Le Jeûne hydrique :

L’objectif de cette page est d’apporter des connaissances sur le jeûne hydrique. Je m’appuie essentiellement sur ce que j’ai pu observer durant mes 10 années d’accompagnement au jeûne hydrique.  Je réponds ici aux questions telles que :   Pourquoi conseillons-nous un jeûne hydrique uniquement à l’eau ? Dans quelle situation le jeûne pourra être aménagé avec des jus de légumes ou des soupes ? Quel type d’eau recommandons-nous ? Pourquoi boire de l’eau à 40°C ? Quelle quantité d’eau faut-il boire ?

La définition du jeûne hydrique.

Le jeûne hydrique est l’abstinence totale de nourriture sur plusieurs jours et nuits à l’exception de l’eau.

Je considère que le jeûne hydrique commence au-delà de 24 heures d’abstinence d’aliment solide. Bien qu’enlever un repas ou prendre un seul repas par jour soit aussi un jeûne, les effets du jeûne hydrique commencent véritablement au-delà de 24 heures et les bénéfices sur le système immunitaire au-delà de 3 jours. Être dans l’abstinence de nourriture le jour et manger après le coucher du soleil est une forme de jeûne, mais cela ne constitue pas le jeûne hydrique tel que je le recommande.

Vous trouverez plusieurs variantes dans le jeûne hydrique. Certains conservent l’apport de soupes, jus de légumes, jus de fruits, tisanes. D’autres prendront exclusivement de l’eau. Si cela est possible on privilégiera l’eau tiède faiblement minéralisée.

Pourquoi boire de l’eau tiède durant le jeûne hydrique ?

Notre température corporelle est à 37°C, (savez-vous pourquoi notre corps est à 37°C ? Voir explication en annexe). Pour maintenir la température à 37°C, le corps va utiliser une partie de sa force vitale. En période de jeûne, l’organisme va économiser au maximum sa force vitale pour profiter au mieux du processus du jeûne qui s’apparente à de l’hibernation. Tout est au ralentit et le corps s’économise. En buvant de l’eau plus ou moins à 37°C, nous nous mettons en symphonie avec la température favorite de la cellule. Nous économisons ainsi de la force vitale ce qui permet une plus grande efficacité du potentiel vital homéostasique. (voir PVH en annexe)

En résumé : boire de l’eau tiède est un excellent moyen pour réduire la fatigue et potentialiser l’efficacité du jeûne. Ceci dit, si vous ne supportez pas l’eau chaude, que vous êtes du type congestionné avec un corps bouillonnant d’énergie et que vous avez chaud, l’eau fraîche est tout à fait adaptée pour vous.

Pourquoi un jeûne hydrique c’est uniquement à l’eau ?

  1. En ne prenant que de l’eau nous limitons la production de sucs gastriques et encourageons l’arrêt de production d’enzymes de digestion. Le système digestif est mis au repos et la faim s’estompe jour après jour, dès le premier jour pour certains et au bout de 15 jours pour d’autres. Lorsque nous buvons des jus ou des soupes, la production de sucs gastriques et d’enzymes de digestion est maintenue, la faim persiste.
  2. En ne prenant que de l’eau, le jeûne est plus rapide et plus efficace en terme de détoxination qu’avec des soupes et des jus. Un amincissement plus rapide et des symptômes de crise curative plus forts sont là pour en témoigner.
  3. En ne prenant que de l’eau, nous créons une rupture totale avec l’alimentation, le goût, les saveurs. Cela permet de sortir de nos conditionnements, nos dépendances, voire de nos addictions. Cette rupture totale est meilleure pour une réinitialisation du mental. Voir à ce sujet le jeûne hydrique pour sortir des dépendances.

Le goût, les saveurs sont sources de production de dopamine (hormone du plaisir), le jeûne hydrique est source de production de sérotonine. En choisissant le jeûne hydrique on privilégie la production de sérotonine (hormone du bonheur). Pour bien réussir cette rupture, il faudra apprendre à accueillir les émotions et les résistances mentales que ce type de jeûne peut déclencher. Apprendre le détachement et le lâcher-prise. C’est aussi pour cela que le jeûne hydrique est considéré comme un moyen permettant l’éveil spirituel. Les maîtres ascensionnés nous témoignent du niveau de conscience atteint grâce au détachement qu’apporte le jeûne (3ième niveau de conscience). Détachement de nos émotions, de notre mental, de nous-même. Détachement également dans nos relations : enfants, parents, conjoint. On parle alors d’acceptation, de renoncement et de détachement.

Le jeûneur qui réussit à accueillir et traverser l’inconfort vivra son jeûne dans le plaisir et augmente son taux vibratoire. Le jeûneur qui souffre du manque, vit le jeûne comme une grève de la faim. Il reste concentré sur le stress de la frustration créé par le manque, est davantage dans la plainte, l’obstination liée à l’inconfort, les douleurs, il vit mal son jeûne et fait baisser son taux vibratoire.

  1. Qu’en est-il de l’eau de Quinton durant le jeûne hydrique ? Prendre de l’eau de mer isotonique durant le jeûne hydrique est pour moi dans la même catégorie qu’un jeûne hydrique à l’eau. Cela ne provoquera pas de production de sucs gastriques, ni d’enzymes de digestion. Cela ne reconnectera pas non plus à la nourriture, ni aux odeurs. Aussi la prise d’eau de mer micro-filtrée est tout-à-fait possible. Lorsque les personnes sont déminéralisées, frileuses et qu’elles souhaitent ralentir leur amincissement, je recommande l’eau de Quinton. Je déconseille la prise d’eau de Quinton pour les personnes hypertendues, les personnes souffrantes de rétention d’eau ou de faiblesse rénale. On pourra commencer par un verre de 15 cl d’eau de Quinton isotonique par jour pour graduellement augmenter de 3 à 6 verres selon les personnes et les tailles. Je conseille d’acheter de l’eau de Quinton hypertonique à 34 gr de sel par litre et de la diluer, ¼ d’eau de Quinton hypertonique pour ¾ d’eau de source. L’eau est ainsi ramenée à 8.5gr de sel par litre. Cette eau légèrement en-dessous de l’isotonie, qui est à 9gr/litre, est mieux absorbée par le corps que si vous la concentrez au-dessus de 9 gr de sel par litre. Les minéraux de l’eau de Quinton sont biodisponibles grâce à la présence de phytoplanctons dans celle-ci, ces minéraux contribuent à stimuler les émonctoires pour la détoxination. On observe souvent des urines plus chargées suite à la prise d’eau de Quinton.

 

  1. Qu’en est-il des tisanes ? Pour un puriste, le jeûne hydrique se fait uniquement à l’eau. Les tisanes viennent altérer cette recherche de distanciation, renoncement et détachement. Chercher à combler le manque de nourriture par des tisanes est un signe que nous vivons mal le jeûne, l’absence du goût et que nous avons un travail de détachement à réaliser pour sortir de l’esclavage de nos programmes mentaux.

Sur un jeûne long, à partir de 26 jours de jeûne hydrique à l’eau, le travail de détachement devrait-être fait. Il est alors possible de prendre une à deux tisanes par jour. Mais l’eau doit rester l’apport principal de liquide. Nous choisirons des tisanes d’ortie pour l’effet anti-inflammatoire, réchauffant et minéralisant. La mélisse pour la détente et l’augmentation du taux vibratoire. Le clou de girofle et le gingembre pour réchauffer et calmer les douleurs. La réglisse si la tension artérielle est inférieure à 9 de maxima. On ajoutera un peu de levure de bière aux tisanes ou décoctions si le jeûneur à des douleurs à l’estomac. Pour les profils hypertendus dont le corps est chaud on proposera quelques gouttes de citron dans l’eau.

 

  1. La fête à l’eau le dernier soir avant la reprise. Je conseille de rester à l’eau plate durant la période de jeûne. L’eau gazeuse contient souvent plus de 150mg de résidus secs. Néanmoins, il est agréable de fêter l’aboutissement du jeûne avec de l’eau à bulles dans des flûtes à champagne : quelques gouttes de citron et une danse collective pour célébrer le dernier soir du jeûne hydrique et l’atteinte d’une étape dans notre processus d’autoguérison.

 

« Le jeûne hydrique à l’eau uniquement est venu à moi naturellement. Depuis le début de ma découverte du jeûne, le jeûne hydrique a toujours été pour moi « boire de l’eau et rien d’autre. » J’ai d’abord expérimenté le jeûne avant de l’étudier. Depuis j’ai découvert que le jeûne hydrique à l’eau est celui qui est pratiqué dans les centres de jeûne en Russie, Canada et c’est aussi ce que proposait Herbert Shelton aux Etats-Unis. Les Allemands ont une approche différente et choisissent un jeûne avec un apport de jus et bouillons. »

Combien d’eau faut-il boire ?

  1. Selon votre soif et minimum 3 verres de 15 cl par jour. On observe que certains jeûneurs ont davantage soif comme si le corps avait besoin de liquide pour mieux transporter les déchets et que d’autres au contraire n’ont plus le besoin de boire, certains n’arrivent même plus à boire du tout, comme si leur corps souhaitait se rapprocher du jeûne sec. Voir à ce sujet notre article sur le jeûne sec. https://www.jeunerpoursasante.fr/actualites-jeune/bienfaits-du-jeune-sec-sur-la-sante/

Quand faut-il garder ou revenir aux soupes et jus de légumes ?

  1. Les soupes, les graines germées et les jus de légumes sont recommandés pour réaliser une descente alimentaire trois jours avant le jeûne hydrique. Ils permettent une pré-détoxination et une bonne préparation au jeûne hydrique à l’eau. Le corps sera déjà en partie détoxiné avant de commencer le jeûne hydrique, ainsi la détoxination est plus progressive et les symptômes de la crise curative sont mieux amortis.

 

  1. Si le jeûne hydrique à l’eau est trop difficile à vivre, douleurs importantes en bas du dos, insomnies, vomissements, forte hypoglycémie, résistance du mental… Il est alors possible de revenir à un jeûne à la soupe et au jus de légumes. La détoxination sera plus lente mais aussi mieux supportée. C’est alors juste une question de temps. Pour obtenir le même résultat en termes d’efficacité sur la détoxination mais aussi sur l’amincissement, il faudra en général tripler la durée du jeûne. On perdra néanmoins la rupture avec l’alimentation et les potentiels bénéfices d’une sortie des dépendances. Il est possible de revenir au jeûne hydrique dès que les symptômes disparaissent et que le jeûneur le souhaite.

 

  1. Lorsque les émonctoires sont épuisés et/ou le chakra de base vidé de son énergie vitale, le jeûne à base de soupe et de jus de légumes se montrera plus efficace. On se posera alors la question si le jeûne est une bonne solution pour cette personne. Une période de préparation pour remonter les émonctoires et soutenir le chakra de base est alors recommandée avant de se lancer dans un jeûne hydrique. On pourra éventuellement soutenir la force vitale avec du cassis bourgeon et du Ginseng.

 

  1. Pour les personnes qui ont des antécédents d’occlusions intestinale, éventration, colostomie, le jeûne au jus et à la soupe est préférable pour maintenir le tractus intestinal et prévenir une occlusion à la reprise alimentaire.

 

  1. Lorsque le jeûne hydrique à l’eau fait peur, le jeûne au jus et à la soupe peut être un moyen de calmer le mental et d’offrir une phase intermédiaire tremplin pour se rassurer avant de tester le jeûne hydrique à l’eau.

 

  1. A La reprise alimentaire : lorsque le jeûne hydrique à l’eau est terminé, il est indispensable de passer sur un jeûne au jus et à la soupe avec quelques graines germées. Le corps est alors informé par la présence de quelques particules solides, qu’il doit à nouveau produire des sucs gastriques et des enzymes de digestion. Ce jeûne hydrique au jus et à la soupe en remontée alimentaire doit durer en moyenne la moitié de la durée du jeûne hydrique à l’eau.

Quelle eau boire dans le jeûne hydrique ?

  1. Une eau faiblement minéralisée. Moins de 150 mg de résidus secs d’après les études de Louis Claude Vincent. Nous éviterons donc l’eau du robinet pour son chlore, ses résidus de médicaments, produits phytosanitaires, métaux lourds, minéraux. Nous éviterons aussi les eaux fortement minéralisées. Les minéraux des eaux minérales sont inertes et non absorbables par le corps. D’après les travaux de recherche de l’ingénieur Louis Claude Vincent et du docteur en pharmacie Jeanne Rousseaux, plus une population consomme une eau fortement minéralisée plus on observe une augmentation des maladies (cancer, maladie cardiovasculaires…)

 

  1. Nous éviterons une eau trop pure comme l’eau distillée. Elle est déstructurée et agit comme un solvant dans le corps. Si vous consommez de l’eau distillée, il est recommandé dans ce cas d’y ajouter un peu de gros sel pour restructurer et densifier l’eau.

 

  1. Si nous ne souhaitons pas acheter de l’eau de source en bouteille, la filtration de l’eau du robinet par osmose inverse présente une excellente solution.

 

  1. L’eau étant notre seul apport, nous y prenons particulièrement soin. Aussi nous recommandons d’informer l’eau pour soutenir le travail de détoxination et de régénération apporté par le jeûne.

 

  1. Vidéo sur l’eau :

Pourquoi faire un jeûne hydrique à l’eau ?

  1. Le jeûne hydrique est un formidable moyen naturel pour préserver, retrouver ou améliorer la santé. Le mécanisme est multifactoriel. Le jeûne hydrique aide la santé car il :
    1. Détoxine le corps. Voir plus ici: Pourquoi jeûner.
    2. Déclenche l’autolyse des organes et tissus malades. Voir plus ici : Bienfaits du jeûne par l’autophagie
    3. Permet la régénération grâce à la production en masse de cellules souches. Voir plus ici : Rester jeune grâce au jeûne.
    4. Favorise une régulation hormonale. Voir plus ici : le jeûne et les hormones.
    5. Déclenche la neurogénèse et donc la production de nouveaux neurones au niveau du cerveau. Voir plus ici : Le jeûne est-il bon pour le cerveau ?

Combien de temps dure un jeûne hydrique à l’eau ?

  1. La durée du jeûne dépend de plusieurs facteurs :
    1. Les réserves pondérales, calculer ici la durée possible selon les réserves pondérales
    2. Le niveau d’intoxination
    3. L’efficacité des émonctoires
    4. La force vitale

Retrouver ici plus d’informations sur la durée du jeûne hydrique à l’eau et la durée nécessaire selon votre objectif : https://www.jeunerpoursasante.fr/combien-de-temps-jeuner/

Annexe

Pourquoi notre corps est à 37°C ?

René Quinton (1875 -1925) a été considéré comme le Darwin français à son époque pour l’explication qui vient : la terre était d’abord très chaude et les océans aussi. Puis, Il y a 4 milliards d’années, la température est progressivement descendue. Autour de 40°C les premières cellules sont apparues dans la mer.

La température continuait de baisser. Pour s’adapter aux changements d’environnement et de température, les cellules ont dû se regrouper pour former des sociétés de cellules. Elles ont ainsi reproduit la température d’origine, mais aussi le milieu d’origine pour survivre. Ces premiers organismes sont nos « ancêtres » qui plus tard serviront de matière physique pour devenir l’homo-sapiens-sapiens.

PVH :

« L’homéostasie, c’est le maintien à leur valeur normale des différentes constantes physiologiques de l’individu (température, tonus cardiovasculaire, composition du sang, digestion, fonction détoxinante du foie et des reins, etc…), L’homéostasie est réglée par le système nerveux végétatif et les glandes endocrines ». Selon le Garnier DELAMARE (Edition Maloine). Cette homéostasie dépend de la vitalité disponible dans l’organisme vivant. Ce potentiel de vitalité dont dépend l’Homéostasie pour réguler les grandes fonctions de la vie, le Naturopathe Robert Masson l’a nommé : Potentiel Vital Homéostasique. /

Témoignages

Linette 28 jours de jeûne hydrique :

 

Donato, 14 jours de jeûne hydrique pour l’hypertension :

 

 

Bernard 7 jours de jeûne hydrique :

 

Jacques, 28 jours de jeûne hydrique :

 

 

Sylvie, 7 jours de jeûne hydrique :

 

Clémentine 28 jours de jeûne hydrique.

 

Cures de jeûne et naturopathie

ANIMATEUR
Jérémy Gandon

ANIMATEUR – Naturopathe 
ANIMATEUR – Naturopathe

Commentaires

Laisser un commentaire