Le jeûne et le cancer du sein

Témoignage de guérison d’un cancer du sein

Centre Val Sante – Jeûne / Cures : Témoignage de jeûne
Cancer du sein agressif / Perte de poids / Ménage du corps et de l’esprit http://www.valsante.qc.ca

Témoignage d’une jeûneuse dans le cas d’une chimiothérapie. Les cellules saines sont mieux protégées lorsque l’on jeûne 2 à 3 jours avant la chimio puis pendant la chimio puis 2à 3 jours après. Les effets secondaires en sont nettement diminués. Il faut adapter selon les réserves pondérales et renforcer le système immunitaire entre les jeûnes avec une alimentation très digeste et nourrissante.

Plus important encore ! Le cancer se développe dans un milieu anaérobique de la cellule. Ce serait peut-être une façon naturelle qu’a trouvé la cellule pour survivre dans un corps trop intoxiqué ou intoxiné. L’oxygène n’arrive plus à parvenir à la cellule à cause d’une lymphe trop chargée en pesticides, et produits de synthèse. La cellule, pour continuer de fabriquer de l’énergie, fermente le glucose et produit de l’acide malolactique. Cette acide casse les maillons de l’ADN et provoque alors une mutation de la cellule. L’ADN de la cellule étant en « panne », la cellule devient folle.

« Il n’y a plus de pilote dans la cellule, c’est l’anarchie cellulaire ! »

Vous trouverez également dans l’article « le jeûne, thérapie pour cancer », les explications scientifiques de Valter Longo. Il explique simplement mais avec preuves à l’appui, comment le jeûne peut prévenir ou même aider la guérison du cancer.

Vous découvrirez que lorsque l’on jeûne, les cellules cancéreuses, sous l’effet du stress dû au jeûne, meurent alors que nos cellules saines au contraire se protègent et vivent très bien. Les cellules cancéreuses n’ont pas la capacité de s’adapter à un corps qui jeûne. Pour les cellules cancéreuses le jeûne est un cauchemar !

Voir l’article : le jeûne, thérapie pour cancer.

Les mêmes informations sont données également dans le magazine Science et Vie de juin 2012.

pdf
Résumé

Pour ceux qui aiment faire court : « La cellule saine se met en mode protection sous l’effet du jeûne, la cellule cancéreuse a perdu cette faculté. La cellule saine résiste bien au jeûne, la cellule cancéreuse supporte mal le jeûne et donc disparaît sur la durée. Cet effet est accéléré par la chimiothérapie qui n’atteint pas la cellule saine lorsque nous jeûnons, mais qui tue la cellule cancéreuse ».

Voir sur le lien suivant une vidéo avec le témoignage d’une guérison de cancer de la vessie par le jeûne : Guérison par le jeûne du cancer de vessie et prostate.