22 décembre 2019

Jean Claude jeûne 30 jours pour hypertension et l’addiction à l’alcool. Jeûner pour sa santé

Jean-Claude humble et authentique partage avec nous son expérience des 21 jours de jeûne en groupe. Il jeûne pour éliminer plusieurs problèmes de santé comme l’hypertension, la goutte et pour se libérer de la dépendance à l’alcool. Jean-Claude découvre la numérologie, les mandalas, les ateliers sur la visualisation, les émotions, et la libération du mental …

La première semaine de jeûne de Jean-Claude.

Eric GANDON : « Comment ça va Jean-Claude ? Première semaine ? »

Jean-Claude: « Impeccable. Je ne sais pas si c’est parce que j’ai déjà testé le jeûne tout seul chez moi, auparavant. Je ne ressens pas la faim, ma vitalité n’a pas été progressé. On m’a demandé si j’étais en forme ce matin, et oui impeccable. J’ai jeûné uniquement à l’eau. »

Eric GANDON : « Tu as déjà expérimenté le jeûne du coup ? »

Jean-Claude : « J’ai fait une semaine de jeûne dans un couvant, chez des bonnes sœurs. Cette année, en février, j’ai fait une semaine de jeûne dans un Monastère en Corse, avec 7 moines. Ça s’est très bien passé. »

La découverte du jeûne par Jean-Claude.

Eric GANDON : « Comment tu as découvert le jeûne ? »

Jean-Claude : « J’ai découvert le jeûne car j’avais des addictions, dont une importante à l’alcool. J’ai toujours été en surpoids pondéral. Je fais du yo-yo toute ma vie. Certains moments, je suis me dit qu’il fallait que je me prenne en main. En lisant, j’ai vue que le jeûne était quelque chose qui faisait très peur, mais personnellement, ces peurs-là…. j’aime bien les challenges disons. J’ai initié d’autres personnes aussi. Les gens ont vraiment peur, mais je leur dis que c’est d’un ridicule. On ne nous prive pas de nourriture, c’est nous qui décidons de ne pas en manger. Si on devait me priver, je ne sais pas si j’allais réussir. »

Eric GANDON : « On a reçu ton frère ? »

Jean-Claude : « Mon frère est venu à la Tranche-Sur-Mer. J’aurais aimé être au bord de l’eau car c’est un élément que j’adore. Il m’a dit, en rentrant, d’y aller. Je savais qu’il fallait que je vienne. C’est un incontournable. J’ai regardé les disponibilités et j’ai pris la première qui se présente à moi et c’est maintenant. »

La numérologie, une science inconnue pour Jean-Claude.

Eric GANDON : « Tu as assisté au cours de numérologie ? »

Jean-Claude : « Absolument oui. C’est quelque chose que…… tout ce que je vois ici, je l’apprends. J’ai une toute petite connaissance sur le jeûne, j’ai acheté un bouquin comme tout le monde, pour savoir ce qui est dit là-dessus. La numérologie, je ne connaissais pas. Ma numérologie, on vient de me la donner, je me retrouve dans 80 % des « critères ». Je suis « 3 » et « 3 » donc « 6 ». Pour l’instant, je ne ressens pas de spécificité mais je pense que c’est quelque chose de bénéfique, qui va me demander plus d’exigences que les autres. »

Eric GANDON : « Comme on disait, le « 33-6″ est un guide, et tu me dis que tu as initié beaucoup de gens au jeûne. C’est une façon d’être dans ton chemin quoi. »

Jean-Claude : « J’ai conseillé des amis, des collègues qui ont des soucis de santé. Plusieurs mois après, dès que je lis quelque chose sur Internet qui leur correspond, j’envoie un mail. Dernièrement, j’ai envoyé une recette à un collègue, d’un produit que j’ai découvert en Afrique du Sud. C’est le cidre de feu. C’est un « starter » pour le matin quoi, c’est extraordinaire. »

La raison du jeûne hydrique de Jean-Claude.

Eric GANDON : « Tu avais de l’hypertension ? »

Jean-Claude : « Je suis venu ici pour éliminer certaines pathologies et certains problèmes que je ressentais en moi, mais je ne suis pas venu pour l’hypertension. Sur les 24, je suis celui qui en a le plus. Ce matin, j’ai pris ma tension mais comme je venais de descendre trois fois les escaliers avec mes valises, je suis monté dans les tours. »

Eric GANDON : « Tu avais d’autres problèmes de santé ? »

Jean-Claude : « Mon addiction à l’alcool fait que j’ai des gouttes. Je prenais un médicament mais quand on m’a dit qu’il est à vie, je l’ai éliminé tout de suite. Je ne supporte pas de prendre quelque chose qui est à vie. On m’a placé quelque chose au niveau du cœur, mais c’était inutile. Après on m’a donné un médicament à vie, mais j’ai arrêté au bout de 15 jours. Un peu le cœur mais pour moi c’est faux, puis la goutte quoi. »

Eric GANDON : « Elle est revenue dans le jeûne ou non ? »

Jean-Claude : « Alors, pas dans le jeûne, mais trois jours avant le démarrage, j’avais un genou gonflé. J’ai fait cette fameuse préparation qui m’étais conseillé et qui me paraissait obligatoire. Cette préparation fait qu’à chaque fois que je me prépare, je tombe en détoxination, et la goutte revient immédiatement. Les cristaux d’acide-urique se déposent dans les articulations, et ça enfle. C’est douloureux. »

Eric GANDON : « Là, c’est 7 jours, et tu vas faire 21 jours ? »

Jean-Claude : « Oui je suis parti pour 21 jours. Je vais faire 4 jours supplémentaires car j’ai appris cette semaine que les 4 prochains jours étaient bénéfiques pour moi, donc je n’ai pas hésité et je pars sur 25 jours. »

Deux semaines de jeûne, et la forme s’améliore.

Eric GANDON : « Ça y est, deux semaines de jeûne ? »

Jean-Claude : « Effectivement, le 14 ème jour. Ça va de mieux en mieux. Je suis de plus en plus posé, et serein. J’ai eu dans ma vie ce sentiment mais il était éparse. Il durait une demi-journée ou une journée. Là, ça dure sur le temps. C’est quelque chose que je n’ai jamais eu de ma vie et ce sentiment est très agréable. »

Eric GANDON : « Combien de kilos ? »

Jean-Claude : « J’ai perdu 12 kilos. Je ne suis pas venu pour ça de base. Je l’ai expliqué à tout le groupe, c’est mon addiction à l’alcool. Ça ne me manque pas du tout. C’est comme la nourriture, je ne pourrais pas le manger. Dans l’état actuel, c’est incompatible et le verre d’alcool, c’est identique. »

Eric GANDON : « Pourtant, tu ramasses des champignons. »

Jean-Claude : « Effectivement, on les ramasse, on va les faire cuire, tout ça ce sont des excuses pour meubler avec des gens formidables, on a un bon groupe. Chacun a son histoire, on cherche avec deux-trois compagnons à faire un peu d’animations. Nous, on s’est concentré que sur un champignon, on est sur un beau domaine, l’endroit est merveilleux, que du chêne. On a ramassé plus de 20 kilos, en 6 jours. Tout le monde s’y est mis en plus. Maurice qui avait des peaux de champignon séché, il les a offert. Les prochains, on va les cuisiner à l’huile. »

L’exercice sur les émotions, un exercice très compliqué mais efficace.

Eric GANDON : « Cette semaine, on a fait les émotions. Comment ça s’est passé ? »

Jean-Claude : « Cette semaine a été la plus difficile, bien que je sois comme ça, en termes de psychologie. On est venu fouiller quoi. Ce sont des choses que moi-même je ne fais pas tout seul car ça me gêne. Là, on est en groupe. Le mandala est un support ludique en plus. La couleur, la photo qu’on découpe, qu’on colle, puis des mots, des émotions qu’on met également, tout ça c’est facile. Après, on nous demande de faire une phrase avec ça et là, ça commence à venir. Le premier mandala, j’ai vue comment ça se passait. Le deuxième, je n’étais pas sur la réserve, je me suis laissé aller. Le troisième, je viens de le faire, là aussi je joue le jeu. Chacun est là, j’imagine et j’espère, pour sa santé et pour guérir. »

Eric GANDON : « Je te remercie Jean-Claude, on continue après. »

La troisième semaine de jeûne.

Eric GANDON : « Alors Jean-Claude, comment ça va ? »

Jean-Claude : « Ça va très bien, ça fait 21 jours. J’ai perdu 15 kilos voire même, 16 kilos. Je ne me suis pas pesé aujourd’hui, mais j’ai dû dépasser les 16 kilos en trois semaines. Je me sens en parfaite forme physique. De mieux en mieux, intellectuellement ça baigne, et j’ai un sentiment de bonheur, quelque chose que je n’avais pas ressenti depuis des décennies. Je suis rentré dans un tel bien-être que je n’ai pas envie de partir. C’est du bonheur. Je n’ai jamais été aussi bien depuis ces 20 dernières années. Je suis venu régler des problèmes, je les règle, c’est évident, et je vais arriver à mon objectif, j’en suis persuadé. Ces trois semaines où on est retiré de la société actuelle, c’est quelque chose qui nous amène un bien-être exceptionnel. C’est un sentiment que je ne retrouvais nulle part ailleurs. Je l’ai retrouvé, mais de façon très éphémère, et c’était d’une durée d’une demi-heure. Là, ça fait trois semaines que c’est comme ça. »

Une expérience unique selon Jean-Claude.

Eric GANDON : « Cette troisième semaine, on a fait trois visualisations, émotions… »

Jean-Claude : « Cette troisième a été très dur, pour moi, car on a attaqué la partie émotionnelle, le mental etc. C’est une expérience unique, c’est ce que je disais hier à mes collègues. On a rencontré Hervé et Nadia, on a fouillé à l’intérieur de notre conscient, et notre inconscient. C’est la première occasion de toute ma vie de dire ce que j’étais devenu. Même avec une compagne, des enfants, des amis, on ne peut pas le faire. Là, on s’est retrouvé dans un monde où tout le monde était à l’écoute, on a pu se lâcher complètement et faire remonter toute cette crasse à la surface. J’ai appris des choses horribles sur d’autres personnes aussi. Mais c’est la vie. On n’imaginait pas que la personne qui était à côté de nous depuis trois semaines, avaient vécu de telles choses dans son enfance ou dans son existence. On a tout mis par terre, et on n’aura plus à le faire. C’est avoir saisi sa chance. Ça, c’est pas tout le monde qui aura l’occasion de le faire dans sa vie, et rien que pour ça, j’ai une reconnaissance totale pour Hervé, qui pour moi est extraordinaire. »

Eric GANDON : « Je te remercie pour ce retour, et puis tu vas continuer un petit peu encore ? »

Jean-Claude : « Avec plaisir. Oui je vais continuer avec quelques compagnons pour arriver à 25 jours, pour faire ce fameux « reset ». Le corps, le cerveau va oublier tout le passé. On redémarre à zéro. Moi, je vais poursuivre au-delà de 25, jusqu’à 30 jours. Mon compagnon Maurice va aller jusqu’à 28 jours et Bernard va s’arrêter à 25 jours. Une jeûneuse du groupe nous a généreusement offert sa résidence secondaire. Les quatre jours qui viennent vont être des vacances. On jeûne toujours à l’eau. »

Eric GANDON : « Tu as fait uniquement à l’eau du coup ? »

Jean-Claude : Euh non. J’ai dérogé, j’ai pris deux gouttes de citron dans mon verre, sur les trois semaines. C’est la seule chose. Très sincèrement, pour l’instant, je ne veux pas du tout de nourriture. Je ne veux pas d’alcool, rien. Ça me déplairait si on me le mettait devant le nez. J’ai vraiment pas envie. Merci à toi Eric, pour ces trois semaines, elles ont été merveilleuses. »

 

Merci de mettre un j’aime sur cette vidéo afin de remercier Jean-Claude pour son témoignage très touchant !

Email de Jean- Claude : « Après avoir fini nos 25 jours sur l’île d’Yeux avec Maurice et Bernard, je suis rentré sur Toulouse finir mon jeune de 30 jours qui se terminait le samedi 23/11….
En fait je voulais poursuivre jusqu’au 40 jours (aucune envie particulière de manger
et ou boire autre chose que de l’eau et 1 forme olympique); mon planning en a décidé
autrement !Le jeune m’avait installé dans une atmosphère tranquille, sans préoccupation de
l’instant présent, ni de celui a venir…La Reprise, que je suis a la lettre depuis 3 jours
est liquide et (pour moi) goûteuse (au total j’ai perdu sur 30 jours 22,6 Kg et surtout
mon envie de boire, la partie la plus importante pour ma personne)Je viens aussi de terminer mon cadre de vision le 25/11 (commence le 1/11) a raison de 3 x jour : matin, midi et soir…
Voila comment je gère le suivi de cette formidable expérience riche d’enseignement
Portez-vous bien et très bonne santé a tous »

 

A voir également :
Planning des cures
Sortir des addictions avec le jeûne hydrique.
Sortir des addictions avec le développement personnel.

Laisser un commentaire