3 janvier 2019

Alex, septique au départ découvre les bienfaits du jeûne

Alex est venu jeûner et accompagner sa femme durant une semaine. Elle est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Alex découvre les bienfaits du jeûne et change sa vision durant cette belle semaine.

La semaine de jeûne d’Alex et sa femme.

Eric GANDON : « Comment tu vas ? Combien de jours de jeûne ? »

Alex : « Ça va très bien, merci. J’ai fait 7 jours de jeûne. »

La préparation au jeûne d’Alex !

Eric GANDON : « Comment tu t’étais préparé au jeûne ? »

Alex : « Je m’étais préparé en faisant 1 jeûne sur 2. Je n’étais pas très sûr de moi, je me demandais si j’allais tenir sur la durée, sur 6 jours. Mais là, je me souviens qu’au bout du 3 ème jour, j’avais la forme, je faisais des exercices. C’était une découverte pour moi, ça a toujours été des histoires de grève de la faim, c’est étonnant. »

Les raisons de ce jeûne d’une semaine.

Eric GANDON : « Pourquoi tu es venu jeûner ? »

Alex : « Je suis venu comme accompagnant, c’est pour ça que j’étais un peu sceptique. J’ai accompagné ma femme, qui souffre d’Alzheimer depuis 3 ans, c’est mon fils qui m’a dit que c’était une très bonne thérapie, c’est lui qui nous a inscrits à cette session. Au début, j’étais un peu circonspect, car j’ai des idées très conçues sur le jeûne. Je confonds souvent les naturopathes avec des gourous. Pour moi, le premier résultat, ça m’a changé sur la conception sur ce type de thérapie, et de ceux qui la dirigent. C’est un bon premier résultat. En plus du fait que je me suis découvert des capacités de jeûneurs que j’ignorais. »

Sa femme a-t-elle bien supporté le jeûne ?

Eric GANDON : « Comment Nora a supporté le jeûne ? »

Alex : « Formidable, on a fait une marche de 7 kilomètres. D’habitude, à Paris, au bout de 300 mètres, elle commence à se plaindre. Elle m’a vraiment étonné, ça l’a transformé, au niveau physiologie, au niveau mental, elle a encore des crises (« où est-ce qu’on est… »). Elle a des problèmes de confusion au niveau géographie, mais sinon, sur le plan physique, elle peut tenir. »

Eric GANDON : « Tu pensais que ça allait être difficile pour elle ? »

Alex : « Oui, je pensais, je la connais. Je passe mon temps, quand je suis en train de travailler, et qu’il y a un silence, je me dis qu’elle est en train de grignoter quelque chose. Là, le frigo est vide. Je pense qu’elle a compris. »

Vont-ils continuer le jeûne à la maison ?

Eric GANDON : « Dans les jours à venir, vous allez faire 1 jour sur 2 ? »

Alex : « Oui, tu nous as conseillé de le faire, et c’est ce qu’on va faire. On va faire des cycles, par exemple, 1 jour sur 2, pendant 2 semaines, puis on va arrêter, reprendre. Elle est en maison d’accueil, donc on fera en fonction de ses disponibilités. Elle est dans un accueil du jour, du matin jusqu’au soir. On verra en fonction de ses disponibilités à elle, mais j’établi tout mon programme à partir d’elle. On a des rencontres, des petits voyages qu’ils organisent pour les malades d’Alzheimer. Ce sont les aidants qui ont besoin d’un vrai accompagnement. C’est récemment qu’on a découvert le calvaire des personnes, elle m’a dit de ne pas me faire d’illusion. Elle m’a dit qu’Alzheimer, c’est la maladie des conjoints. Souvent, ils sont dans le déni. Ma femme sait ce qu’elle a, elle sait que c’est situé au niveau de la mémoire. On ne lui en parle pas beaucoup. »

Un changement prévu au niveau de l’alimentation, mais pas que…

Eric GANDON : « Vous allez changer d’autres choses dans votre alimentation ? »

Alex : « Je pense que je vais lui faire reprendre la gymnastique douce, elle en a vraiment besoin, au niveau de la synchronisation, elle arrive très difficilement à suivre les geste. Je vais le faire à la maison, l’aider à reprendre certains exercices que l’on a fait ici, elle a vraiment besoin d’un accompagnement, mais individuel. J’ai essayé dans une salle, mais ça ne marche pas. »

Ce qu’Alex a pensé de sa semaine de jeûne.

Eric GANDON : « Comment avez-vous trouvé la semaine ? »

Alex : « C’est très bien, le groupe est très sympa, je m’entends bien avec tout le monde. Ça aussi, ça fait parti des préjugés. Les gens qui vont faire une cure de jeûne, ils doivent être tapés de la tête, mais non. L’équipe, toi, Amandine, j’étais très content et je t’ai dit, surtout, le fait que vous ayez changé ma conception de la chose. »

Un lieu paradisiaque.

Eric GANDON : « Le lieu t’a plu ? »

Alex : « Le lieu, il est paradisiaque. Il n’y a rien à dire. C’est le paradis, j’ai l’impression qu’on est loin des routes, des lignes aériennes, on n’a pas vu un seul avion passer, et ce silence ! C’est formidable, c’est un cadre parfait. J’ai dit à mes enfants, que s’ils voulaient organiser nos 75 ans de mariage, je veux que ça soit ici. C’est magnifique. Merci à toi Eric. »

Eric GANDON : « Un dernier mot ? »

Alex : « Merci à toi, et merci à toute l’équipe ! »

 

A voir également :

Planning des cures de jeûne hydrique

Nous contacter ?

Demandez, et vous recevrez !

Laisser un commentaire