ils toxiques?

Corriger les carences nutritionnelles les plus fréquentes, dont les symptômes sont la fatigue, l’insomnie, la spasmophilie, l’eczéma, l’anxiété, la perte de libido, la chute de cheveux, l’anémie, l’hypotension, la déprime…

  • Consommez des oméga 3 : les oméga 3 sont essentiels pour notre peau, nos neurones, nos artères, la  paroi intestinale. Il faut en apporter tous les jours. Notre alimentation actuelle est en moyenne 5 fois moins riche en Oméga 3 que celle de nos ancêtres. Une carence en Oméga 3 favorise les Eczéma, les inflammations, la dépression. Prenez soit (et/ou) 5 noix par jour, des poissons gras en marinade, des œufs à la coque de poules nourries à l’herbe, du beurre au lait cru, des huîtres, des légumes verts crus, ou complémenter avec Neuromer… Plus sur les Oméga3 ici: Oméga3.

Corriger les carences en exercices physiques et l’hypoxie :

  • Pratiquez un sport intensif quotidien de 15 à 30 minutes. Allez jusqu’à l’essoufflement. Un sport quotidien est préférable à une ou deux heures de sport par semaine. Voir plus ici : un coureur vit plus longtemps qu’un inactif.
  • Allez au contact de la nature tous les jours. Oxygénez-vous et faites des respirations profondes.

 

Tester le jeûne sur des courtes durées :

  • Supprimez un repas : soit le petit déjeuner, le déjeuner ou le dîner.
  • Mettez en place un, voire deux jours, de jeûne hydrique (uniquement de l’eau) par semaine.
  • Si les réserves pondérales le justifient, jeûner un jour sur deux. Jeûner un jour sur deux régule votre tension artérielle et augmente votre potentiel intellectuel de 30%. Pour plus de détails cliquer ici :  Jeûner pour optimiser les capacités intellectuelles.

Sérénité de l’esprit et respect de soi :

  • Entretenez les pensées et les émotions positives. Si vous doutez de l’effet de la pensée sur la santé, voir les vidéos de cette page :  La santé par la pensée.
  • Faites une activité de détente ou d’introspection : méditation, yoga, sophrologie, écouter l’enseignement de maîtres : Ici un exemple : Somasheka, de la colère à la paix.
  • Visualisez la santé que vous voulez obtenir. Dites-vous « Ma santé s’améliore de jour en jour et mon jeûne se passe merveilleusement bien ». Ayez confiance en vous et en votre potentiel. Nous vous aiderons, lors d’ateliers sur l’hygiène émotionnelle, à mettre en place vos pensées créatives et créatrices.
  • Vous pouvez soutenir votre sérénité et sommeil en vous minéralisant. Voir ici Zenfor.

Aider le foie et limiter les effets de la crise curative du jeûne :

  • Soutenir le foie, la peau et les reins avec ortie, bardane, pissenlit. A prendre 3 semaines avant le jeûne. Une cuillère à café dans de l’eau 10 minutes avant chaque repas. Voir plus ici: Ortie, Bardane, Pissenlit.
  • Pour soutenir les émonctoires, ralentir le vieillissement, diminuer la tension artérielle. Trois gélules par jour aux repas de TOP VIE+.
  • Pour réduire les douleurs du bas du dos et de l’estomac, commencer 5 jours avant le jeûne et continuer durant le jeûne, 4 à 6 gélules par jour de DOLONATURE: Dolonature
  • Potentialise l’effet de DOLONATURE, diminue la fatigue du jeûne. 25 à 100 gouttes par jour dans de l’eau de cassis bourgeon Gemmobase: CASSIS BOURGEON.
  • Si vous souffrez d’insomnie, nervosité, spasmophilie vous pouvez remplacer le Dolonature par Zenfor qui agira en plus sur le sommeil. Zenfor .

Retrouver un enseignement sur les compléments alimentaires ici. Comment choisir son complément alimentaire.

Page en construction, bientôt ici une explication sur pourquoi garder les féculents aux repas?

 

 

 

 

Le citron acide ou basique ?

Est-il bon de prendre du jus de citron ?

Dans cet article et cette vidéo je vous explique :

  1. Pourquoi ne pas prendre de jus de citron si vous êtes une personne frileuse ou souffrant de maladie de Raynaud ou d’ostéoporose ou d’hypotension.
  2. Pourquoi prendre le jus de citron seul ou avec un fruit au petit déjeuner ou à 17h30.

 

Vidéo le jus de citron du matin :

Expérience de l’os de poulet dans le jus de citron.

Immergez un os de poulet dans un jus de citron. Prenez le PH de la solution au départ de votre expérience vous observez que la solution est très acide, puis testez à nouveau le PH 3 jours après, le jus a perdu de son acidité. Votre solution s’est basifiée. Observez comment a évolué l’os de poulet. L’os est devenu mou. Que s’est-il passé ?

L’acidité du citron a provoqué une déminéralisation de l’os, la solution a perdu de son acidité et l’os a perdu ses minéraux. Les minéraux de l’os sont venus équilibrer l’acidité du citron. C’est comme cela que certains expliquent que le citron basifie. Mais ils n’expliquent pas comment et à quel prix pour votre corps. Si l’acidité du citron produit cet effet sur un os, quel est l’effet dans notre corps ?

Pour le corps humain l’effet du citron dépendra de l’individu. On pourra néanmoins considérer deux catégories d’individus.

 

Pour faire simple je dirais les « non frileux » et « les frileux » :

Les non frileux, que Robert Masson appelle les acido-neutralisant par oxydation, sont ceux qui ont toujours trop chaud, ils peuvent se promener dehors en hivers en chemise, ils n’ont pas froid. Ils ont besoin de fenêtres ouvertes ou de la ventilation froide en permanence. Ils recherchent la fraîcheur. Ils sont souvent en surpoids et développe facilement des inflammations, de l’hypertension, du diabète. Ils ont parfois des facultés de magnétiseurs. Ils sont en général peu soucieux et rassurant pour leur entourage.

Les frileux, que Robert Masson appelle les acido-neutralisant par déminéralisation, sont ceux qui sont plus frêles, plus minces, le teint pâle, la peau fine, petites oreilles, petites lèvres, petit nez. Ils aspirent à être bien couvert et bien au chaud. Ils n’aiment pas le froid. Ils peuvent développer facilement la maladie de Raynaud, l’ostéoporose, l’hypotension, des caries dentaires, des tendinites.

Pour le non frileux, le jus de citron du matin ou le vinaigre le matin sera bénéfique. L’acidité du citron leur apportera la fraîcheur qu’ils cherchent. Leur tension sera mieux équilibrée. Le citron aidera à détoxiner le foie et à faire baisser les inflammations. Le non frileux arrivera à équilibrer l’acidité du citron sans risque de déminéralisation.

Pour le Frileux c’est tout autre chose. Le jus de citron aggrave leur frilosité et provoque une déminéralisation.  Si notre frileux insiste à prendre le jus citron et fruits crus acides sur une longue durée il peut alors développer de l’ostéoporose, des caries dentaires ou la maladie de Raynaud.

 

Digestion du citron dans l’intestin grêle :

Par ailleurs le citron étant un fruit, il ne se digère pas dans l’estomac mais dans l’intestin grêle. Le jus de citron devra être pris seul ou avec des fruits crus, soit au petit déjeuner soit au goûter. Voir plus ici sur la digestion des fruits crus.

 

Quand prendre le jus de citron ?

Si vous êtes une personne frileuse je recommande de ne jamais prendre le jus de citron en hiver ou lorsque vous avez froid. Si vous en prenez, privilégier l’été et 17h30 avec ou sans fruit cru. Au niveau chronobiologie, 17h30 est le moment de la journée où le corps à le plus de vitalité et le plus de capacité à équilibrer l’acidité du citron. Pour les sportifs, c’est à 17h30 que les records du monde sont battus.

La nature a bien fait les choses, les fruits poussent aux périodes de l’année où il fait chaud.

Si vous n’êtes pas frileux ou que vous souffrez d’hypertension, le jus de citron pris seul ou avec un fruit cru vous sera très profitable. Il vous aidera à baisser la tension et vous rafraîchira.

 

Qu’en est-il des marinades de poisson et du jus de citron sur les crudités ?

Pour les marinades, la solution deviendra moins acide car le poisson aura équilibré l’acidité du citron notamment si vous laissez un peu d’arêtes. Elles deviendront molles et inoffensives et elles auront contribué à alcaliniser le citron.

Pour les crudités vous pouvez mettre quelques gouttes de citron pour assaisonner, c’est tout à fait acceptable car négligeable en quantité.

 

ÉQUILIBRE ACIDO-BASIQUE ET ALIMENTATION par Robert Masson

Comment l’organisme régule-t ’il l’équilibre acido-basique ?

Essentiellement, mais non exclusivement, par trois mécanismes :

  1. Par la production de bicarbonates-tampons au niveau de l’intestin grêle et du colon assurant la charge tampon bicarbonatée du plasma pouvant absorber rapidement une charge acide.

Tout excès de fibres alimentaires, toute forme de mal digestion (grignotage, suralimentation, inhibiteurs de digestion, aliments indigestes, etc.) générateurs de diarrhée chronique, peut avec le temps favoriser la baisse du pH plasmatique par carence d’apport en bicarbonates.

Plus rarement, des vomissements répétés (mal digestion, pompage gastrique, certains médicaments) par perte acide pourront créer l’alcalose plasmatique.

 

  1. Par régulation pulmonaire :
    • Les poumons éliminent rapidement la surcharge en CO2 acide au prix d’une hyperventilation, le pH remonte vite.
    • Tout manque aigu en apport d’oxygène, intoxication par le CO2, hypoxémie aiguë, état de choc, intoxication lactique de l’épuisé sportif, … vont créer une acidose lactique par hypoxie.

 

  1. Par régulation rénale : les bicarbonates, filtrés par le glomérule rénal, sont réabsorbés par le tube proximal et le tube distal, créant continuellement de nouveaux bicarbonates.

Tout ce qui peut altérer le rein au long cours, notamment les intoxications tabagiques, alcooliques et médicamenteuses, pourront créer une acidification du plasma.

 

L’alimentation peut-elle perturber l’équilibre acido-basique ?

Les aliments protéiques animaux, viandes, poissons, œufs, fruits de mer seraient une cause d’acidification du plasma.

Qu’en est-il dans la réalité ?

Internationalement, les biologistes et les nutritionnistes estiment que la ration normale doit être d’un gramme de protéines par kilo corporel et par jour soit 70 grammes de protéines pour un individu de 70 kilos.

  • Un gramme de protéines s’obtient par cinq grammes d’aliments protéiques.

 

  • 70 grammes de protéines équivalent donc à 350 grammes d’aliments protéiques soit par exemple 175 grammes de viande ou œufs le midi + 175 grammes de poisson ou fruits de mer le soir.

Ces apports ne peuvent en aucun cas acidifier car :

  1. De l’hydrolyse digestive des protéines résultent des aminoacides dont 50% ont une fonction acide et 50% une fonction basique.
  1. Au niveau cellulaire, le métabolisme des protéines produit approximativement par jour 30 grammes d’urée et ammoniaque basique et moins de 2 grammes d’acide urique.
  2. Les protéines du plasma sont aussi un système tampon antiacide

Les craintes des végétariens et des naturothérapeutes sont donc totalement infondées.

Les apports protéiques ne sont à diminuer que dans le cas de l’insuffisant rénal et ce, pour des raisons plus générales.

 

Cependant, la suralimentation protéique nous apparait comme éminemment nocive. Certaines personnes débutent leur repas par des charcuteries ou un plateau de fruits de mer, continuent par une viande ou un poisson + ensuite fromage, et terminent par un dessert aux œufs et au lait – soit cinq apports protéiques, midi et soir, donc dix apports protéiques par jour.

Dans ces conditions évidemment, avec le temps et le surmenage rénal, pourra se produire une réabsorption insuffisante des bicarbonates filtrés (tube proximal) ou une création insuffisante de bicarbonates (tube distal) donc une acidification du plasma.

 

Les farineux, les féculents, le saccharose :

L’hydrolyse digestive des diverses céréales et des tubercules (pomme de terre, manioc, etc) apporte à l’organisme minéraux, oligo-éléments, vitamines, amino-acides mais surtout et essentiellement du glucose, nutriment fondamental de la vie cellulaire.

L’hydrolyse digestive du sucre de canne complet apporte à l’organisme les minéraux de la canne mais surtout du glucose et du fructose résultant de l’hydrolyse du saccharose.

L’hydrolyse digestive du sucre de canne ou de betterave hyper-raffiné apporte du glucose et du fructose.

Le glucose et le fructose ne font pas varier le pH.

 

Pour certains nutritionnistes les céréales complètes et surtout intégrales (aucun raffinage) pourraient acidifier l’organisme car leur enveloppe est riche en acide phytique, déminéralisant. « L’acide phytique inhiberait l’absorption de divers cations (Zn, Cu, Co, Mn, Ca, Fe) en formant des sels insolubles (phytates). » Wikipédia

Le risque est hypothétique car l’acide phytique se combine au calcium intra-luminal (de l’intestin) pour former des phytates de calcium insolubles et éliminés par voie fécale. Il n’y a, dans ce cas, pas de risque d’acidification proprement dite mais pour l’organisme une spoliation calcique.

Les glucides farineux, féculents, et même le saccharose ingéré modérément en fin de repas ne sont pas nuisibles.

 

Par contre, le grignotage ou non-stop alimentaire (que je dénonce depuis les années 70) par « l’injection » répétée de glucose dans le plasma (6 à 10 fois par jour), et ceci en plus des « arrivées normales » de glucose dues aux repas, va induire un diabète de type 1 insulinodépendant en sollicitant quasi non-stop les cellules bêta des îlots de Langerhans du pancréas.

 

Si ce diabète tarde à être identifié ou n’est pas traité, l’organisme « utilise ses graisses » avec production de corps cétoniques. Et dans ce cas, le pH baisse très vite.

L’acidose métabolique s’installe et dès que le pH est < 7.10, c’est le coma ou pour le moins le collapsus.

 

LES FRUITS ET LES LÉGUMES

Les légumes feuilles (chou, batavia, laitue, pissenlit, etc) et les légumes racines (carottes, céleri, betterave, etc) n’apportent pas d’acides ou de façon insignifiante.

Les fruits amylacés (châtaignes, bananes) n’apportent pas d’éléments acides.

Les fruits secs (dattes, figues, pruneaux, etc), par la chaleur et la dessiccation, ont perdu l’essentiel de leur acidité.

Les fruits oléagineux (noisettes, amandes, noix, pistaches, sésame, etc) sont assez riches en protéines et très riches en minéraux, calcium, magnésium, potassium et oligo-éléments, ils ne sont pas acidifiants mais minéralisant.

Les fruits aqueux (oranges, ananas, pamplemousses, fraises, cerises, framboises, pommes, poires, etc) ont des teneurs variables mais en général élevées en acides citrique, tartrique, malique, etc.

Pour la plupart des auteurs, ces acides fruitariens ne présenteraient aucun danger et, magie du verbe, plus ils seraient acides, plus ils alcaliniseraient !

 

Comment alors expliquer que les crudivores ingérant 2 à 4 kilos de fruits par jour sont dans un état d’affaiblissement et de décalcification extrême : ils n’ont plus de dents (malgré l’absence totale de sucre et sucreries dans leur alimentation) ou sont atteints d’une carie spéciale (micro-poly-carie apparaissant « en pointillé » sous l’émail dentaire) et n’ayant rien à voir avec la carie due au saccharose.

 

J’ai passé 60 ans de ma vie à observer l’incidence des fruits sur la santé humaine et les théories et les modes ne m’influencent nullement…

Nous verrons plus tard, dans une ou deux décades, les « désastres » générés par la mode de 5 fruits et légumes par jour, tout au moins, chez certains types d’individus dont nous allons parler maintenant.

 

Métaboliquement, il y a deux types d’individus, à savoir :

 

A – LES ACIDO-NEUTRALISANTS PAR OXYDATION

Les individus sont « solides », résistant à la fatigue et au froid, ils aiment la vie, sont plutôt joviaux et hauts en couleur, ils ont une stature relativement ou franchement imposante en général.

Ces personnes neutralisent les acides citrique, tartrique, malique des fruits en gaz carbonique et en eau. Les acides sont oxydés sans problèmes, les fruits (apport de vitamines, polyphénols, sucres, fibres, etc) sont « tout bénéfice » pour eux.

 

B – LES ACIDO-NEUTRALISANTS PAR SPOLIATION MINÉRALE

Ces individus sont souvent peu résistants à la fatigue et ils redoutent le froid qui est leur pire ennemi. Le froid (aussi bien le froid sec mais plus encore le froid humide) crée chez eux des baisses de vitalité, des infections ORL et bronchiques. Ils sont le plus souvent assez maigres de constitution, ils sont plus attirés par le travail cérébral que par le travail physique… ils ne sont jamais « haut en couleur » mais plutôt assez pâles et leur sommeil laisse souvent à désirer…

Ces individus ont une capacité réduite pour oxyder les acides citrique, tartrique, malique, etc.…) des fruits

Les acides non oxydés vont être neutralisés, en associant aux acides fruitariens, un minéral calcium ou magnésium ou potassium (prélevé sur les os ou les dents).  Nous aurons ainsi :

  • ACIDE CITRIQUE + CALCIUM = CITRATE DE CALCIUM éliminé par voie urinaire
  • ACIDE CITRIQUE + MAGNÉSIUM = CITRATE MAGNÉSIUM éliminé par voie urinaire
  • ACIDE CITRIQUE + POTASSIUM = CITRATE DE POTASSIUM éliminé par voie urinaire

 

Même processus pour l’acide malique, tartrique, ou autres.

Ainsi : Le PH du plasma ne « varie pas », mais l’organisme se déminéralise.

Les systèmes tampons de « secours » sont utilisés par l’organisme lorsque les grands systèmes tampons d’apport de bicarbonates (intestin), d’élimination acide (poumon), de réabsorption et de création de bicarbonates (reins) sont insuffisants.

Ceci est souvent le cas des adolescents ingérant des QUANTITÉS FARAMINEUSES D’ACIDE PHOSPHORIQUE AVEC LES SODAS.

 

EN CONCLUSION :

Très peu de facteurs alimentaires peuvent faire varier le pH plasmatique à savoir :

 

  1. Une diarrhée chronique (ou excès de fibres ou mal digestion),

 

  1. L’acido-cétose par diabète de type I (non contrôlé) dû au non-stop alimentaire

 

  1. L’altération du rein par l’alcool, le tabac, certains médicaments, ou l’excès protéique (8 à 10 aliments protéiques /jour),

 

  1. L’ingestion massive et habituelle d’acide phosphorique par les sodas (adolescents),

 

  1. L’ingestion très importante de fruits aqueux chez l’acido-neutralisant par spoliation minérale.

 

L’acidification du plasma ne surviendra alors qu’en deuxième temps après la décalcification massive.

Pour ce cas précis, il faudra en plus du réglage alimentaire impératif, supplémenter l’alimentation avec un reminéralisant naturel et organique de haute valeur : soit CALCIOR (SND).

 

Pour en savoir plus sur la diététique personnalisée :

  • DIÉTÉTIQUE DE L’EXPÉRIENCE, Robert MASSON – Éditions TREDANIEL
  • Site Officiel de Robert MASSON : http://www.robertmasson.com/

 

 

 

 

 

Page en construction, bientôt ici une explication sur pourquoi ne pas consommer de restes et d’aliments réchauffés.

 

 

 

JEÛNE ET NEUROPLASTICITÉ POUR UN RETOUR A UN MODE DE VIE SAIN

4 maladies sur 5 sont des maladies d’intoxination. L’intoxination est le résultat de notre hygiène de vie : hygiène alimentaire, hygiène corporelle par l’activité physique, hygiène des émotions…

Le corps devient malade pour nous révéler ce qui est mauvais pour lui : dépression, Parkinson, Alzheimer, hypertension, diabète, cancer, allergie, eczéma, psoriasis…

Une fois les causes de la maladie identifiées, le changement de nos habitudes est crucial pour retrouver la santé.

Le jeûne est un excellent moyen pour réinitialiser le cerveau à son mode d’origine. Après le jeûne de longue durée (25 à 40 jours), il est plus facile de mettre en place un mode de vie sain et d’enlever toutes les mauvaises habitudes telles que les consommations d’alcool, de drogues, de cigarettes, de sucre, mais aussi la suralimentation et le grignotage…

La réinitialisation par le jeûne peut être facilitée par les techniques s’appuyant sur la neuroplasticité. Ces techniques vont venir potentialiser le « reset » effectué par le jeûne.

 

Ici une vidéo d’Alexandre, médecin, ayant vécu le jeûne de longue durée. Il fait une comparaison avec ses connaissances en addictologie et les cures de jeûne pour un retour à l’origine.

Ici un documentaire expliquant l’intérêt de la neuroplasticité.

Ici des praticiens de neurofeedback en France. Une technique qui s’appuie sur la neuroplasticité.

Praticiens en France de neurofeedback. www.neuroptimum.com

Pour votre santé, je vous recommande de ne pas acheter de la nourriture contenant du Glutamate Monosodique. Éviter également les cantines, la restauration rapide, les restaurants asiatiques qui utilisent le Glutamate Monosodique…

Ici un reportage « nous ne sommes pas des pigeons ». Vous comprendrez où se trouve le Glutamate et pourquoi il faut l’éviter.

 

L’additif alimentaire MSG (Glutamate Monosodique) : un poison lent. (Newsletter N°34 de Michel DOGNA)

Dans des centaines d’études à travers le monde, des scientifiques créaient des souris et des rats obèses pour les utiliser dans des tests d’études portant sur les régimes ou sur le diabète en les injectant avec du MSG dès leur naissance. Le MSG triple la quantité d’insuline que le pancréas sécrète.

Monique Carrière raconte : « Je suis allée dans ma cuisine et j’ai vérifié le garde-manger et le réfrigérateur. Le MSG était dans tout : Les soupes Campbell, les Doritos Hostess, les chips Lays assaisonnées, la garniture Ramen, le Hamburger Helper de Betty Crocker, la sauce gravy de Heinz, les repas préparés de Swanson et des sauces à salade Kraft, particulièrement les faibles en calories, etc. »

Le Glutamate monosodique MSG se cache derrière plus de 25 noms, tels que : Arôme Naturel « Protéine Végétale hydrolysée ».  En anglais, on trouve : « Accent », « Aginomoto », « Natural Meat Tenderizer (Attendrissant à Viande Naturelle) », etc. Il est choquant de voir jusqu’à quel point la nourriture dont nous nous alimentons – ainsi que nos enfants – chaque jour est imprégnée de cette substance.

Monique Carrière ajoute : « Nous avons commencé à demander aux restaurants quels articles du menu contenaient du MSG. Plusieurs employés ont juré qu’ils n’utilisaient pas de MSG.  Mais quand nous demandons la liste des ingrédients, la Protéine Végétale Hydrolysée est partout. Burger King, McDonald’s, Wendy’s, Taco Bell, TGIF, Chili’s, le Applebee’s et Denny’s utilisent le MSG en abondance. PFK – KFC (Kentucky fried chicken) a semblé être le pire contrevenant. Le MSG est dans chaque plat de poulet, sauce à salade et la sauce brune. Leur épice secrète contient du MSG ! »

John Erb, dans son livre « l’Empoisonnement Lent de l’Amérique », stipule que le MSG est ajouté à l’alimentation pour l’effet de dépendance qu’il provoque. « Je te gage que tu ne peux pas en manger qu’une seule (publicité des chips Lays)»,  prend une toute nouvelle signification lorsque l’on sait que le MSG est impliqué! Les fabricants eux-mêmes, admettent qu’ils rendent les gens dépendants à leurs produits, et entraîne qu’ils choisissent ces produits plutôt que ceux des compétiteurs. Non seulement il a été scientifiquement prouvé que le MSG provoque une dépendance comme la cigarette, mais il entraîne aussi  l’obésité.

Depuis son introduction dans l’alimentation américaine, le MSG a été ajouté de façon sournoise en de plus en plus grandes doses aux repas préparés, aux potages, aux casse-croûtes et aux menus de la restauration rapide.  La communauté de recherche médicale aussi bien que les manufacturiers en alimentation connaissent les effets secondaires du MSG depuis des décennies. 115 études médicales  mentionnées dans le livre de John Erb lient le MSG au diabète, aux maux de tête et migraines, à l’autisme, aux DADH et même à l’Alzheimer.

Source : Monique Carrière Ph.D. Département de réadaptation.
Faculté de médecine Pavillon Vandry, Local 4465 Université Laval  Ste-Foy (Québec) G1V 0A6 – Membre du Groupe de Recherche sur l’Inclusion sociale, l’Organisation des services et l’Évaluation en Santé Mentale (GRIOSE-SM) rattaché au CSSS de la Vieille Capitale et au CH Robert Giffard.

 

Corinne Gouget explique le Glutamate Monosodique

 

La vérité sur le glutamate monosodique

 

 

Nous recommandons d’enlever totalement de votre alimentation toute charcuterie et viande non bio. Si vous achetez bio assurez vous que c’est sans nitrite.

Comment se forment les Nitrosamines ?

Les nitrosamines se forment lorsque nous ajoutons du nitrite de potassium ou de sodium (E249, E250, E251, E252) à la viande ou à la charcuterie. Le nitrite se combine aux acides aminés de la viande pour former des nitrosamines.

Incidences des Nitrosamines sur la santé :

Les nitrosamines sont des composants problématiques, qui sont en lien avec des tumeurs dans le foie, les reins et le cerveau. Les nitrosamines endommagent l’ADN, provoquent la dégénérescence et la cancérisation des cellules. On parle de leucémie chez les enfants provoquée par les Nitrosamines. On estime que si les nitrites avaient été enlevés au moment des alertes lancées il y a 40 ans, des milliers de mort par cancer auraient été épargnés.

L’analyse d’un peu plus de 400 études épidémiologiques (études d’observation) a permis au Fonds Mondial de Recherche contre le Cancer (WCRF) de conclure que la consommation de charcuteries conservées au nitrite augmente le risque de cancer colorectal avec un niveau de preuve convaincant. Ce résultat est confirmé par l’Institut National du Cancer dans son dernier rapport de 2015. En moyenne, pour chaque portion supplémentaire de 50 g par jour, le risque augmente de 18 %. Prenant en compte ces données, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), recommande depuis fin 2016, de limiter la consommation de charcuteries conservées au nitrite à 25 g par jour (l’équivalent d’une demi belle tranche de jambon blanc), quantité au-delà de laquelle l’augmentation du risque est statistiquement significative.

Les nitrosamines sont classées substances cancérigènes par l’OMS.

 

Pourquoi rien n’est fait pour en avertir les consommateurs ?

Ce phénomène est connu par les scientifiques depuis plus de 40 ans mais déjoué par les puissants lobbies de l’industrie alimentaire qui utilisent les mêmes stratégies et intervenants que l’industrie du tabac à son époque. Des milliards d’euros sont investis en communication et en salaire pour faire dire à des scientifiques corrompus que les nitrites sont indispensables pour la santé publique ou pour mettre en doute les études des scientifiques intègres.

 

Retrouver ici dans cash investigation :

On retrouve ici des expériences réalisées sur des humains démontrant l’effet des nitrites sur la santé des cellules. Le professeur Théo Decoque de l’université de médecine de Maastricht explique que lorsque l’on met en contact les nitrosamines avec des cellules, on observe la destruction de l’ADN des cellules. On retrouve également un industriel qui n’utilise pas de nitrite depuis plus de 15 ans, il observe aucune contamination bactérienne.  On voit également que le consommateur non averti préfère la viande et la charcuterie conservées au Nitrite car plus rouges et plus roses. L’industrie s’évertue depuis 40 ans à garder la conservation des protéines animales avec le Nitrite car c’est ce que préfère le consommateur non averti.  Pourtant les études et recommandations d’expert contre l’utilisation des nitrites pleuvent.

Manger bio suffit-il pour écarter les nitrites ?

Manger bio n’est pas suffisant. Même dans le bio le nitrite peut être utilisé. Aussi demandez à votre boucher et charcutier bio si sa marchandise est sans nitrite. Lisez avec attention les étiquettes.

Pour éviter la consommation de nitrites, évitez d’acheter les aliments avec l’additif. E249, E250, E251,E252, nitrite de sodium, nitrite de potassium.

Page en construction. Bien ici une explication de pourquoi pour notre santé nous devons quitter les aliments fabriqué et conditionnés en usine et aller vers une cuisine maison et bio.

Je recommande d’enlever de votre quotidien tout aliment contenant de l’Aspartame ou Aminosweet. E 951.  Plus de 4200 produits alimentaires contiennent de l’aspartame. Coca zéro, les boissons gazeuses lights, produits dit sans sucre et certains médicaments. Voir ici une liste de produits concernés. http://www.danger-sante.org/produit-aspartame/ 

Extrait du documentaire notre poison quotidien. A voir absolument si vous consommer des aliments contenant des l’aspartame.

Professeur Marc Henry. Explique les dangers de l’aspartame et du glutamate.

 

Aspartame – Aminosweet. Article ecrit par Michel Dogma.

Paru dans le Contr’Infos n°59 du mois de mars 2016

Un danger mortel nommé E 951

Pour ceux qui ne savent pas encore,
c’est l’additif le plus meurtrier au monde !

 

Sinistres rappels :

En 1980, après un second refus de mise sur le marché, le laboratoire Searle, inventeur de ce produit, soumettait de nouvelles études à la FDA (Food and Drug Administration). Sur 196 animaux soumis à l’aspartame, 96 moururent d’une tumeur cérébrale. Pourtant, sous les pressions politiques et grâce au commissaire Arthur Hayes, la FDA finit par autoriser quand même le produit en 1994, alors que près de 7 000 plaintes avaient déjà été déposées pour effets indésirables liés à la consommation d’aspartame.

Rappelons que l’aspartame se décompose dans les liquides chauds en méthanol qui se décompose lui-même en formaldéhyde, en acide formique et en dikétopipérazine, trois produits vecteurs des Tumeurs cérébrales. Alors que le Pentagone aurait répertorié l’aspartame dans l’inventaire des armes chimiques, plus de  4 200 produits alimentaires, boissons et même médicaments, se baladent en toute légalité dans 90 pays du monde. Même les pastilles Vichy vendues en pharmacie sont à l’aspartame et l’on a du mal à en obtenir au sucre naturel (jusqu’à épuisement des stocks ?).

Voici sa composition diabolique :

– 50 % de Phenylalanine : 2 %  de la population y seraient allergiques
– 40 % d’Acide Aspartique : produit hautement dangereux pour le cerveau : l’espèce humaine est 5 fois plus sensible à cet acide.
– 10 % de Méthanol (alcool à brûler) : un poison mortel qui est graduellement libéré par l’intestin grêle à partir d’une température de 30 degrés lors du stockage, de la cuisson, ou tout simplement dans le corps humain.

Ce poison s’accumule petit à petit et provoque en général :

Troubles de la vue tels que vision embrumée, voilée ou obscurcie, double vision, rétrécissement du champ visuel, dommages rétiniens, cécité…

Les autres symptômes d’un empoisonnement au méthanol sont généralement :

Bourdonnements d’oreille, douleurs fulgurantes aux extrémités, faiblesses, frissons, maux de tête, névrite, troubles du comportement, troubles gastro-intestinaux, trous de mémoire, vertiges,

 

Quels sont les effets secondaires de l’Aspartame ?

Voici quelques-uns des 92 effets secondaires dus à l’aspartame :

Manque de concentration, crampes, fatigue chronique, insomnies, pertes de mémoire, saignements de nez, vertiges, forte sensibilité aux bruits, sensation d’avoir froid même en plein été, problèmes menstruels, impuissance, problèmes sexuels, hyper ventilation, attaques et convulsions, épilepsie, nausées, vomissements, hypo et hyperglycémies, baisse de l’intelligence, douleurs dans la poitrine, problèmes de thyroïde, tremblements, douleurs en avalant ou aussi en urinant, sensibilité aux infections, hypertension, asthme…

Mais aussi troubles de la personnalité comme :

Soudaines crises d’agressivité parfois avec violences physiques, paranoïa, agoraphobie, phobies, paniques, sensations de « déjà vu », irritabilité, crises de démence, altération du caractère, difficulté de concentration, confusion, hyperactivité…

De plus, l’aspartame provoque des symptômes ou aggrave les maladies suivantes:

Fibromyalgie, arthrite, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, lupus, diabète et complications diabétiques, épilepsie, maladie d’Alzheimer, lymphome, malformations congénitales, syndrome de fatigue chronique.

 

Où se cache l’Aspartame E951 ?

Dans tous les paquets de chewing-gum avec ou sans sucre, tous les produits light, soda, coca, sucrettes… plus de 1000 produits en contiennent.
Pour s’en débarrasser, ce qui n’est pas une mince affaire car il crée une forte accoutumance, il va falloir prendre de bonnes habitudes et lire les étiquettes des produits… Et bannir à tout jamais le E951.

SVP, jetez vos chewing-gum à la poubelle,
Arrêtez les boissons light
Et prenez 20 secondes pour lire les étiquettes.

Source de confirmation : Dr Guessous – expert assermenté près des tribunaux

Pour en savoir plus :
Prenez en main votre santé tome 1 – édition Guy Trédaniel – pages 519 à 525
Prenez en main votre santé tome 3 – édition Guy Trédaniel – pages 345 à 350

 

Commentaire historique

J’ai déjà à maintes reprises présenté en détail ce problème gravissime à l’échelon mondial puisque 90 pays ont accepté la diffusion de ce poison issu de la recherche dans la Guerre Chimique, refusé pendant 6 ans par la FDA étasunienne, et finalement homologué sous d’énormes pressions politiques.
L’aspartam 951 est partout dans les restaurants et bistrots pour sucrer les boissons, pire dans les bonbons et médicaments de la pharmacie. Bref, une arme d’extermination lente et invisible infiltrée partout avec la complicité des gouvernements.

De nombreuses personnes m’ont contacté suite à mes articles pour me remercier, traînant depuis des années des troubles graves qu’ils ont reconnus dans la nomenclature ci-dessus, et qui ont disparu peu après avoir arrêté les produits LIGHT.

« AMINOSWEET » : l’Aspartame rebaptisé

pour vous berner !

Le producteur d’aspartame Ajinomoto a lancé une nouvelle initiative destinée à rebaptiser l’édulcorant toxique « AminoSweet », pour nous rappeler qu’il est fait à partir d’acides aminés, les éléments constitutifs des protéines. Ne tombez pas dans ce stratagème marketing.
C’est encore une tromperie : NutraSweet ou AminoSweet, c’est de l’acide aspartique… classé « Excitotoxine ».

Rappelons que les excitotoxines du glutamate (GMS) et de l’aspartame portent les cellules cérébrales spécifiques à devenir tellement excitées, qu’à ce point elles en meurent. Le Dr Russell L. Blaylock, professeur de neurochirurgie à la Medical University of Mississippi, a publié un livre – « Excitotoxines : Le goût qui tue » – qui détaille les dégâts causés par l’ingestion d’aspartate en excès à partir de l’aspartame.
Il utilise près de 500 références scientifiques pour montrer comment l’aspartate et le glutamate sont à l’origine de troubles chroniques neurologiques graves et génèrent de multiples problèmes de santé.

Sachez que l’aspartame a été placé sur une liste de produits chimiques de Guerre Biologique par le Pentagone qui l’a soumis au Congrès ! Bien que les études du test aient montré qu’il est extrêmement toxique pour le cerveau, le gouvernement a supprimé ce fait et il a été officiellement approuvé comme additif alimentaire pour une utilisation dans les boissons gazeuses en 1983. La FDA a ignoré les plaintes de maux de tête, des étourdissements, des nausées, des vomissements, des convulsions, des troubles de la vision, et une multitude d’autres réactions négatives dues à l’aspartame. La vérité en la matière est que la FDA a toujours connu l’aspartame comme étant un agent cancérigène et toxicologique.
Le Dr Adrian Gross a déclaré au Congrès, « l’aspartame peut provoquer des tumeurs cérébrales, des cancers du cerveau, et viole l’Amendement Delaney qui interdit de mettre quoi que ce soit dans les aliments lorsque vous savez qu’il va provoquer le cancer. »
Méfiez-vous d’un loup revêtu d’une peau de mouton. AminoSweet, c’est cela ! Regardez bien les étiquettes écrites en tout petit, en particulier celles des produits lights.

 

Une piste à explorer ?

Tout le monde peut constater l’explosion actuelle des tumeurs au cerveau que l’on attribue généralement à l’utilisation massive des téléphones portables à l’oreille ; mais qui parle de l’aspartame ? Personne. Bien sûr les causes multifactorielles s’ajoutent et se renforcent entre elles. A noter que les enfants sont les premières victimes vu qu’ils sont les premiers adeptes des sucreries naturelles mais aussi artificielles sans le savoir. Il est d’ailleurs judicieux de faire une petite enquête concernant les habitudes alimentaires des victimes.

Alors j’ai pensé à une méthode simple et logique de dépollution utilisée efficacement depuis près de 2 siècles en homéopathie. Ne pourrait-on essayer, pour se désintoxiquer ou dans les cas de tumeur cérébrale, de déloger le coupable présumé en prescrivant à 15 jours d’intervalle des doses successives d’Aspartam en 1000 K, puis 10 000 K, puis 50 000 K et peut-être 100 000 K.
Vous pouvez demander cela à la Pharmacie de l’Europe

www.pharmaciehomeo.com   –   ou 01 48 74 74 91.

Soyez vigilent, le cancer n’est pas un hasard !
Michel Dogna – journaliste d’investigation médicale – écrivain

 

Page en construction, bientôt ici pourquoi la sérénité de l’esprit est un facteur clé de santé.