Jeûne hydrique de longue durée 14-21-28-40 jours :

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser le demander !

Jeûner, tout le monde connait ou presque ! Il s’agit de supprimer l’alimentation solide sur une durée de quelques jours, voire d’une semaine. Mais dans des circonstances particulières, le jeûne peut se pratiquer sur une durée bien plus longue et atteindre les 40 jours parfois. Plus qu’une détoxination de l’organisme, ce processus va plus loin en s’inscrivant sur la durée et possède des visées thérapeutiques. Si vous voulez tout savoir sur le jeûne de longue durée, c’est par ici que ça se passe…

Pourquoi faire un jeûne de longue durée ?

Le jeûne de longue durée peut atteindre 15, 25, 30 ou même 40 jours. Pour autant, il ne doit pas se pratiquer à la légère et répond à des problèmes bien spécifiques.

En effet, il est recommandé essentiellement dans deux cas :

  • La volonté d’un changement profond au niveau psychologique
  • Le remède aux maladies chroniques graves comme la bronchite chronique, polyarthrites, cancers, maladies auto-immunes, arthrose, cirrhose du foie, obésité, fibromyalgie, migraine, hypertension…

Avant de vous lancer dans un jeûne hydrique de longue durée, il faut effectuer un diagnostic personnel permettant d’évaluer votre besoin en jeûne, mais aussi la présence de facteurs permettant de le réaliser. Il faut donc se poser les bonnes questions :

  • Vos réserves pondérales sont-elles suffisantes ?
  • Votre vitalité le permet-elle ?
  • Quelle est la force de votre motivation à aller jusqu’au bout d’un jeûne long ?

Une fois ces questions résolues et en adéquation avec votre potentiel et vos objectifs, la durée du jeûne hydrique est déterminée et la cure peut être lancée. Mais, au fait, savez-vous comment se passe un jeûne de longue durée ? Je vous livre ici tout ce que vous devez savoir sur le processus. Suivez le guide !

Comment se déroule un jeûne de longue durée ?

Je vous transmets ici mes observations personnelles sur le processus du jeûne de longue durée. Ces observations sur le vécu de jeûne ne sont pas exhaustives ni systématiques. Vous pourrez ainsi avoir un aperçu du déroulement d’un jeûne de longue durée tout en sachant que des variantes peuvent intervenir selon vos cas spécifiques.

  • La première semaine: c’est une semaine où l’énergie yang domine. Il s’agit donc d’une énergie émissive pendant laquelle les symptômes physiques de détoxination se manifestent de façon exacerbée. On l’appelle souvent « la semaine de la crise curative ». Elle peut être accompagnée parfois de fortes douleurs. En effet, les toxines se libèrent des organes pour se précipiter vers les portes d’expulsions. De fait, de nombreux symptômes se manifestent pour attester de cette détoxination musclée comme :
    • Urines chargées,
    • odeurs fortes de la sueur,
    • vomissement,
    • crachats,
    • diarrhée,
    • maux de tête
    • et maux du bas du dos.

De gros changements s’opèrent principalement au troisième jour de jeûne, là où les symptômes sont les plus visibles. Ce troisième jour peut être vécu comme une épreuve. Ensuite, dans les jours qui suivent, le jeûne devient plus facile. Si le jeûne est bien préparé, ces symptômes sont mieux amortis. Certaines personnes traversent même leur première semaine sans aucun symptôme. Côté psychologique, c’est une semaine propice pour faire le point sur sa vie et définir des plans d’action, faire des projets, définir ce qui est important pour soi et se centrer sur l’essentiel. Il s’agit donc d’une semaine d’introspection. Il est donc utile d’appliquer la loi de Pareto pendant cette semaine. Vous en profiterez donc pour identifier vos stratégies d’évitement ou de dispersion pour se centrer sur les 20 % qui vous permettront d’obtenir 80 % de résultat sur votre santé, mieux être, relations, couple, finances, profession…

 

  • La seconde semaine: c’est une semaine où l’énergie yin domine. On est donc dans une énergie réceptive. De fait, certaines émotions peuvent apparaître sans raison apparente. La délicatesse, la tristesse, la peur, l’envie de se replier sur soi, la fatigue, l’euphorie, le fou rire peuvent être de la partie et s’installer dans votre programme sans y avoir été forcément invités. Vous l’aurez compris, c’est une semaine propice pour s’intéresser aux blessures émotionnelles, les accueillir avec bienveillance afin de les libérer. Vous pourrez en profiter pour soigner l’enfant blessé, revisiter les déclenchements émotionnels, comprendre votre mode de fonctionnement émotionnel, mais aussi vous désidentifier des émotions, vous pardonner, vous cocooner, retrouver l’estime de soi et la confiance en soi.

 

  • La troisième semaine: c’est le combat intérieur pour trouver la paix et la sérénité. Il peut y avoir un ras-le-bol et une envie de tout arrêter. Un jour le jeûne se passe bien, le lendemain le jeûneur est dans la lutte contre ses démons. Ce combat intérieur se manifeste au point qu’il est observable de l’extérieur. On a l’impression d’entendre les petites voix qui murmurent tour à tour à l’oreille du jeûner « Oui je veux jeûner » et « Non je ne veux plus jeûner ». Il va se produire généralement autour du 20e jour et peut durer 1 à 3 jours. Des symptômes physiques peuvent même apparaitre comme extrême fatigue, vomissements intenses, fortes douleurs à l’estomac, insomnie, colère, tristesse…. Ensuite, le calme et la paix s’installent, après la tempête intérieure et les manifestations physiques parfois violentes. En général, les choses reviennent en ordre à partir du 25e Il est à noter que le jeûneur ne vit pas systématiquement cette traversée avec des symptômes forts. Parfois c’est juste une petite fatigue et moins de motivation. Tout dépend du vécu du jeûneur et ce qu’il a à travailler.

 

  • La quatrième semaineet les suivantes : Ensuite, le jeûne se fait tranquillement jusqu’à 40 jours. Il peut encore y avoir une crise au bout du 37e Là encore, c’est un passage. En effet, à ce stade, deux explications semblent logiques pour expliquer ce refus du corps et de l’esprit d’aller jusqu’au bout des 40 jours, à savoir :

 

  • L’impatience : Le jeûneur est à trois jours de son objectif et là il ne peut plus attendre. Il abandonne 3 jours avant l’arrivée.
  • La peur de l’éveil : 40 jours est la durée de jeûne réalisée par les maîtres ascensionnés, Jésus, Mahomet, Bouddha. Serait-ce une crainte de l’éveil qui fait abandonner les jeûneurs trois jours avant les 40 jours ?

 

Si les réserves pondérales et la vitalité sont là, le jeûneur vit bien le processus. La faim a totalement disparu, le jeûneur s’adapte à ce nouveau mode de vie. Le jeûneur dort peu, 3 à 4 heures par nuit. Il fait des petites siestes de 10 minutes dans la journée. Parfois la vitalité est disponible, parfois le jeûneur se sent très fatigué. Il faut alors se reposer en nature, méditer et se visualiser en bonne santé. La fatigue est souvent liée à la glycémie, selon l’efficacité du foie à fabriquer en quantité suffisante de corps cétoniques. Si peu de corps cétoniques sont présents, le corps s’économise et la fatigue se fait ressentir. Je recommande d’accepter et d’accompagner le processus par la pensée. Je déconseille de parler de son jeûne autour de soi et surtout de se plaindre. Les gens autour de vous ne connaissant pas le jeûne vont vous inciter à reprendre l’alimentation.

Pour un reset, faire 26 jours de jeûne

Le reset complet est indiqué quand vous souhaitez une déprogrammation sur vos schémas de croyances programmés par les injonctions reçues lors de votre enfance. Dès lors, il faut dépasser les 25 jours de jeûne. Bien évidemment, pour repartir sur une feuille blanche, il est impératif d’accompagner le processus en conscience, sans quoi la déprogrammation ne marche pas.

Il faut savoir qu’il faut en fait 25 jours pour créer un chemin neuronal. Lorsque l’on jeûne ainsi sur une longue durée nos anciennes croyances liées à la nourriture ou des problèmes de santé psychosomatiques disparaissent en même temps que notre corps détoxine. Il faut donc 25 jours de jeûne pour effectuer un reset total de nos croyances erronées.

Bien entendu, le corps et le mental vont résister à cette remise à zéro. C’est pourquoi les difficultés évoquées plus haut pointent le bout de leur nez entre le 19e et 25e jour. La lutte intérieure est forte entre l’envie de faire disparaître une partie de nous imprégnée de fausses croyances et cette même partie qui se débat pour survivre malgré tout en tentant de nous faire arrêter le jeûne.

De retour chez soi il sera important de ne pas récrire l’ancien programme sur cette page blanche. D’où l’importance de faire le point en première semaine et de définir ses objectifs. Le jeûne permet d’effacer les anciennes habitudes, quelles nouvelles habitudes souhaitez-vous mettre en place ?

Pourquoi choisir un accompagnement au jeûne longue durée en groupe ?

En lien avec ces observations, j’ai mis en place un accompagnement qui vient optimiser le travail du jeûne. En plus de l’enseignement sur le jeûne, la naturopathie, un enseignement en développement personnel spécifique pour chaque semaine est prévu au programme afin de vivre ce jeûne hydrique de longue durée en pleine conscience et d’en tirer tous les bénéfices physiques et spirituels. Je recommande donc un programme qui se déroule comme suit :

  • La préparation avant le jeûne : Une préparation de plusieurs semaines permettra d’adoucir le passage de la crise curative de la première semaine.
  • La première semaine : Libération des toxines et ancrage des projets. Un accompagnement à la définition des objectifs personnels et la programmation de la réalisation des projets par la visualisation créatrice.
  • La deuxième semaine : Libération des Émotions. Apprendre à développer son Quotient émotionnel, comprend les déclenchements émotionnels, canaliser l’Énergie émotionnelle. Devenir le maître de son véhicule émotionnel.
  • La troisième semaine : Libération du mental. Mettre le mental au service du cœur et de votre projet personnel. Identifier les peurs et l’automanipulation par le mental. Rendre le mental intelligent et constructif.

Au plaisir de vous y retrouver,

Éric Gandon, Nathuropathe.

Témoignages

Gabriella 28 jours de jeûne :

 

Yannick. 3 ans après les 21 jours de jeûne :

 

 

Marichen, 40 jours de jeûne :

 

Agnès, 29 jours de jeûne :

 

 

SERGE LEMAIL 56 jours de jeûne :

 

Cures de jeûne et naturopathie

Toutes les cures de jeûnes

Planning des cures

ANIMATEUR
Jérémy Gandon

ANIMATEUR – Naturopathe 
ANIMATREUR – Naturopathe

Commentaires

Laisser un commentaire