7 mai 2020

Jeûne et massage. Pourquoi se faire masser durant un jeûne ?

Le massage, pratique aux mille vertus, permet une profonde détente et relaxation de notre corps et de notre esprit. Il déclenche la sécrétion d’hormones relaxantes, la stimulation du système immunitaire, permet l’apaisement des douleurs chroniques ou encore la prévention des maladies chroniques. Associé à une cure de jeûne, le massage permettra une accélération de la détoxication et détoxination, un soulagement des douleurs chroniques, notamment via une oxygénation des tissus. Pour comprendre les mécanismes en profondeur, un détour par les fascias, tissus mous présents partout sous notre épiderme, enveloppant nos muscles, nos organes et nos glandes, s’impose.

 

SOMMAIRE

  1. Vertus du massage
  2. Effets physiologiques du massage
  3. Les effets énergétiques du massage -Vision d’Amandine Fourcade
  4. Douleurs dorsales et systeme digestif
  5. Zoom sur les fascias
  6. La libération émotionnelle
  7.  Sources d’information

 

1) Vertus du massage

Dans nos pays occidentaux, nous considérons le massage comme un moment de plaisir de détente. Or, le massage permet de défaire de nombreuses contractures musculaires et de diminuer l’intensité de certaines douleurs. Même s’il n’est pas thérapeutique, le massage bien-être est plus que de la relaxation, il permet notamment d’agir en prévention et quasiment la totalité des civilisations ont utilisé le massage dans différents endroits du globe et à travers l’Histoire.

Ainsi, le massage permet l’ensemble des améliorations suivantes :

  • Améliorer la qualité du sommeil;
  • Diminuer les effets du stress sur le corps;
  • Soulager les douleurs musculo-articulaires;
  • Faciliter la circulation sanguine;
  • Optimiser le fonctionnement du système digestif et des organes vitaux;
  • Éliminer les toxines accumulées dans le corps.
  • Soulager les douleurs causées par des tensions musculaires;
  • Améliorer la condition générale du corps;
  • Augmenter le potentiel de récupération après une blessure musculaire;
  • Prévenir l’apparition de problèmes physiologiques d’ordre musculaire ou articulaire.

 

A l’heure actuelle, les bienfaits du massage ont été validés scientifiquement pour les maux suivants : la fatigue chronique, le stress, la migraine, la douleur chronique, les douleurs lombaires, la douleur au cou et aux épaules, les inflammations musculo-squelettiques, la santé mentale et les troubles dépressifs.

Le Dr Pierre Arsenault a réalisé en 2014 une revue de la littérature scientifique en massothérapie, afin de démontrer qu’elle allège les symptômes de nombreux troubles médicaux.

Pour plus d’informations, cliquez sur l’article pour l’obtenir en pdf : Intérêts de la massothérapie

2) Effets physiologiques du massage

Les effets du massage sur la peau

Le massage a un effet bénéfique sur notre peau pour plusieurs raisons. Les huiles utilisées permettent de nourrir la peau et de l’assouplir. De plus, la peau est issue de l’ectoderme. L’ectoderme est le feuillet externe de l’embryon qui donne naissance à l’épiderme et au système nerveux, tous deux ont donc une origine commune.

Les effets du massage sur la circulation sanguine et lymphatique

Le massage accélère la fabrication du sang et stimule notre système lymphatique qui filtre les déchets de l’organisme. Combiné au jeûne, le massage potentialise donc les effets de détoxination de ce dernier.

Les actions du massage sur le système nerveux

Le massage stimule les récepteurs sensoriels mais aussi les points d’acupuncture, ce qui permet une meilleure circulation de l’énergie. De plus, la peau étant connectée au système nerveux, elle permet à ce dernier de se détendre et de s’équilibrer, par les neurotransmetteurs qui circulent entre les systèmes.

Amélioration du sommeil et de la digestion

La sécrétion d’ocytocine engendrée par le massage, est idéale pour réguler la tension nerveuse et favoriser l’endormissement, ainsi qu’un sommeil de qualité.

Le massage de la région abdominale active le réflexe des glandes situées au niveau de l’estomac et de l’intestin, et stimule la circulation sanguine à travers les tissus de cette partie du corps. La production de sucs gastriques est favorisée, ce qui facilite l’absorption des nutriments durant la digestion et le transit intestinal qui s’en suit.  L’automassage “digestif” peut être pratiqué après les repas pour faciliter le travail de notre sphère digestive en particulier, l’estomac et les intestins. C’est un moyen efficace d’améliorer le transit, d’apaiser la paroi abdominale et d’éliminer les tensions.

Les effets du massage sur la respiration

En ce qui concerne la respiration, le massage stimule et détend le diaphragme. Le dos, les épaules ou encore le thorax, sont des zones importantes à masser pour améliorer la respiration.

Dans une courte vidéo, extraite d’un documentaire E=m6 de 2011, Lucie Vincent, neurobiologiste, explique les bienfaits du massage. Les récepteurs sensoriels envoient des informations aux nerfs, passent par la moelle épinière, circulent le long de la colonne, et arrivent au cerveau. Ce dernier libère alors des neurotransmetteurs comme les endorphines, ce qui procure du plaisir et de la détente, et de l’ocytocine, hormone réduisant le stress. Le massage s’avère tout aussi important dans la prévention des maladies chroniques, par la stimulation du système immunitaire qu’il induit via l’activation de la circulation sanguine.

Pour plus d’informations, cliquez sur ce lien afin d’accéder à la vidéo : Les bienfaits du massage

ll existe plusieurs types de massages, chacun ayant des bénéfices spécifiques. Par exemple :

  • le massage shiatsu, technique Japonaise, est parfait pour équilibrer l’organisme et retrouver de l’énergie ;
  • les massages ayurvédiques sont excellents pour se libérer des tensions nerveuses et pour éliminer les toxines de l’organisme ;
  • le massage Abhyanga, issu de la médecine ayurvédique, aide à équilibrer les énergies dans le corps à travers les méridiens ;
  • le massage Balinais, originaire de la médecine chinoise et ayurvédique, permet de détendre le corps et d’harmoniser les énergies ;
  • la réflexologie thaïlandaise ou le massage Thaïlandais peuvent aider à prévenir certaines maladies, et régule l’organisme ;
  • le massage Kobido, technique japonaise du visage, tonifie et lifte les traits du visage ;
  • le massage californien favorise la détente du corps, et permet d’éliminer les tensions physiques et psychiques ;
  • le massage chi nei tsang, issu de la médecine chinoise, aide la détoxination des intestins , la respiration, la circulation sanguine ainsi que la libération des émotions ;
  • le massage minceur améliore et stimule la circulation, diminue l’aspect de la « peau d’orange » , tonifie et raffermit la peau ;
  • le massage lomi-lomi, d’origine Hawaïenne, permet d’assouplir les muscles et apporte une profonde relaxation du corps et de l’esprit ;

 

3) les effets énergétiques du massage -Vision d’amandine Fourcade

« Un massage c’est une façon de vivre le moment présent, une méditation, un moment où l’on se connecte aux sensations de son corps avec une meilleure écoute de son cœur. Le toucher est le sens qui est relié au chakra du cœur et les paumes des mains sont le prolongement du chakra du cœur. Recevoir et donner un massage sont au-delà du physiologique, on accède à des perceptions plus subtiles, celles des couches énergétiques et émotionnelles vibrant sur différentes fréquences. Tout ce qui ne s’exprime pas, s’imprime dans le corps. Au niveau de l’enveloppe émotionnelle et palpable sur le corps physique, on retrouve les mémoires ‘des maux’ ou ‘des mots’ qui se sont cristallisées sous forme de nœuds énergétiques. Un massage ciblé sur ces tensions permet de décristalliser cette énergie bloquée dans les nœuds à condition que le masseur vit son massage dans l’instant présent. En effet, grâce à la connexion au cœur, et à ce moment présent, nous avons accès à la porte de l’intuition et des messages. Le masseur devient un canal d’énergie de la terre et du cosmos relié aux corps énergétiques de la personne massée. »

Pour recevoir l’enseignement des massages du monde, énergétique et intuitif, contacter Amandine au damondine@gmail.com ou page facebook : les fées mains de l’âme-ondine. Voir tutos en massages et explications des bienfaits du massage en vidéo depuis la chaine youtube Amandine Fourcade.

4) Douleurs dorsales et système digestif

Études sur l’efficacité du massage dans le cas de douleurs chroniques lombaires

Une étude menée en 2011 par Group health research institute et parue dans le journal Annals of internal medicine (cliquez sur ce lien pour avoir accès à l’étude : Article scientifique en anglais) atteste de l’efficacité des massages dans le traitement de douleurs chroniques du dos, chez 400 patients âgés de 20 à 60 ans. À raison d’un massage par semaine pendant 10 semaines, 40% des patients tests ont déclaré la disparition des douleurs, contre 4% sur le groupe de patients recevant des médicaments. De plus, au bout de 52 semaines, les résultats se font toujours sentir, il y a donc un effet de durabilité.

Dans une étude antérieure, publiée dans la même revue en 2008, le National Institute of Health, suggérait même que la thérapie par le massage avait des effets bénéfiques sur les personnes souffrant de cancer avancé.

Robert Masson, naturopathe et directeur du CENA, expliquait que la plupart des patients atteints de douleurs chroniques dans le bas du dos, mais aussi de sciatalgie et de cruralgie, souffrent également de troubles digestifs. Une constipation chronique, des colites répétées, peuvent en effet engendrer des maux de dos à cause de l’inflammation chronique locale.

Le jeûne va ainsi soulager le système digestif, ce qui pourra diminuer voire supprimer les douleurs dorsales. Une pratique de massage associée au jeûne, ne peut que contribuer au renforcement de ces effets positifs, par le drainage et l’oxygénation des tissus.

Cette position est également tenue par l’ostéopathie viscérale.

Tous les viscères, en tant qu’organes contenus dans une cavité (thoracique, abdominale, pelvienne) sont rattachés aux os, notamment aux côtes ou à la colonne vertébrale, par des ligaments. Ces tissus mous, ou fascias, sujet approfondi dans la suite de l’article, permettent en plus le passage des artères, veines et nerfs pour chacun des organes. Tout ce système, qui est comme une sorte de grosse toile d’araignée, relie donc tous les viscères et structures osseuses entre elles.  Suite à un stress aigü, ou à une mauvaise digestion, certains fascias peuvent  » se tendre « . Cela va alors perturber la bonne mobilité des viscères entre eux, c’est à dire que le mouvement de l’organe concerné, rythmé par la respiration notamment, se retrouve  » gêné  » dans son mouvement physiologique. Sa vascularisation sera aussi perturbée par la mise en tension des petites artères contenues dans les fascias. Toutes ces perturbations vont provoquer petit à petit un dysfonctionnement de cet organe, c’est ce que l’on appelle un trouble fonctionnel.

Et ce n’est pas tout ! Les conséquences de ces tensions peuvent aussi se répercuter sur les structures osseuses. La mise en tension des ligaments reliant les viscères à la colonne vertébrale, par exemple, peuvent induire une perte de mobilité vertébrale.  Prenons l’exemple des côlons, sur certaines portions ils sont entourés par un fascia (membrane de tissus conjonctif) qui les met en lien avec les lombaires. Si ce fascia (fascia de Told) est tendu, il va limiter la mobilité des lombaires. Et cette perte de mobilité à long terme, sera à l’origine d’une douleur locale… La fameuse lombalgie d’origine viscérale !

5) Zoom sur les fascias

Appelés également tissus conjonctifs ou encore connectifs, les fascias sont des membranes plus ou moins élastiques, présents partout sous notre épiderme et plus profondément encore. Ils enveloppent la majorité des structures de notre corps : muscles, organes, glandes, tendons, nerfs, vaisseaux sanguins et ils soutiennent également les os. Chez un adulte, ils peuvent peser jusqu’à 20 kg. Les fascias séparent, et en même temps connectent, toutes ces structures entre elles. Au niveau musculaire, chaque fibre est enveloppée par des fascias. Ceux-ci « traversent » le muscle comme une toile d’araignée et se rejoignent à l’extrémité pour former les tendons qui attachent le muscle à l’os. La structure qui relie l’os au tendon, qu’on appelle le périoste, est aussi une forme de fascia, comme le sont les ligaments qui connectent les os entre eux. Muscles et fascias forment un tout.

En médecine, les fascias ont longtemps été considérés comme une enveloppe inerte, sans fonction particulière. Mais il semblerait que les fascias soient plus importants pour notre santé que ce que nous avons supposé jusqu’à présent. Dès le début de l’ostéopathie, à la fin du 18ème siècle, le travail sur les fascias était pratiqué, mais sans description anatomique spécifique. L’ostéopathie viscérale, mentionnée plus haut, travaille donc sur les fascias, par une mobilisation douce des tissus mous.

Connectés les uns aux autres, ils forment un réseau complexe reliant le sommet du crâne aux orteils et allant de la superficie de la peau jusqu’à l’intérieur de la cellule. Cette continuité fasciale ou tissulaire, permet d’expliquer qu’un problème situé dans une partie du corps puisse avoir des répercussions à distance. Par leur étroite relation avec le système nerveux central, ils participent à l’interconnexion corps/psychisme. Cette voie de communication permet d’expliquer comment les tensions fasciales soient impliquées dans l’anxiété, les réactions émotionnelles et de stress et plus largement dans l’équilibre somato-psychique.

Grâce à leur élasticité et leur tonicité, les fascias absorbent et répartissent de manière harmonieuse les chocs physiques et psychologiques auxquels nous sommes continuellement soumis. Leur tension excessive ou leur crispation permet d’expliquer l’apparition de douleurs, de troubles fonctionnels parfois médicalement non expliqués ou même de mal-être. Ces tissus sont capables de se contracter et d’influencer la dynamique musculaire, articulaire, la biologie et l’ensemble du bon fonctionnement de notre corps. Ils jouent ainsi un rôle essentiel dans la transmission des forces et dans le contrôle du mouvement, dans la douleur et l’inflammation ou encore dans la conscience du corps et de soi.

5.1) Composition

Les fascias sont constitués de cellules appelées fibroblastes. Elles sont entourées d’une matrice et fabriquent le collagène.

On y trouve deux sortes de protéines appelées collagène et élastine, et de protéoglycanes (protéines et glucides):

  • L’eau (60 % du poids des fascias et des muscles).
  • Le collagène, protéine solide
  • L’élastine à la fois solide et élastique
  • Les protéoglycanes qui sont des sortes d’éponge qui gardent l’eau dans les fascias afin qu’ils restent souples.

Le jeûne sera donc l’occasion de drainer les fascias, de les nettoyer des toxines accumulées, pouvant contribuer à leur raidissement et donc à des douleurs chroniques. Par ailleurs, l’expérience du jeûne montre bien une diminution des douleurs au fur et à mesure.

 


6) La libération émotionnelle

En quoi les massages permettent-ils une libération émotionnelle ?

Le cerveau adulte compte environ 100 000 milliards de neurone et le cerveau entérique ou émotionnel, situé dans le ventre (premier cerveau formé lors de la gestation) contient environ 200 millions de neurones. Des connexions électriques et chimiques sont faites en permanence entre les deux zones, via le nerf vagal, notamment par l’échange de neurotransmetteurs. A chaque stress physique ou psychique, les muscles se crispent et peuvent rester contracturer, ce qui génère des douleurs physiques parfois chroniques. La libération de ces tensions physiques peut tout à fait permettre la diminution du niveau de stress, des angoisses et la libération d’émotions bloquées.  il paraît donc primordial de prendre soin de nous avec le jeûne, le massage et au-delà par des pratiques de méditation, et beaucoup de bienveillance avec soi-même.

 

L’auteur de l’article: Pauline COMTAT

Naturopathe – Énergéticienne – Web-rédactrice

https://ma-sante-naturelle.fr/

 

 

7) Sources d’informations

Intérêts du massage

  • Ensemble d’articles récents de massothérapeutes, indiquant les bienfaits du massage sur chaque trouble – pathologie

http://www.cliniquemyo.com/fr/effet-physiologique-massage

  • Les bienfaits médicaux de la massothérapie : une revue de la littérature scientifique (2014)

Pierre Arsenault Ph.D., M.D., CPI Université de Sherbrooke, Département de médecine familiale Faculté de médecine

https://rmpq.ca/wp-content/uploads/2018/11/Revue-scientifique_massotherapie-reseau.pdf

  • Étude de l’intérêt du massage sur 400 patients (2011)

https://annals.org/aim/fullarticle/747008/comparison-effects-2-types-massage-usual-care-chronic-low-back

 

Les fascias

  • Fascia, les alliés cachés de notre organisme (2017), Arte, Xénius

Durée : 52 minutes

 

  • Les Fascias – Promenades sous la peau (2005), Dr. Jean-Claude GUIMBERTEAU

Durée : 28 minutes

 

  • Reprogrammer son corps – Libération Fascia émotionnelle (2019), Eric Remacle

Durée : 25 minutes

  •  MYERS (2018). Anatomy Trains: Les méridiens myofasciaux en thérapie manuelle – Edition Elsevier Masson. Informations complémentaires disponibles sur: http://www.myersmyofascialmeridians.com/
  • STECO (2014). Atlas des fascias. Editions Churchill.
  • Site web sur la fasciathérapie: https://fasciafrance.fr/
  • Entretien du 11/03/2020 avec Hélène Josquin, kinésithérapeute DE, pratiquant la thérapie manuelle des fascias à l’Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse.

 

Jeune et massage

  •  Témoignages de jeûneurs sur le jeûne et les massages

 

  •  Mincir avec le jeûne, la méditation et les massages

 

  • Soigner la prostate avec le jeûne et le massage Tao des organes

 

  • Témoignage de Valentine : jeûne et massage

 

  • Présentation vidéo d’Amandine Fourcade, praticienne en massage et animatrice des cures de jeûnes en collaboration avec Eric Gandon

 

  • Article de présentation d’Amandine Fourcade

 

  •  Massage avec Amandine Fourcade, retour d’expérience

Voir également:

Nos cures de jeûne hydrique avec massages

Comment bien jeûner

Laisser un commentaire