Le jeûne et naturopathie fait peur. Nous avons en mémoire de tristes expériences de personnes sous-alimentées (ou anorexiques), mais aussi des périodes de famine qu’ont connues nos ancêtres.
Pourtant aujourd’hui beaucoup plus de personnes meurent dans les pays riches de la suralimentation plutôt que du manque d’alimentation. 2 personnes sur 3 aux Etats Unis meurent de suralimentation. Et cela personne ne semble s’en inquiéter. D’un côté, il ne faut pas parler de jeûne car 1 % de la population est anorexique et tant pis pour les 66 % qui meurent de maladies liées à une mauvaise alimentation ou suralimentation. Le docteur Allard écrit : “L’homme ne meurt pas ! L’homme se tue. Il se tue par ce qu’il respire (respire contre soi), il se tue par ce qu’il mange (mange contre soi), il se tue par ce qu’il pense (pense contre soi), il se tue par ce qu’il boit (boit contre soi).
Pour bien se préparer au jeûne, vous allez manger des bouillies de légumes verts cuits, moi personnellement c’est purée de carottes. Mais si vous êtes un peu constipé la purée de légumes verts cuits est fortement recommandée. 6 heures après le dernier repas je fais un lavement du colon.
Au début du jeûne votre mental utilisera toutes les ruses pour vous faire reprendre la nourriture, aussi il est bon d’accueillir les petites phrases (il faut manger pour vivre, si tu arrêtes de manger tu n’auras plus d’énergie…), de se raisonner (j’ai des réserves pour au moins 25 jours), et de rassurer votre mental. “Si je ne mange pas je meurs” : OK, j’accueille et transforme cela en : “je jeûne et c’est bon pour mes organes, je les encourage à profiter de cette période de repos pour réaliser une bonne détoxication“.
Jeûner est très simple, il faut juste arrêter de manger solide et boire de la bonne eau. L’idéal est l’eau osmosée dynamisée. Jacques Collin donne de bons conseils à ce sujet dans ses ouvrages.
Le jeûne devient efficace au bout de 3 jours, il est bon alors de le refaire régulièrement. Personnellement j’ai fait jusqu’à 24 jours, c’était excellent.

 

Pour les personnes sous médication, les médicaments peuvent être diminués voire arrêtés selon des cas précis. Je conseillerai de voir au cas par cas et de se faire suivre par un médecin allopathique.
Pendant le jeûne, il n’y a pas de manque d’éléments nutritifs, on observe une baisse de certaines vitamines : C, D, E et d’autres composants du métabolisme, mais ces pertes ne sont pas critiques.
Au centre de Goriachinsk en Russie, c’est plus de 10 000 personnes en 50 ans qui ont suivi des jeûnes thérapeutiques pour des maladies telles que diabète de type 2, asthme, hypertension, rhumatismes, allergie. Près de 2 personnes sur 3 ont vu leurs symptômes disparaître après une ou plusieurs cures de jeûne.

 

La crise de détoxination (3 ou 4ème jour) : 

Le plus difficile n’est pas de se priver de nourriture, le passage délicat peut être la crise d’acidose. Cette crise de détoxination apparaît en général au 3ème jour ou 4ème jour de jeûne. Cela peut se traduire par des nausées, faiblesses, migraines. Chez moi cela se traduit par des sueurs, fièvre, tremblements et une urine très foncée. Cette période passée c’est le bonheur. la faim disparaît et le corps fabrique lui-même son alimentation à partir de ses réserves. Le taux d’acidité augmente dans les urines, c’est pourquoi nous appelons ce passage l’acidose. Néanmoins le corps lui-même ne devient pas acide. Daniel Kieffer, naturopathe, l’appelle la crise curative. Les symptômes liés à une problématique ou une maladie existante peuvent s’aggravent mais en réalité c’est le corps qui déploie toute la nouvelle vitalité disponible pour engager un push ultime contre la maladie.
Les douleurs peuvent parfois devenir très fortes, migraines, douleurs articulaires, anciennes blessures, goutte, arthrite, fièvre, éruptions, vomissements, diarrhées, urines chargées. C’est à ce moment-là que nous avons le plus besoin d’être accompagné car nous pouvons confondre une crise curative avec un manque alimentaire.
Personnellement je trouve que cette crise est moins douloureuse si je fais un lavement colonique les premiers jours du jeûne. Pour les maux de tête, j’utilise les bains très chauds et je pose sur la tête une vessie de glace remplie de glaçons. Il existe aussi des huiles essentielles comme la menthe poivrée ou puressentiel maux de tête.