Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #64373
    Photo du profil de BOISSON BertrandBOISSON Bertrand
    Participant

    Témoignage de jeûne : c’est le corps qui décide !
    Le corps, comme le cœur, a ses raisons … que la raison ignore !
    J’ai effectué un jeûne long de 26 jours, du 6 novembre au 1er décembre 2020, chez moi, et accompagné par Eric en viseo-conférence 2 fois par jour sur Zoom. Il aurait été mieux de le faire en présentiel, mais je voulais absolument profiter de notre immobilisation à tous, due au confinement…
    Je jeûne depuis 35 ans, effectuant annuellement des jeûnes d’une à deux semaines. J’avais précédemment tenté, seul, un jeûne de 3 semaines, mais, au 18è jour, grosse faim et peur panique, ce qui fait que je l’ai arrêté plus tôt que prévu. C’est pourquoi je souhaitais un accompagnement pour ce jeûne long. De plus, avec Eric, il s’agit vraiment d’un accompagnement thérapeutique.
    Ce jeûne avait deux buts : soigner un adénome prostatique ainsi qu’une hypertension.
    J’avais déjà eu un blocage urinaire en octobre 2015, j’avais été sondé, puis tout était rentré dans l’ordre après un jeûne de 15jours suivi d’un autre d’une semaine … Nouveau blocage en août 2020, pose d’une sonde, une semaine de jeûne par mois, mais l’urologue me conseille, cette fois, la résection de la prostate, c’est-à-dire élargir chirurgicalement l’urêtre afin d’éviter de futurs blocages urinaires. En effet, en cas de blocage, la seule solution est la sonde qui permet d évacuer l’urine qui ne cesse de s’accumuler dans la vessie et qui la fait douloureusement gonfler … jusqu’à quelles limites ? Ce blocage ne prévient pas, et il vaut mieux ne pas être trop loin d’un hôpital ou d’une infirmière quand il se produit : d’où une insécurité latente ! j’ai cependant opté pour ce jeûne long avant toute intervention, espérant une réduction du volume prostatique. Traitement urorek et avodart.
    L’hypertension n’a été décelée qu’en janvier 2020 lors d’un examen proposé par la Sécurité Sociale, elle avoisinait 19. Traitement par anti-hypertenseurs lisinopril et perindopril.

    Ce jeûne s’est globalement bien déroulé : perte de poids de près de 10 kgs dont 5 la première semaine. Tension artérielle élevée autour de 14-15 tout au long du jeûne. L’énergie se fait plus difficile à utiliser au fur et à mesure, la marche est de plus en plus lente. Coucher 22h et lever 6h, mais insomnie de 01h à 04h, utilisée en méditations et visualisations.
    Au cours des visio-conférences, apprentissage du massage de prostate avec Eric, analyse de personnalité, étude des causes probables de ces pathologies, tant physiques que psychologiques, voire spirituelles, révisions de Naturopathie pour une bonne hygiène de vie, on croît connaître mais on fait de petits arrangements avec soi-même !!!
    2 journées très difficiles : la 5è et la 21è où j’ai connu vertiges, faiblesse, vraiment pas la forme. Sans accompagnement, j’aurais sans doute arrêté ce 21è jour ! A signaler également des brûlures d’estomac pendant 1h30 le 14è jour. Au 23è jour, la tension artérielle tombe à 11/8 et se maintient à ce niveau.
    Reprise alimentaire à base de soupe, tout se passe bien, mais, le samedi matin 5 décembre, nouveau blocage urinaire, … à toute vitesse aux urgences, pose d’une sonde, et … réflexion !
    Il s’avère que mon corps a préféré d’autres priorités que la réduction de l’adénome de la prostate, en effet, il a préféré traiter la tension, et effectivement, elle se maintient dans des valeurs normales maintenant. Il s’avère, au biotest, qu’un nouveau jeûne n’apportera pas de mieux pour cette prostate et que mon corps est d’accord pour une résection prostatique au laser : rendez-vous est donc pris pour cette opération..

    Comme quoi, espérez ce que vous voulez, c’est, de toutes façons, votre corps qui décidera du travail à effectuer, et ce, pour votre plus grand bien !!!
    Bertrand.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Connexion / inscription