20 juillet 2020

Bienfaits de 28 jours de jeûne hydrique sur hypertension, diabète, souplesse et aventure spirituelle.

François, en démarche initiatique de connaissance de soi et évolution spirituelle, décide de faire un jeûne ainsi qu’une réforme alimentaire pour aligner la santé du corps avec un esprit plus aiguisé.

La première semaine de jeûne hydrique de François.

Eric GANDON : « Comment ça va ? »

François : « Étonnamment bien, je me sens très bien. J’ai commencé dimanche dernier, ça fait 7 jours. J’attaque le 8 ème jour. Ca fait une semaine que je ne mange pas, sans aucune sensation de faim. Même pas au début. »

Des kilos en moins pour François.

Eric GANDON : « Tu as minci tout de même ? »

François : « Je pense qu’il y a 4 kilos qui sont partis. »

Les raisons de ce long jeûne.

Eric GANDON : « Pourquoi jeûner alors ? »

François : « Fin de la dernière année, j’ai eu une prise de conscience. Je faisais 122 kilos, avec plein de problèmes. J’avais de l’arthrose, une apnée du sommeil, du diabète qui arrivait. L’hypertension remonte à plusieurs années, et l’apnée du sommeil, pareil. »

Eric GANDON : « T’as arrêté les médicaments et ta tension est bonne ? »

François : « C’est ça, je pense que c’est grâce au jeûne. Mon médecin ne m’en a pas parlé, je pense qu’il a essayé d’autres choses, mais j’avais besoin d’une autre dimension. La prise de conscience m’a fait comprendre qu’il fallait que je me lance dans une bonne démarche. Je n’étais pas du tout alignée. »

Eric GANDON : « C’est bien de travailler sur le côté esprit, mais il faut que le corps suive. »

François : « Là, pour le coup, c’est mon mental qui dominait tout mon corps. C’est l’esprit qui doit dominer la matière. Cette prise de conscience a été prise en janvier, donc j’ai fait la commande de ce stage. »

Le déclic qui a permis à François de venir jeûner.

Eric GANDON : « Quel a été le déclic ? »

François : « J’ai suivi toutes tes vidéos depuis 2 ans. J’ai vu d’autres vidéos, et ça me parlait assez. Par rapport à tous mes problèmes, j’avais une solution qui pouvait régler tout ça. C’est une démarche d’aller au bout de soi-même, se surpasser, et c’est ça qui m’a intéressé. J’ai fait 7 jours, mais ce n’est pas fini. J’ai signé pour 28 jours, mais j’aimerais bien aller jusqu’à 40. Avant, j’ai fait une préparation alimentaire, tu me l’avais conseillé. Durant le confinement, j’ai minci de 12 kilos. Alors que tout le monde prenait du poids, j’en ai perdu. »

Perdre 19 kilos en jeûnant ?

Eric GANDON : « Comment t’as fait pour mincir de 12 kilos ? »

François : « J’ai commencé début mars, ça fait 3 mois que j’ai minci de 12 kilos. J’ai mis en oeuvre ce que tu m’avais préconisé, c’est-à-dire un jeûne 1 jour sur 2. Je n’ai pas fait exactement ça. J’ai fait 3 jours. Lundi, Mercredi et Vendredi. Je faisais très attention, j’ai arrêté l’alcool. »

Eric GANDON : « C’est vrai que l’alcool, quand on est dans un chemin initiatique, il faut enlever l’alcool et la cigarette. On ne peut pas essayer de travailler dans le spirituel si on est dans l’alcool et la cigarette. Si on résumé, tu as perdu combien de kilos ? »

François : « Je suis parti de 122, et ce matin, j’étais à 103 kilos. Ça fait 19 kilos de perdu en l’espace de 6 mois. »

Comment François se sent durant son jeûne ?

Eric GANDON : « Aujourd’hui, tu n’as plus de médicaments pour la tension. Tu avais un début de diabète, tu n’as pas de médicaments pour le diabète. Tu t’es démédicalisé. Comment tu te sens ? »

François : « Vraiment bien, au point de vue de mon genou, pour mon arthrose, on verra comment ça évolue. Ce qui est marrant, c’est l’acuité. On est beaucoup plus présent. Plus affûté. »

Eric GANDON : « Niveau intuition, tu développes des choses ? »

François : « J’ai l’impression que oui, je suis de nature très sympathique, mais là, je ressens encore plus l’autre. J’ai plus d’intuition. »

Ce qu’a pensé François de sa première semaine.

Eric GANDON : « Et ta semaine ? Les ateliers ? »

François : « J’ai bien aimé. J’en ai raté aucun. J’ai fait du mandala, ça m’a scotché. Je ne connaissais pas du tout, et ça a super bien fonctionné. Je viens de La Réunion, donc c’est pas évident, je devais visualiser et voilà.

2 semaines de jeûne hydrique, et ce n’est pas fini.

Eric GANDON : « Comment ça va François ? »

François : « Ça va bien, j’ai des petits soucis urinaires, mais c’est lié à des histoires de calculs. Un petit peu dans la frustration également, il y a le mur des 100 kilos qui ne veut pas passer. Je vais l’avoir ! Sinon non, ça va. »

La perte de poids continue.

Eric GANDON : « Tu as minci de combien alors ? »

François : « Depuis le début du jeûne, 8 kilos. Là, on en est à 15 jours de jeûne. Ça me scotche de me dire que je n’ai pas mangé depuis 15 jours. Dans la descente alimentaire, je faisais du jeûne journalier. Je ne mangeais pas pendant 36 heures. Là, ce qu’il se passe, c’est qu’il n’y a pas de faim. Je sens que ça va être bénéfique. Une réparation de mon organisme. »

Eric GANDON : « Est-ce que c’est qu’au niveau de la santé pour l’instant ? »

François : « Non, l’acuité également. J’ai été paisible. C’est une démarche, il faut s’y préparer. Ça fait 2 ans que je m’y prépare. J’ai eu plein de signaux d’alerte, l’année dernière, qu’il fallait prendre en compte, niveau santé. »

La famille, un élément important pour l’accompagnement.

Eric GANDON : « Ta famille ne s’inquiète pas trop ? »

François : « Pas du tout, ils m’accompagnent dans mon aventure. C’est une vraie aventure la connaissance de soi. Après, tout le monde n’est pas au courant, ma maman ne l’est pas. Elle sait que c’est une cure, elle m’a demandé si on me nourrissait. Ma fille et mon épouse m’accompagnent dans cette aventure. En plus, je fais un petit bilan de santé quotidien, et j’aime bien ça. »

3 semaines de jeûne pour François.

Eric GANDON : « Comme on se retrouve. Alors ? »

François : « Bonjour Eric, on attaque la 4 ème semaine. Étonnamment, aucune sensation de faim. »

Aucune sensation de faim après 3 semaines sans manger, c’est possible ?

Eric GANDON : « 3 semaines sans manger, et on n’a pas faim ? »

François : « C’est mystérieux, je ne comprends pas. Pour moi, c’était ça le plus difficile, au final non. Cette semaine était la plus difficile pour moi. J’ai eu des nausées, la bouche pâteuse, j’ai vomi un petit peu de bile, pour le reste… »

Eric GANDON : « Est-ce que tu sens cette résistance ? Est-ce que tu sens cette partie de toi qui ne veut plus du jeûne ? »

François : « Non non, par contre, j’ai des fantasmes de nourriture. Des recettes qui me donnent envie. Mais je tiens, je me dis qu’il faut tenir. Je ne le vis pas comme une agression. C’est très curieux, je vois ces images de nourriture, de belles recettes, mais comme je n’ai pas faim, je les regarde, mais j’en suis spectateur. » »

Eric GANDON : « Tu n’as pas des envies d’arrêter ? »

François : « C’est vrai qu’au départ, je partais pour un jeûne de 40 jours. Je tenais aussi à ce que jeûne soit encadré, je vais voir pour aller jusqu’à 28 jours, et dans le timing ça s’annonce très bien. Je m’arrête alors à 28 jours. On sent bien qu’il y a plein de phénomènes de réparation. Avant-hier, j’ai fait 6 kilos sans problèmes. Avant, je faisais un peu de marche, j’avais des douleurs aux genoux. Maintenant, plus aucune douleur. Ce qui est incroyable, c’est la façon de respirer. Ça fait très longtemps que je n’ai pas eu cette libération au niveau du poumon. Respirer à plein poumon. Ma tension, ça va super, et sans médicaments. J’ai arrêté mes hypotenseurs il y a 15 jours. Il y a vraiment un problème de génération, je dirais. »

Ce qu’a pensé François de cette troisième semaine.

Eric GANDON : « Tu avais du diabète ? Qu’est-ce que tu as pensé de cette semaine ? »

François : « J’étais pré-diabétique. Cette semaine, c’était aussi une semaine d’émotion, il y a eu de très beau partage. On devait aller livrer un message, c’était pertinent. Il y a aussi le cercle du cœur, le pardon. Ça m’a beaucoup interpellé, et ça m’a beaucoup émue. Ça va bien plus loin, d’une quête de perte du poids, ça va aussi avec une quête d’être bien soi-même. »

Une perte de poids encore présente.

Eric GANDON : « Tu as minci cette semaine ? »

François : « J’ai perdu 2 kilos 7, cette semaine. Je suis content. Il y a encore du chemin, sachant que le poids pour moi, c’était une incidence. Le plus important, c’est ma santé, et c’est en train de rebondir, d’aller mieux. Ce qui est intéressant dans le jeûne, je vois des images de nourriture, j’arrive à m’en distancier, à me détacher. Ce qui m’intéressait aussi, c’était de couper tous les schémas neuronaux. Mes habitudes alimentaires qui étaient là depuis trop longtemps, être compulsif au niveau de l’alimentation. Je vais pouvoir appliquer les conseils que tu m’as donné, en rentrant. Je ne dis pas que je le ferais tout le temps, mais dans la régularité, si. Mon autre intention, c’est d’éduquer ma fille et mon épouse, dans la nourriture. »

29 jours de jeûne hydrique !

Eric GANDON : « Alors François, combien de jours de jeûne ? »

François : « En tout, j’en suis à 29 jours. J’ai fait une petite reprise alimentaire depuis vendredi, mais c’est très léger. Donc c’était au 27 ème jour. C’est juste pour humecter mes papilles. J’avais un petit peu de mal. Peut-être aussi, que psychologiquement, je sais que ce n’est pas fini. »

Après une perte de poids considérable, un nouvel objectif fixé.

Eric GANDON : « Tu as encore minci ? »

François : « Oui, sauf ce matin, j’ai repris 100 grammes. Ce n’était pas significatif. Je me suis rendu compte que c’était un palier. J’ai perdu, au total, avec la préparation, 25 kilos. Il va falloir changer la garde-robe. L’objectif est d’arriver en-dessous de 80 kilos, avant la fin de l’année. »

Eric GANDON : « Ça va se faire tout doucement »

François : « En tout cas, une très belle aventure, un bon groupe, et un accueil très chaleureux. C’est vrai, qu’il y a une vraie ouverture. C’est une aventure spirituelle. On abandonne les choses. Ça m’intéresse ce genre de choses. Le jeûne, c’est une purification. »

Un intérêt particulier pour la spiritualité.

Eric GANDON : « Ça t’a toujours intéressé ? »

François : « Elle s’est construite, mais même petit, j’étais axé sur la question du sens. Petit à petit, j’ai acheminé seul, puis un moment donné, j’étais limité, car je me posais toujours les mêmes questions. J’ai rejoint un groupe d’initiatique depuis 10 ans, et je continue toujours. On achemine. La plupart de mes amis, me suivent, et sont interpellés par ma démarche. Comme j’avais déjà dit, je voulais … il n’y avait pas d’alignement de mon comportement. C’était la matière qui dominait l’esprit, et si je voulais continuer et avancer un petit peu, il fallait que j’inverse. »

Eric GANDON : « Comment tu sens ça, maintenant ? »

François : « Je sens bien. L’intérêt du jeûne de longue durée, c’est de couper les chemins neuronaux, les habitudes, les comportements compulsifs. Ça, je pense que c’est fait. Je suis prêt à écrire de nouvelles pages. »

Une projection sur l’alimentation ?

Eric GANDON : « Comment tu te projettes au niveau de l’alimentation ? »

François : « Je crois que je vais continuer sur 1 jour de jeûne, reprendre l’alimentation. Tout ça, 3 fois dans la semaine. Mettre de côté l’alcool, le pain, les choses comme ça. Par contre, je sais que, un moment donné, s’il y a des occasions, il y aura des écarts. Je suis très content de cette aventure, et il y a une chose qui s’est réparée, mes genoux. Merci à toi Eric. »

 

Voir également :

Comment bien jeûner
Planning des cures de jeûne hydrique
Soigner l’hypertension avec le jeûne.

Laisser un commentaire