24 mars 2020

Raymonde jeûne 26 jours pour la polyarthrite rhumatoïde

Raymonde jeûne 26 jours pour la polyarthrite rhumatoïde.Elle témoigne après 6 et 21 jours. Au bout de 6 jours de jeûne, les douleurs au poignet sont parties. Raymonde partage avec nous son expérience des 3 semaines de jeûne en groupe. Elle fait un jeûne hydrique et quelque jours de jeûne sec.

La première semaine de jeûne de Raymonde.

Eric GANDON : « Comment ça va ? »

Raymonde : « Je vais très bien. Je suis en pleine forme, j’ai une bonne vitalité et puis, je sens que mes douleurs de la polyarthrite commencent à partir. »

Eric GANDON : « Tu as fait combien de jours de jeûne ? »

Raymonde : « J’ai fait 6 jours de jeûne. Là, c’est le 6 ème. »

La raison de ce long jeûne prévu.

Eric GANDON : « Tu jeûnes pour quelle raison ? »

Raymonde : « Je jeûne, car j’ai une polyarthrite rhumatoïde. C’est une inflammation chronique des articulations dû à un manque d’immunité. Mon système immunitaire est défaillant. Ça fait 2 ans que j’ai été diagnostiqué, et je n’ai pas voulu attendre plus longtemps, car je me suis dit que, plus j’attendrais, plus ça serait difficile. »

Eric GANDON : « Tu as commencé à avoir des déformations ? »

Raymonde : « Oui, dans 2 doigts de la main gauche que je ne pouvais plus fermer, mais depuis que je suis ici, je ferme tout. Le poignet, quand je le bougeais, il était très douloureux. C’était tellement douloureux que je ne pouvais pas ouvrir un bocal, bien tenir mon stylo pour écrire. Je n’avais plus de forces. En une semaine de jeûne, tout est revenu. Même s’il n’y a pas grand chose à ouvrir, j’écris normalement, je fais ma toilette. »

Les médicaments que Raymonde prenait.

Eric GANDON : « Tu avais essayé comme quoi médicaments ? »

Raymonde : « J’avais des médicaments très lourd, méthotrexate, cortisone fortement dosée, et j’ai commencé la bio-thérapie, mais je me suis vite aperçue que ces médicaments provoquaient plus de maladies qu’ils ne me soignaient. Je les ai refusés. J’ai tout arrêté. Sauf la cortisone, c’est la seule chose qui calmait mes douleurs quand j’étais en crise très forte. Alors, j’ai arrêté la cortisone pure, et là, je suis en hydro-cortisone, mais en déclinaison de dosage. Je diminue tout doucement. »

Un objectif de 21 jours de jeûne.

Eric GANDON : « Tu vas jeûner combien de temps ? »

Raymonde : « Je vais jeûner 21 jours. »

Eric GANDON : « On pourra refaire un point, pour voir, si à la fin, ça va mieux ? »

Raymonde : « Absolument, car à la fin, je n’aurais plus de cortisone. »

Une toute petite perte de poids.

Eric GANDON : « Tu as minci un petit peu ? »

Raymonde : « J’ai minci de 2 kilos 3. Je suis d’un genre résistant pour la perte de poids. Ça ne fait pas tout à fait 500 grammes par jour. »

Eric GANDON : « La préparation, tu as minci un peu ? »

Raymonde : « J’ai dû perdre 3 kilos, quelque chose comme ça. J’ai jeûné 36 heures, donc j’ai perdu un peu. »

Une bonne vitalité durant la première semaine.

Eric GANDON : « Comment ça s’est passé pour toi cette semaine ? »

Raymonde : « Très bien, je suis en bonne vitalité, mes paramètres médicaux sont bons, je n’éprouve pas la faim, de temps en temps, quand on parle d’alimentation en naturopathie, ça gargouille un peu, je masse un peu le ventre, l’air sort, et ça s’arrête. Ça marche très bien. »

Ce qu’a pensé Raymonde des mandalas.

Eric GANDON : « Tu as essayé les mandalas cette semaine ? »

Raymonde : « Oui, j’ai beaucoup aimé, car ça vidait l’esprit, et ça nous centrait sur nous-mêmes. Comme une méditation, en suite nous avons écrits tous ces mots autour du mandala, et j’ai remarqué que j’avais écrit que des mots positifs. Quand on a choisi les 4 mots pour écrire la phrase, j’ai, effectivement, remonté quelque chose que j’avais au fond de mon cœur et qui me manque un peu. C’était incroyable. »

21 jours de jeûne, bravo Raymonde !

Eric GANDON : « Comment tu vas ? »

Raymonde : « Je vais très bien, c’est mon dernier jour. 21 jours de jeûne, dont 3 jours au jeûne sec. Heureusement que je l’ai fait avec toi, car je n’aurais pas réussi. C’est fini, ce matin, je me suis pesée, et là, j’ai bu un petit coup, c’est trop bon. »

Les bienfaits du jeûne sur la polyarthrite rhumatoïde.

Eric GANDON : « Ça a eu des effets sur ta santé ? »

Raymonde : « Il y a plein de choses. J’ai connecté mon cerveau à mon cœur, dans la nuit, hier soir avant de me coucher, j’ai fait des demandes. Il semblerait que ces demandes aient été exaucées, car ce matin, plus aucune douleur dans mon poignet. Plus aucune douleur de la tête au pied. C’est extraordinaire, aucun médicaments, plus rien du tout. »

Eric GANDON : « Ça faisait combien d’années ? »

Raymonde : « Ça faisait 2 ans. Je n’ai pas voulu attendre plus longtemps, car je me suis dit que, plus la maladie était installée, plus ça allait être difficile de l’enlever. »

3 jours de jeûne sec en plus.

Eric GANDON : « Félicitation, c’est super ! Pourquoi tu as fait 3 jours de jeûne sec ? »

Raymonde : « Merci Eric. Il paraît que 1 jour de jeûne sec équivaut à 3 jours de jeûne hydrique, alors je me suis dit qu’on allait mettre la patate. Comme il faut 24 à 25 de jeûne pour la polyarthrite, je continue de jeûner jusqu’à mardi, pour m’assurer que la maladie soit bien partie. Je ne sais pas si tu as eu des cas de guérison ? »

Eric GANDON : « Oui, j’ai des personnes qui n’ont plus rien du tout aujourd’hui. Ça fait 5 mois à peu près, et il n’y a plus rien. »

Raymonde : « D’accord, eh bien, j’avais au moins demandé à ce que la maladie s’éteigne. »

Eric GANDON : « C’est une question d’hygiène de vie. »

Raymonde : « Tout à fait, je suis tout à fait consciente, je sais ce qu’il faut faire maintenant, 3 journées de jeûne sec, 4 ou 5 jours de jeûne hydrique, et puis une bonne alimentation, comme tu nous l’as indiqué. Je connais la recette maintenant. »

Une semaine plus difficile qu’une autre ?

Eric GANDON : « Sur ces 3 semaines, laquelle a été la plus difficile pour toi ? »

Raymonde : « Pour moi, ça a été la dernière semaine la plus difficile, car il y avait 3 jours de jeûne sec. J’ai eu un peu de faiblesse de la taille jusqu’au pied, le matin, mais après, je me faisais un bon bol d’air Jacquier, avec la bonne odeur. En suite, un bain de mer, et je repartais pour la journée. Avec une meilleure vitalité, jusqu’au soir. Hier soir, j’étais fatigué, et je ne voulais pas être tenté de boire, je voulais mener mon jeûne sec jusqu’au bout. C’est grâce à toi Eric, à Amandine aussi. Vous y avez bien contribué, je vous en serais éternellement reconnaissante. Merci Eric.

 

A voir également :

Planning des cures

Polyarthrite rhumatoïde.

Tester votre hygiène de vie.

 

Laisser un commentaire