Soigner l’hypertension par le jeûne ?

Pourquoi le jeûne hydrique en cas d’hypertension artérielle ?

En se détoxinant mais aussi, de par l’autolyse et leur régénération, les organes retrouvent leur équilibre. La production d’hormones se régularise. On observe la même chose sur les bouffées de chaleur. Les bouffées de chaleur sont hormonales. Hors avec le jeûne, elles  disparaissent naturellement. On observe que le jeûne est un régulateur hormonal par la détoxination des organes.

La régénération cellulaire durant le jeûne observée par les chercheurs sur la moelle osseuse expliquent également pourquoi le jeûne est efficace à harmoniser la tension artérielle.

Selon les chercheurs d’USC, jeûner lance un processus de régénération. «Cela donne le feu vert à la moelle osseuse pour reconstruire l’ensemble du système immunitaire» explique Valter Longo, professeur de gérontologie et de biologie à l’Université de Californie du sud. «Et la bonne nouvelle est que le corps se débarrasse des parties du système immunitaire abîmées ou âgées et inefficaces, pendant le jeûne. Et si vous partez d’un système fortement endommagé par une chimiothérapie ou le vieillissement, les cycles de jeûne peuvent permettre de créer, littéralement, un nouveau système immunitaire».

Grâce à la production en masse de cellules souches avec le jeûne, les organes (foie, reins, poumons, intestins, peau) se régénèrent et retrouvent leur équilibre. En retrouvant leur équilibre, la production d’angiotensine 2 et d’aldostérone se régule à la norme. La tension s’harmonise.

L’hypertension est souvent associée à une prise de poids. Le jeûne et le réglage alimentaire hypotenseur permettent l’amincissement. L’amincissement par le jeûne est un facteur supplémentaire qui explique la baisse de la tension naturellement. On observe que la tension est souvent en lien avec un seuil de poids, dès que le seuil est dépassé la tension remonte.

Rétention d’eau :

On observe que le jeûne permet de soigner les œdèmes et la rétention d’eau. Le jeûne permet donc de réguler  le taux de sodium et potassium dans le corps, ce qui apporte une explication complémentaire à l’harmonisation de la tension par le jeûne.

Dans la thèse du Docteur Michel Duverney Guichard sur le suivi d’un jeûneur sur 42 jours avec analyses de sang. On ne voit pas clairement de baisse de sodium et de potassium. Il faudrait faire ces analyses sur des personnes hypertendues. Mon hypothèse est que dans le cas d’hypertension avec excès de sodium et manque de potassium, on devrait observer que le jeûne permet de la réguler. Avis aux candidats pour faire les examens avec analyses de sang.

Facteur de risques maladies cardiovasculaires :

Le Docteur Valter Longo explique dans une conférence TEDx Talks en décembre 2016 que trois cycles de jeûne permet de réduire les risques de maladies cardio-vasculaires.

Diagramme du dessous réalisé par Valter Longo. Évolution des facteurs de risque après trois cycle de diète.

Normal : Personnes dont la tension est normal

At risk for cardiovascular disease : Personnes avec hypertension

 

Bienfaits du jeûne hydrique sur la tension artérielle.

Avec le jeûne hydrique on observe que la tension artérielle se régule. Au troisième jour de jeûne, pour les cas les plus faciles et au 15ième jour de jeûne, pour les cas les plus récalcitrants. Dès que la tension baisse autour de 12 ou 11 de maxima et 6 ou 7 de minima, on enlève progressivement les hypotenseurs, avec l’accord du médecin.  Le retrait se fait sur 3 à 10 jours durant le jeûne. Après le jeûne, je recommande de surveiller quotidiennement la tension. Si la tension remonte au-delà de 15 de maxima et 8 de minima, alors il faut jeûner une journée ou deux, voire passer à un jeûne un jour sur deux ou un repas par jour. En général, une journée suffit. Il faudra aussi observer une alimentation frugale et hypotensive en dehors du jeûne.

Pour visualiser la vidéo, cliquer sur l’image.

Hypertension est une des principales causes de mortalité

Maladie touchant de nombreuses personnes, l’hypertension artérielle peut amener de nombreux problèmes de santé dont la mort. En effet, (Source INSERM) selon l’OMS, l’hypertension vient en deuxième position, après le tabagisme et avant l’alcoolisme, sur la liste des facteurs diminuant le nombre d’années de vie en bonne santé.

« L’hypertension artérielle est la plus fréquente des affections cardiovasculaires, touchant environ 20 % de la population adulte. Son incidence augmente avec l’âge de sorte que le pourcentage d’hypertendus est très faible chez les personnes de 20 ans et augmente ensuite régulièrement pour atteindre 40 % chez les personnes âgées de 65 ans et 90 % chez celles de 85 ans ! »

Pourquoi on développe de l’hypertension ?

Je parle ici l’hypertension essentielle, c’est 90% des cas d’hypertension.

L’hypertension est un déséquilibre hormonal qui semble subvenir lorsqu’il y a une intoxination des organes (le foie, les reins). Cette augmentation de la tension est souvent amplifiée par la lumière des artères réduite par des plaques d’athérome.

Il y a donc le plus souvent d’une part, une production en excès d’hormones (angiotensine 2 et aldostérone). Ces hormones en excès exercent une pression sur les artères et les veines. D’autre part, il y aurait un manque d’Atrial Natrurietric peptide produite par le cœur. La production de ce peptide est favorisée lorsque le cœur est sollicité par l’activité physique.

Il peut y avoir d’autre part, une réduction de la lumière des artères par athérosclérose. Les deux conjuguées donnent une hypertension sévère.

En général, l’hypertension s’accompagne d’une prise de poids. On observe également un excès de sodium et manque de potassium.

Pistes Psychosomatiques :

 

Dans le cas de l’hypertension, on parle symboliquement d’une accumulation, durant une longue période, de pensées et d’émotions non exprimées. Elles sont alors refoulées, faisant ainsi “bouillir” le corps.

Généralement, il s’agit  de colère ou de contrariété. C’est le fait de refouler ses émotions qui provoque une tension entre ce qui est souhaité et ce qui est exprimé.

L’origine du refoulement de ses émotions peut se trouver dans la peur des réactions extérieures ou dans un manque de confiance en soi.

Une des pistes psychosomatiques de l’hypertension est le désir de tout contrôler et de vouloir résoudre les situations difficiles de la vie. “Je dois être le meilleur, performant, au maximum de mes capacités. Si je ne réussis pas tant sur le plan physique qu’intellectuel, la pression et la tension augmentent.”

Dans le cadre professionnel, une sensation d’impuissance face à une figure d’autorité : avoir du mal à refuser un ordre lié à la peur du rejet.

Physiologiquement, la colère provoque une impulsion circulatoire du sang et à l’inverse le refoulement engendre une diminution du diamètre des vaisseaux sanguins. La tension augmente et c’est à ce moment que l’hypertension apparaît.

Réflexions:

Est-ce que j’ai le sentiment de me mettre la pression ou qu’une personne me met la pression ?

Est-ce que j’ai du mal à exprimer mes véritables sentiments, émotions ?

Est-ce que je me sens comprimé ?

Prenez conscience de cet état et mettez en place des priorités parmi les tâches professionnelles ou privées. Accordez-vous du temps pour observer ce qui se passe à l’intérieur de vous afin d’exprimer toutes ces émotions qui ne demandent qu’à s’extérioriser.

 

Coté scientifique :

En 1939, Franz Alexander réalise une étude sur la relation entre L’hypertension et les états émotionnels dépressifs, anxieux et de colère. Il a observé que l’hypertension peut résulter de l’inhibition des sentiments de colère. Il explique également que ces derniers éprouvent des difficultés à exprimer leurs désaccords.

 

Boutelle, R. C., Epstein, S., & Ruddy, M. C. (1987). The relation of essential hypertension to feelings of anxiety, depression and anger. Psychiatry: Interpersonal and Biological Processes, 50(3), 206–217.

Comprendre l’hypertension :

Avant de définir les actions du jeûne sur l’hypertension, il est intéressant de repositionner clairement ce qu’est la pression artérielle. La tension artérielle correspond à une pression du sang dans les artères qui elles-mêmes conduisent le sang du cœur vers les différents tissus de l’organisme afin de fournir aux cellules l’oxygène indispensable à leur survie. A chaque contraction du cœur, le sang est chassé avec des cavités cardiaques et il est propulsé dans ces conduits. Pour remplir leur fonction de manière satisfaisante, ils doivent rester souples et non obstrués. L’hypertension artérielle (HTA) correspond à une hyperpression du sang sur la paroi des artères. Ce qui constitue un risque majeur d’accident cardiovasculaire. L’hyperpression artérielle, en essayant de maintenir le débit sanguin constant, augmente indirectement l’activité du cœur, ce qui peut entraîner une hypertrophie ventriculaire gauche (augmentation du volume du ventricule gauche) et une perte progressive de son activité contractile pouvant évoluer vers une insuffisance cardiaque.

Une pression artérielle normale c’est quoi?

Je reprends ici les conseils du Dr Michel de Lorgeril. Cardiologue et chercheur au CNRS dans son livre Prévenir l’infarctus.  « Comme pour les normes du taux de glucose et de cholestérol dans le sang, les normes de pression artérielle n’ont cessé de baisser – plus l’industrie règne sur les sciences médicales et plus les chiffres d’une pression dite normale sont bas. Dans les années 1970, les médecins toléraient des pressions de 16 sans s’alarmer. Aujourd’hui, on doit rester en deçà de 14, certains veulent moins de 13, d’autres moins de 12. Ces chiffres doivent être d’autant plus relativisés que dans la médecine de tous les jours, les méthodes de mesure sont imprécises. Les médecins ne détectent pas de différence entre 14,5 et  13 ou entre 12,5 et 11. En outre, ces chiffres sont très fluctuants ce qui donne lieu à la description plutôt comique d’hypertensions masquées (ou HTA à pression normale) et inversement du fameux syndrome de la blouse blanche où c’est la présence du médecin qui provoquerait chez certaines personnes un stress qui augmente la tension artérielle. Tout cela ne doit pas être pris au sérieux, évidemment. »

Les facteurs de risque :

L’HTA est l’un des principaux facteurs de risque d’accident cardio-vasculaire. Elle entraîne des anomalies et une rigidification de la paroi des artères du fait de la pression mécanique permanente exercée sur ces dernières. De plus, elle augmente le risque d’apparition ou d’aggravation de plaques d’athérome. Les artères les plus fréquemment touchées sont celles qui irriguent le cerveau (carotide), le cœur (coronaires), les reins ou encore les membres inférieurs. C’est pourquoi l’hypertension augmente le risque d’AVC, de cardiopathies ischémiques (angine de poitrine, infarctus), d’artériopathie des membres inférieurs (rétrécissement des artères qui irriguent les jambes) ou encore d’insuffisance rénale pouvant nécessiter à terme une dialyse. Encore, selon l’OMS, 62 % des accidents vasculaires cérébraux sont attribués à une pression artérielle élevée. Tous ces facteurs de risque sont augmentés par la présence d’autres facteurs de risques cardiovasculaires, comme le diabète,  la consommation de cigarette, les inflammations. Dans environ 10 % des cas, les hypertensions artérielles sont dites « secondaires » car elles sont la conséquence d’une autre maladie d’origine rénale, surrénalienne, neuro vasculaire ou hormonale (excès de minéralocorticoïdes, hyper- ou hypothyroïdie).

Dans l’immense majorité des cas, l’hypertension artérielle est dite « essentielle ». Le trouble apparaît le plus souvent insidieusement et la gravité est liée à ses conséquences à long terme sur les différents organes. Il existe néanmoins plusieurs facteurs de risques en dehors de ceux cités précédemment. L’âge est le principal d’entre eux car le vieillissement est associé à une perte d’élasticité des artères. Les autres facteurs de risques, et pas des moindres, sont le surpoids, la sédentarité, l’alimentation (dont un excès de sel, des apports insuffisants en potassium, ou la consommation d’alcool et de cigarettes). Nous rencontrons beaucoup de personnes qui viennent jeûner dans nos séminaires et qui ont un traitement hypotenseur sans maladies collatérales décelées. Beaucoup d’entre elles ont été mises sous traitement de façon aléatoire, sans avoir été soumises au protocole de mesure en consultations et/ou complété par des mesures à domicile. Plusieurs mesures sont nécessaires pour diagnostiquer une hypertension. En effet, La pression artérielle varie au cours de la journée : plus basse pendant le sommeil et le repos, plus élevée pendant la journée. Et elle augmente lors des activités physiques, du froid, de choc émotionnel, ou du stress. Le diagnostic de l’hypertension doit ainsi être confirmé par des mesures (à répéter à deux reprises) au cours de trois consultations, sur une période de 3 à 6 mois. Afin d’affiner et de préciser le diagnostic, le patient peut également faire des mesures à domicile. Ce qui est tout à fait recommandé.

Le jeûne et le réglage alimentaire :

Le jeûne permet en effet de nettoyer le sang, la lymphe, d’assouplir les vaisseaux, de réguler le taux de sodium et potassium dans le sang, de régénérer les reins et le foie, de réguler la production d’hormones hypertensives et la tension artérielle se régule naturellement. Les artères deviennent plus élastiques au bout de 3 à 5 jours de jeûne et le cœur a moins besoin de faire d’effort. D’après le naturopathe Robert Masson, le cœur ferait jusqu’à 50 % d’économie pendant le jeûne. Un cœur au repos est un cœur qui se régénère. De nombreux jeûneurs viennent dans nos séminaires dans le but de se débarrasser  d’un traitement qu’ils jugent handicapant (du fait des effets indésirables liés au traitement) et beaucoup d’entre eux soignent leur hypertension au bout de 7 à 15 jours de jeûne, selon les cas. Par la suite, il suffit de maintenir un réglage alimentaire sain et équilibré et de jeûner régulièrement pour maintenir une tension correcte sans la prise ou reprise d’hypotenseurs (tout en continuant à suivre régulièrement sa tension).

Exemple de réglage alimentaire pour une personne hypertendue :

  • Petit déjeuner

–rien prendre ou banane écrasée avec noix ou salade de fruits crus. Eau ou tisane feuille d’olivier, feuille de gui, Pâquerette, Aubépine

  • Déjeuner:

–crudités variées (salades verte, radis, carotte, …) + pomme de terre + ail+ Poisson ou viande ou œufs + compote de pomme avec graines de chia

  • Goûter:

–un demi-citron dans l’eau + un pamplemousse ou myrtille ou ananas ou tomate

  • Diner.

–rien prendre ou crudités + poisson ou œuf ou fruits de mers. Un soir sur deux remplacer la protéine par des amandes.

Jeûner un jour sur deux si en surpoids, un jour sur trois si en sous-poids.

Si vous souhaitez régler votre alimentation avec nous en cas d’hypertension, voici le lien pour  une consultation : Consultation.

Si vous souhaitez faire un jeûne de 7 à 40 jours avec notre accompagnement, voici le lien avec les dates : dates des séjours de jeûne.

Plaques d’athéromes durant le jeûne :

On me demande souvent si les plaques d’athéromes disparaissent avec le jeûne. A aujourd’hui je n’en suis pas certain. Voilà néanmoins mon hypothèse.

Si les plaques d’athéromes se forment suite à des micro-lésions qui donnent lieu à des micro-tumeurs, comme l’explique le Docteur Michel de Lorgeril. Il est alors tout à fait possible qu’avec  la régénération cellulaire qu’offre le jeûne, les plaques d’athéromes disparaissent et soient lysées. Nous savons que le corps autolyse les tumeurs et les kystes durant un jeûne. Il suffirait de constater si une personne qui avait une tension pincée retrouve une tension normale après un long jeûne de 30 à 40 jours. Avis aux amateurs pour se porter volontaires !

Adiponectine pour détruire les plaques d’athérone

L’hormone adiponectine augmente pendant le jeûne. De nombreuses études ont démontré les propriétés antiathérogéniques et anti-inflammatoires de l’adiponectine via ses effets sur d’autres cytokines comme le TNF-alpha ou la CRP. L’adiponectine inhibe la constitution de la plaque d’athérome et de l’athérosclérose.

Le cholestérol est-il la cause de l’athérosclérose ?

Le cholestérol est innocent voir cette vidéo de Lorgeril.

Comprendre l’athérosclérose:

Ils ont soigné leur hypertension avec le jeûne et le réglage alimentaire :

Roselyne sous hypotenseur durant plus de 30 ans. Se démédicalise durant le jeûne. Sa tension redevient normale avec le jeûne et une alimentation adaptée.

Témoignage d’Henda (à la 11ème mm 15). Henda était sous traitement depuis 6 ans. Elle a arrêté son traitement pendant le jeûne, en juin 2015, ainsi que son traitement pour un diabète type 2. Elle poursuit son réglage alimentaire sans reprendre son traitement.

Témoignage de Pascal. Arrêt de son traitement anti hypertenseur (et anti cholestérol) en début de jeûne en octobre 2015. Il était sous traitement depuis 2 ans. Il suit toujours son réglage alimentaire et n’a pas repris son traitement.

Il jeûne pour la haute pression, terme canadien pour hypertension.

Ici un médecin russe, explique les recherches effectuées sur un groupe de personnes hypertendues et obèses. Il constate une régulation de la tension avec 1 mois de préparation, 14 jours de jeûne hydrique, puis une alimentation hypotensive. Les résultats obtenus perdurent 6 mois. Il recommande un second jeûne 6 mois après le premier.

Soigner l’hypertension, une prévention pour le diabète et le cancer :

En soignant l’hypertension naturellement, on s’épargne tous les effets secondaires des hypotenseurs (toux sèche, fatigue, faiblesse musculaire, perte de libido…) mais surtout, on fait de la prévention pour le cancer, la dépression et le diabète. Le Docteur Michel de Lorgeril constate que celui qui fait de l’hypertension déclenche souvent un diabète ou un cancer. Et oui, l’hypertension n’est que le début du processus de dégénération. Si on n’y porte pas attention d’autres maladies plus graves arrivent. En réalité ces maladies ont les mêmes origines. Lorsque l’on agit sur l’une, on agit aussi sur l’autre.

Pourquoi le jeûne hydrique ?

Pourquoi le jeûne hydrique en cas d’hypertension artérielle ?

En se détoxinant mais aussi, de par l’autolyse et leur régénération, les organes retrouvent leur équilibre. La production d’hormones se régularise. On observe la même chose sur les bouffées de chaleur. Les bouffées de chaleur sont hormonales. Hors avec le jeûne, elles  disparaissent naturellement. On observe que le jeûne est un régulateur hormonal par la détoxination des organes.

La régénération cellulaire durant le jeûne observée par les chercheurs sur la moelle osseuse expliquent également pourquoi le jeûne est efficace à harmoniser la tension artérielle.

Selon les chercheurs d’USC, jeûner lance un processus de régénération. «Cela donne le feu vert à la moelle osseuse pour reconstruire l’ensemble du système immunitaire» explique Valter Longo, professeur de gérontologie et de biologie à l’Université de Californie du sud. «Et la bonne nouvelle est que le corps se débarrasse des parties du système immunitaire abîmées ou âgées et inefficaces, pendant le jeûne. Et si vous partez d’un système fortement endommagé par une chimiothérapie ou le vieillissement, les cycles de jeûne peuvent permettre de créer, littéralement, un nouveau système immunitaire».

Grâce à la production en masse de cellules souches avec le jeûne, les organes (foie, reins, poumons, intestins, peau) se régénèrent et retrouvent leur équilibre. En retrouvant leur équilibre, la production d’angiotensine 2 et d’aldostérone se régule à la norme. La tension s’harmonise.

L’hypertension est souvent associée à une prise de poids. Le jeûne et le réglage alimentaire hypotenseur permettent l’amincissement. L’amincissement par le jeûne est un facteur supplémentaire qui explique la baisse de la tension naturellement. On observe que la tension est souvent en lien avec un seuil de poids, dès que le seuil est dépassé la tension remonte.

Rétention d’eau :

On observe que le jeûne permet de soigner les œdèmes et la rétention d’eau. Le jeûne permet donc de réguler  le taux de sodium et potassium dans le corps, ce qui apporte une explication complémentaire à l’harmonisation de la tension par le jeûne.

Dans la thèse du Docteur Michel Duverney Guichard sur le suivi d’un jeûneur sur 42 jours avec analyses de sang. On ne voit pas clairement de baisse de sodium et de potassium. Il faudrait faire ces analyses sur des personnes hypertendues. Mon hypothèse est que dans le cas d’hypertension avec excès de sodium et manque de potassium, on devrait observer que le jeûne permet de la réguler. Avis aux candidats pour faire les examens avec analyses de sang.

Facteur de risques maladies cardiovasculaires :

Le Docteur Valter Longo explique dans une conférence TEDx Talks en décembre 2016 que trois cycles de jeûne permet de réduire les risques de maladies cardio-vasculaires.

Diagramme du dessous réalisé par Valter Longo. Évolution des facteurs de risque après trois cycle de diète.

Normal : Personnes dont la tension est normal

At risk for cardiovascular disease : Personnes avec hypertension

 

Qu'est ce que l'hypertension ?

Bienfaits du jeûne hydrique sur la tension artérielle.

Avec le jeûne hydrique on observe que la tension artérielle se régule. Au troisième jour de jeûne, pour les cas les plus faciles et au 15ième jour de jeûne, pour les cas les plus récalcitrants. Dès que la tension baisse autour de 12 ou 11 de maxima et 6 ou 7 de minima, on enlève progressivement les hypotenseurs, avec l’accord du médecin.  Le retrait se fait sur 3 à 10 jours durant le jeûne. Après le jeûne, je recommande de surveiller quotidiennement la tension. Si la tension remonte au-delà de 15 de maxima et 8 de minima, alors il faut jeûner une journée ou deux, voire passer à un jeûne un jour sur deux ou un repas par jour. En général, une journée suffit. Il faudra aussi observer une alimentation frugale et hypotensive en dehors du jeûne.

Pour visualiser la vidéo, cliquer sur l’image.

Hypertension est une des principales causes de mortalité

Maladie touchant de nombreuses personnes, l’hypertension artérielle peut amener de nombreux problèmes de santé dont la mort. En effet, (Source INSERM) selon l’OMS, l’hypertension vient en deuxième position, après le tabagisme et avant l’alcoolisme, sur la liste des facteurs diminuant le nombre d’années de vie en bonne santé.

« L’hypertension artérielle est la plus fréquente des affections cardiovasculaires, touchant environ 20 % de la population adulte. Son incidence augmente avec l’âge de sorte que le pourcentage d’hypertendus est très faible chez les personnes de 20 ans et augmente ensuite régulièrement pour atteindre 40 % chez les personnes âgées de 65 ans et 90 % chez celles de 85 ans ! »

Pourquoi on développe de l’hypertension ?

Je parle ici l’hypertension essentielle, c’est 90% des cas d’hypertension.

L’hypertension est un déséquilibre hormonal qui semble subvenir lorsqu’il y a une intoxination des organes (le foie, les reins). Cette augmentation de la tension est souvent amplifiée par la lumière des artères réduite par des plaques d’athérome.

Il y a donc le plus souvent d’une part, une production en excès d’hormones (angiotensine 2 et aldostérone). Ces hormones en excès exercent une pression sur les artères et les veines. D’autre part, il y aurait un manque d’Atrial Natrurietric peptide produite par le cœur. La production de ce peptide est favorisée lorsque le cœur est sollicité par l’activité physique.

Il peut y avoir d’autre part, une réduction de la lumière des artères par athérosclérose. Les deux conjuguées donnent une hypertension sévère.

En général, l’hypertension s’accompagne d’une prise de poids. On observe également un excès de sodium et manque de potassium.

Causes Psychos

Pistes Psychosomatiques :

 

Dans le cas de l’hypertension, on parle symboliquement d’une accumulation, durant une longue période, de pensées et d’émotions non exprimées. Elles sont alors refoulées, faisant ainsi “bouillir” le corps.

Généralement, il s’agit  de colère ou de contrariété. C’est le fait de refouler ses émotions qui provoque une tension entre ce qui est souhaité et ce qui est exprimé.

L’origine du refoulement de ses émotions peut se trouver dans la peur des réactions extérieures ou dans un manque de confiance en soi.

Une des pistes psychosomatiques de l’hypertension est le désir de tout contrôler et de vouloir résoudre les situations difficiles de la vie. “Je dois être le meilleur, performant, au maximum de mes capacités. Si je ne réussis pas tant sur le plan physique qu’intellectuel, la pression et la tension augmentent.”

Dans le cadre professionnel, une sensation d’impuissance face à une figure d’autorité : avoir du mal à refuser un ordre lié à la peur du rejet.

Physiologiquement, la colère provoque une impulsion circulatoire du sang et à l’inverse le refoulement engendre une diminution du diamètre des vaisseaux sanguins. La tension augmente et c’est à ce moment que l’hypertension apparaît.

Réflexions:

Est-ce que j’ai le sentiment de me mettre la pression ou qu’une personne me met la pression ?

Est-ce que j’ai du mal à exprimer mes véritables sentiments, émotions ?

Est-ce que je me sens comprimé ?

Prenez conscience de cet état et mettez en place des priorités parmi les tâches professionnelles ou privées. Accordez-vous du temps pour observer ce qui se passe à l’intérieur de vous afin d’exprimer toutes ces émotions qui ne demandent qu’à s’extérioriser.

 

Coté scientifique :

En 1939, Franz Alexander réalise une étude sur la relation entre L’hypertension et les états émotionnels dépressifs, anxieux et de colère. Il a observé que l’hypertension peut résulter de l’inhibition des sentiments de colère. Il explique également que ces derniers éprouvent des difficultés à exprimer leurs désaccords.

 

Boutelle, R. C., Epstein, S., & Ruddy, M. C. (1987). The relation of essential hypertension to feelings of anxiety, depression and anger. Psychiatry: Interpersonal and Biological Processes, 50(3), 206–217.

Mieux comprendre l'hypertension ?

Comprendre l’hypertension :

Avant de définir les actions du jeûne sur l’hypertension, il est intéressant de repositionner clairement ce qu’est la pression artérielle. La tension artérielle correspond à une pression du sang dans les artères qui elles-mêmes conduisent le sang du cœur vers les différents tissus de l’organisme afin de fournir aux cellules l’oxygène indispensable à leur survie. A chaque contraction du cœur, le sang est chassé avec des cavités cardiaques et il est propulsé dans ces conduits. Pour remplir leur fonction de manière satisfaisante, ils doivent rester souples et non obstrués. L’hypertension artérielle (HTA) correspond à une hyperpression du sang sur la paroi des artères. Ce qui constitue un risque majeur d’accident cardiovasculaire. L’hyperpression artérielle, en essayant de maintenir le débit sanguin constant, augmente indirectement l’activité du cœur, ce qui peut entraîner une hypertrophie ventriculaire gauche (augmentation du volume du ventricule gauche) et une perte progressive de son activité contractile pouvant évoluer vers une insuffisance cardiaque.

Une pression artérielle normale c’est quoi?

Je reprends ici les conseils du Dr Michel de Lorgeril. Cardiologue et chercheur au CNRS dans son livre Prévenir l’infarctus.  « Comme pour les normes du taux de glucose et de cholestérol dans le sang, les normes de pression artérielle n’ont cessé de baisser – plus l’industrie règne sur les sciences médicales et plus les chiffres d’une pression dite normale sont bas. Dans les années 1970, les médecins toléraient des pressions de 16 sans s’alarmer. Aujourd’hui, on doit rester en deçà de 14, certains veulent moins de 13, d’autres moins de 12. Ces chiffres doivent être d’autant plus relativisés que dans la médecine de tous les jours, les méthodes de mesure sont imprécises. Les médecins ne détectent pas de différence entre 14,5 et  13 ou entre 12,5 et 11. En outre, ces chiffres sont très fluctuants ce qui donne lieu à la description plutôt comique d’hypertensions masquées (ou HTA à pression normale) et inversement du fameux syndrome de la blouse blanche où c’est la présence du médecin qui provoquerait chez certaines personnes un stress qui augmente la tension artérielle. Tout cela ne doit pas être pris au sérieux, évidemment. »

Les facteurs de risque :

L’HTA est l’un des principaux facteurs de risque d’accident cardio-vasculaire. Elle entraîne des anomalies et une rigidification de la paroi des artères du fait de la pression mécanique permanente exercée sur ces dernières. De plus, elle augmente le risque d’apparition ou d’aggravation de plaques d’athérome. Les artères les plus fréquemment touchées sont celles qui irriguent le cerveau (carotide), le cœur (coronaires), les reins ou encore les membres inférieurs. C’est pourquoi l’hypertension augmente le risque d’AVC, de cardiopathies ischémiques (angine de poitrine, infarctus), d’artériopathie des membres inférieurs (rétrécissement des artères qui irriguent les jambes) ou encore d’insuffisance rénale pouvant nécessiter à terme une dialyse. Encore, selon l’OMS, 62 % des accidents vasculaires cérébraux sont attribués à une pression artérielle élevée. Tous ces facteurs de risque sont augmentés par la présence d’autres facteurs de risques cardiovasculaires, comme le diabète,  la consommation de cigarette, les inflammations. Dans environ 10 % des cas, les hypertensions artérielles sont dites « secondaires » car elles sont la conséquence d’une autre maladie d’origine rénale, surrénalienne, neuro vasculaire ou hormonale (excès de minéralocorticoïdes, hyper- ou hypothyroïdie).

Dans l’immense majorité des cas, l’hypertension artérielle est dite « essentielle ». Le trouble apparaît le plus souvent insidieusement et la gravité est liée à ses conséquences à long terme sur les différents organes. Il existe néanmoins plusieurs facteurs de risques en dehors de ceux cités précédemment. L’âge est le principal d’entre eux car le vieillissement est associé à une perte d’élasticité des artères. Les autres facteurs de risques, et pas des moindres, sont le surpoids, la sédentarité, l’alimentation (dont un excès de sel, des apports insuffisants en potassium, ou la consommation d’alcool et de cigarettes). Nous rencontrons beaucoup de personnes qui viennent jeûner dans nos séminaires et qui ont un traitement hypotenseur sans maladies collatérales décelées. Beaucoup d’entre elles ont été mises sous traitement de façon aléatoire, sans avoir été soumises au protocole de mesure en consultations et/ou complété par des mesures à domicile. Plusieurs mesures sont nécessaires pour diagnostiquer une hypertension. En effet, La pression artérielle varie au cours de la journée : plus basse pendant le sommeil et le repos, plus élevée pendant la journée. Et elle augmente lors des activités physiques, du froid, de choc émotionnel, ou du stress. Le diagnostic de l’hypertension doit ainsi être confirmé par des mesures (à répéter à deux reprises) au cours de trois consultations, sur une période de 3 à 6 mois. Afin d’affiner et de préciser le diagnostic, le patient peut également faire des mesures à domicile. Ce qui est tout à fait recommandé.

Le réglage alimentaire

Le jeûne et le réglage alimentaire :

Le jeûne permet en effet de nettoyer le sang, la lymphe, d’assouplir les vaisseaux, de réguler le taux de sodium et potassium dans le sang, de régénérer les reins et le foie, de réguler la production d’hormones hypertensives et la tension artérielle se régule naturellement. Les artères deviennent plus élastiques au bout de 3 à 5 jours de jeûne et le cœur a moins besoin de faire d’effort. D’après le naturopathe Robert Masson, le cœur ferait jusqu’à 50 % d’économie pendant le jeûne. Un cœur au repos est un cœur qui se régénère. De nombreux jeûneurs viennent dans nos séminaires dans le but de se débarrasser  d’un traitement qu’ils jugent handicapant (du fait des effets indésirables liés au traitement) et beaucoup d’entre eux soignent leur hypertension au bout de 7 à 15 jours de jeûne, selon les cas. Par la suite, il suffit de maintenir un réglage alimentaire sain et équilibré et de jeûner régulièrement pour maintenir une tension correcte sans la prise ou reprise d’hypotenseurs (tout en continuant à suivre régulièrement sa tension).

Exemple de réglage alimentaire pour une personne hypertendue :

  • Petit déjeuner

–rien prendre ou banane écrasée avec noix ou salade de fruits crus. Eau ou tisane feuille d’olivier, feuille de gui, Pâquerette, Aubépine

  • Déjeuner:

–crudités variées (salades verte, radis, carotte, …) + pomme de terre + ail+ Poisson ou viande ou œufs + compote de pomme avec graines de chia

  • Goûter:

–un demi-citron dans l’eau + un pamplemousse ou myrtille ou ananas ou tomate

  • Diner.

–rien prendre ou crudités + poisson ou œuf ou fruits de mers. Un soir sur deux remplacer la protéine par des amandes.

Jeûner un jour sur deux si en surpoids, un jour sur trois si en sous-poids.

Si vous souhaitez régler votre alimentation avec nous en cas d’hypertension, voici le lien pour  une consultation : Consultation.

Si vous souhaitez faire un jeûne de 7 à 40 jours avec notre accompagnement, voici le lien avec les dates : dates des séjours de jeûne.

Cholestérol et athérosclérose

Plaques d’athéromes durant le jeûne :

On me demande souvent si les plaques d’athéromes disparaissent avec le jeûne. A aujourd’hui je n’en suis pas certain. Voilà néanmoins mon hypothèse.

Si les plaques d’athéromes se forment suite à des micro-lésions qui donnent lieu à des micro-tumeurs, comme l’explique le Docteur Michel de Lorgeril. Il est alors tout à fait possible qu’avec  la régénération cellulaire qu’offre le jeûne, les plaques d’athéromes disparaissent et soient lysées. Nous savons que le corps autolyse les tumeurs et les kystes durant un jeûne. Il suffirait de constater si une personne qui avait une tension pincée retrouve une tension normale après un long jeûne de 30 à 40 jours. Avis aux amateurs pour se porter volontaires !

Adiponectine pour détruire les plaques d’athérone

L’hormone adiponectine augmente pendant le jeûne. De nombreuses études ont démontré les propriétés antiathérogéniques et anti-inflammatoires de l’adiponectine via ses effets sur d’autres cytokines comme le TNF-alpha ou la CRP. L’adiponectine inhibe la constitution de la plaque d’athérome et de l’athérosclérose.

Le cholestérol est-il la cause de l’athérosclérose ?

Le cholestérol est innocent voir cette vidéo de Lorgeril.

Comprendre l’athérosclérose:

Témoignages

Ils ont soigné leur hypertension avec le jeûne et le réglage alimentaire :

Roselyne sous hypotenseur durant plus de 30 ans. Se démédicalise durant le jeûne. Sa tension redevient normale avec le jeûne et une alimentation adaptée.

Témoignage d’Henda (à la 11ème mm 15). Henda était sous traitement depuis 6 ans. Elle a arrêté son traitement pendant le jeûne, en juin 2015, ainsi que son traitement pour un diabète type 2. Elle poursuit son réglage alimentaire sans reprendre son traitement.

Témoignage de Pascal. Arrêt de son traitement anti hypertenseur (et anti cholestérol) en début de jeûne en octobre 2015. Il était sous traitement depuis 2 ans. Il suit toujours son réglage alimentaire et n’a pas repris son traitement.

Il jeûne pour la haute pression, terme canadien pour hypertension.

Ici un médecin russe, explique les recherches effectuées sur un groupe de personnes hypertendues et obèses. Il constate une régulation de la tension avec 1 mois de préparation, 14 jours de jeûne hydrique, puis une alimentation hypotensive. Les résultats obtenus perdurent 6 mois. Il recommande un second jeûne 6 mois après le premier.

Prévention diabète et cancer

Soigner l’hypertension, une prévention pour le diabète et le cancer :

En soignant l’hypertension naturellement, on s’épargne tous les effets secondaires des hypotenseurs (toux sèche, fatigue, faiblesse musculaire, perte de libido…) mais surtout, on fait de la prévention pour le cancer, la dépression et le diabète. Le Docteur Michel de Lorgeril constate que celui qui fait de l’hypertension déclenche souvent un diabète ou un cancer. Et oui, l’hypertension n’est que le début du processus de dégénération. Si on n’y porte pas attention d’autres maladies plus graves arrivent. En réalité ces maladies ont les mêmes origines. Lorsque l’on agit sur l’une, on agit aussi sur l’autre.

Commentaires

Laisser un commentaire

0 réactions sur “Soigner l’hypertension par le jeûne

  1. Bonjou Eric,
    Je termine 1 jeúne de 7 jours en suivant les recommandations de votre site et de vos videos YT. Mon objectif (atteint !) était de récupérer une tension normale et de me passer de médicaments. J’ai aussi perdu 5 kg (période de descente alim + jeûne)
    J’ai de longue date supprimé le petit déjeuner une façon « saine » de m’alimenter.
    Je veux maintenir ces bons résultats sur le long terme : quel rythme de prises alimentaires conseillez-vous après la période de reprise ?. Tout en gardant la suppression du petit déjeuner, je pensais à 1 jour de jeûne par semaine mais suis ouverte à toute suggestion.
    Cette première expérience réalisée seule pour des raisons de disponibilité m’a confortée dans l’envie de refaire un jeûne dans l’un de vos séminaires, en prévoyant ce séjour à l’avance, pour profiter de la synergie du groupe et en apprendre plus lors des ateliers naturo.
    Merci de votre réponse, et de vos partages.
    Nicole

    1. Bonjour Nicole,
      Bravo pour votre jeûne! félicitation. C’est bien de continuer de réguler votre tension avec des jeûnes réguliers. Le mieux néanmoins est de manger frugalement. Un repas par jour par exemple ou deux repas très frugaux par jour. Cela dépend de votre métabolisme et poids. Continuer de surveiller votre tension tous les jours. Si votre tension remonte, observez si vous vous êtes un peu lâcher sur vos repas et si le poids remonte. Si c’est le cas jeûner une ou deux journées pour rééquilibrer et apprenez à mieux doser votre alimentation.
      Pour la reprise alimentaire voir ici :https://www.jeunerpoursasante.fr/reprise-alimentaire-apres-jeune/
      Bonne soirée,
      Eric

  2. je vous remercie pour vos conseils .j’ai jeûné pendant 4 jours,j’ai eu pendant le jeune des pointes tension 25,8/12,7 par exemple et j’ai eu beaucoup de crampes d’estomac. et d’aérophagie j’ai commencé un jeune 1jour sur 2et je veux le continuer pendant 1mois.depuis le début j’ai perdu 4kg.je mesure 1,72 je ne pese que 61k
    pourriez vous me donner quelque conseils? jean-louis

    1. Bonjour Jean-Louis,
      Il faut continuer le jeûne et accepter de mincir. Jeûner jusqu’à ce que la tension baisse. Votre tension est très forte c’est dangereux de rester à ce niveau de tension. Il faut prendre vos hypotenseur et jeûner. Il se peut que 15 jours de jeûne hydrique soit nécessaire pour faire baisser la tension. Une fois la tension revenu à la normale suivre une alimentation hypotensive et si nécessaire jeûner un jour sur deux. Je recommande d’analyser votre taux de cortisol le matin. Si un excès de cortisol freiner votre glande surrénale avec l’homéopathie.

  3. Bonjour Eric
    J’ai des problème d’hypertension assez élevée et suis convaincue de l’effet du jeûne. j’aimerais vivre un jeûne accompagnée car je n’arrive pas à le faire seule dans mon contexte de vie. Pour m’inscrire chez vous j’aimerais savoir combien de jours faudrait-il dans ma situation pour qu’elle s’améliore ( je viens de faire un MAPA pour info :”Ce MAPA montre des chiffres tensionnels élevés avec une grande constance avec une moyenne diurne à 179/94 et une moyenne nocturne à 197/100 sous Candésartan 8 mg.”) ?
    Vous proposez beaucoup de cures différentes et je ne sais pas bien laquelle me conviendrait. J’ai 60 ans, une vie peu régulière et stressante, sans problème de poids.
    Merci d’exister et à bientôt j’espère.
    Anne

  4. Bonjour,
    Merci pour cette page très documentée et claire. J’aurai cependant deux questions :
    – Quid des personnes dont l’hypertension est très probablement secondaire (due par exemple à une hypothyroïdie) ? Le jeûne a-t-il un intérêt ?
    – Si oui, faut-il prendre des précautions particulières si l’on souhaite jeûner et qu’on est plutôt maigre ?
    Merci d’avance de vos réponses.
    Sarah