22 décembre 2019

Luc jeûne pour le plaisir de jeûner !

Notre ami Luc, originaire de Belgique, est un grand adepte du jeûne dans toute ces formes
Il partage aujourd’hui son expérience et ses connaissances !

Une connaissance du jeûne depuis bien longtemps.

Eric GANDON : « Comment ça va ? Tu connais bien le jeûne ? »

Luc : « Très bien pour le moment. Je connais bien le jeûne, car depuis que j’ai terminé l’adolescence, je lisais des livres de jeûne. Il y avait déjà à l’époque des pionniers. »

Eric GANDON : « C’est quelque chose que tu as pratiqué alors dans ta vie ? »

Luc : « Oui. Je n’ai pas vraiment pratiqué le jeûne régulièrement, je l’ai toujours pratiqué par période, ou quand je me sentais malade. »

Eric GANDON : « Tu utilises ça pour te guérir alors. »

Luc : « Oui, c’est ça. Il y a d’autres moments où je l’ai fait, autre que de me guérir. Je le faisais aussi quand j’étais fatigué. Ça durait quelques jours, parfois 1 semaine. J’ai participé à des jeûnes avec d’autres gens. J’ai même organisé des jeûnes. A l’époque, nous avions repris un groupe de jeûne de personnes qui jeûnaient chaque année, à l’époque du Carême, avant Pâques. C’était un jeûne qui n’était pas si strict. Je le qualifierais de « diet » et non pas de jeûne. Pour moi le jeûne, c’est soit hydrique soit rien du tout.« 

Le jeûne, une aide pour illuminer son corps.

Eric GANDON : « Tu as de beaux yeux bleus, une belle lumière sur toi, est-ce que tu penses que c’est le jeûne ? »

Luc : « Oui, le jeûne m’aide beaucoup. Je me souviens toujours, lorsque je jeûnais, ma mère me disait toujours que j’avais un tel rayonnement que mes yeux étaient si claires. »

Eric GANDON : « Ça te touche ? »

Luc : « Bien sûr, ça me rappelle ma mère. Elle était un peu inquiète d’un côté, de me voir jeûner. Je n’étais pas gros, mais de voir mon regard qui était si claire, ça l’impressionnait tout de même. »

Jeûner pour le plaisir.

Eric GANDON : « C’est vrai que, souvent, les personnes viennent jeûner pour des raisons médicales, mais toi, tu viens pour ….. »

Luc : « C‘est évidemment l’âge, j’approche des 70 ans, les petits bobos, la vieillesse, mais ce ne sont pas vraiment des choses graves. Une petite varice par ci, une petite boule de graisse par là, des petites choses qui ne sont pas graves, mais qu’on voudrait voir disparaître. Personnellement, je les trouve anormales. J’espère retrouver une bonne hygiène alimentaire et que la désintoxication de l’organisme se fasse correctement. » 

Continuer jusqu’aux limites, ce que Luc a décidé de faire.

Eric GANDON : « C’est vrai que, tu fais 1m80, et là, tu as expérimenté jusqu’à tes limites non ? »

Luc : « C’est vrai que j’ai l’impression d’avoir été jusqu’à mes limites. Une dizaine de jours de jeûne. J’avais fait une très bonne descente alimentaire, une bonne semaine où j’ai très peu mangé. Tout doucement, reprendre avec un tout petit peu de miel, et un peu de soupé. » 

Eric GANDON : « Et toi, mesurant 1m80, tu es tombé à 53 kilos. Tu es descendu à 52 ? » 

Luc : « Non non, je suis resté à 53. J’ai vraiment été à ma limite. Je suis maigre de nature, je ne pesais que 63 kilos. J’étais descendu à 58 kilos, et puis après, encore descendre jusqu’à 53. Aujourd’hui, tout va très bien, j’ai repris la soupe, avec un petit peu de miel. Malgré que la désintoxication continue, je le sens dans la bouche le matin, c’est vraiment très fort. »

Une bonne expérience ?

Eric GANDON : « Super ! Ton expérience alors ? »

Luc : « Très bonne expérience, nous avons un bon groupe. Le groupe était génial. Ton encadrement, ton attention à toutes les choses. Tu es très attentif, j’ai déjà remarqué auparavant. Tu retiens tout. Avec une aussi grosse organisation. C’était grandiose. Merci. »

 

Voir également :

Planning des cures
Prendre goût au jeûne sans ressentir la faim.

Posez vos questions ou vos commentaires dans le cadre ci-dessous