1 avril 2018

Jean-Philippe, se soigne d’une leucémie Myéloïde Aiguë avec la chimio et les thérapies naturelles

Sauvé d’une leucémie aigüe par chimiothérapie puis guéri par thérapies naturelles. Pour mieux se soigner, il évite de ne penser qu’à sa maladie. il se projette mentalement guéri grâce à l’hypnoseDeux ans plus tard Jean-Philippe réalise un jeûne et naturopathie en thalassothérapie. Le jeûne à l’eau de 7 jours, accompagné de lavements, a été efficace. Un mois plus tard, le nombre de plaquettes et globules rouges qui restaient stables ont augmenté. La digestion et le transit intestinal se sont améliorés.

La semaine de jeûne de Philippe.

Eric GANDON : « Comment tu vas ? Qu’est-ce que tu viens de vivre ? »

Philippe : « Plutôt bien. Je viens de vivre un jeûne de 7 jours, sans manger. Bon, je pensais qu’en je serais capable, j’ai eu confiance en moi, et j’ai tenu 7 jours. »

Peut-on jeûner avec un petit poids ?

Eric GANDON : « Et pourtant, tu as commencé avec un petit poids ? »

Philippe : « Oui, c’est ce qui me faisait peur. J’ai repoussé le jeûne, car après ma leucémie myéloïde, j’ai perdu du poids, je faisais 60 kilos, pour 1 m 77, donc je me disais qu’un jeûne n’était pas terrible. J’ai réussi à me re muscler le haut et le bas, je me suis dit que c’était le moment d’y aller. A la base, je jeûne pour finaliser un nettoyage du foie. Il était mis à mal par la chimiothérapie. J’en ai eu une première qui m’a sauvé de la mort, c’était en janvier 2016. En suite, j’ai eu une deuxième chimio au mois de mars, et là, j’ai eu un impact, elle était forte. La troisième, j’étais quasiment au bord du décès. Je ne pesais plus que 49 kilos, mon teint était devenu vert, je ressemblais à une momie égyptienne, je me suis regardé dans la glace, et j’ai vu mon état. En avril, début mai, j’ai arrêté les chimios. »

Peu de chances de s’en sortir concernant cette leucémie.

Eric GANDON : « Tu m’avais dit que pour ce type de leucémie, il n’y avait pas vraiment de chances de s’en sortir. »

Philippe : « La leucémie m’a prise par surprise. Je faisais du sport, je me nourrissais. J’ai étudié la problématique de la leucémie, quand je suis arrivé à l’hôpital, j’étais en chambre stérile, et je me suis renseigné sur la leucémie. J’ai alors trouvé des chiffres. A 5 ans, 85 % de décès, et 15 % de survivants. Ca ne correspondait pas du tout à mes projets personnels, familiaux. Il fallait que je fasse parti des 15 %. Et puis j’ai cherché sur une autre tranche d’âge, et c’était un tout petit pourcent. Je me suis renseigné sur une greffe, 30 % de morts juste après. Puis, 30 % qui vivotent. J’ai choisi de me guérir moi-même avec des solutions naturelles, et donc on entend partout que l’on vilipende les solutions naturelles. Ca marche super, en fin de compte, regardez-moi. Attention, il faut de la volonté, il faut être tenace, il faut bien choisir sa thérapie. Quand on a envie d’arrêter, il faut continuer. A ces conditions-là, et que vous avez le mental pour, vous allez y arriver. Cependant, il y a peu de personnes qui ont ce mental. J’ai malheureusement une amie d’infortune qui a eu une leucémie. Elle a papillonné à droite et à gauche, on s’entretenait au téléphone, et elle en avait une bien moins grave que moi, et finalement, elle s’est mal auto-soignée. Elle a ainsi fait une chimio, une greffe de moelle osseuse, et elle est décédée. Ca a été un choc terrible pour moi. »

S’approprier la thérapie, selon Philippe.

Eric GANDON : « Est-ce qu’on pourrait dire, en fait, que dans la guérison, ce n’est pas seulement appliquer un protocole, c’est le ressentir, le vivre à fond. Ce n’est pas seulement appliquer les choses quoi, c’est au-delà de ça. »

Philippe : « Il faut s’approprier sa thérapie, s’approprier sa guérison. J’ai énormément travaillé sur le sujet, j’ai lu plein de livres, donc j’ai fini par me faire une idée de plus en plus précise sur ce qui allait fonctionner. A force de travailler sur la maladie, on en sort pas de sa maladie. Il y a un moment, je me suis dit, pour le moral, ce n’est pas bon, car on repense à sa maladie. J’ai fait des séances d’hypnose, et des séances d’EFT. C’est pour reprogrammer l’inconscient de façon à me projeter à la guérison. Je me voyais guérir. »

Eric GANDON : « Ce n’est pas vouloir la guérison, mais être la guérison. »

Philippe : « On peut peut-être parler du jeûne si tu le veux ? C’est super. Je n’ai pas d’autres mots, je savais qu’avec toi, ça allait bien se passer. Les chambres, ça peut sembler un peu cher, mais quand on profite tout ce qu’il y a aussi, on se rend compte que ce n’est pas cher du tout. La piscine est top. Le cadre est super. J’ai beaucoup apprécié ta façon de mener le jeûne, très professionnel. Beaucoup d’empathie, beaucoup de compression envers les autres, beaucoup de savoir en termes de naturopathie. J’ai encore appris avec toi, j’en savais déjà beaucoup, mais j’ai encore appris. Franchement, c’est top. C’est un des meilleurs jeûnes en France. »

« Tout le monde est super content, on a de vrais liens qui se sont crées entre nous. »

Eric GANDON : « Est-ce que tu veux rajouter un dernier mot ? »

Philippe : « Tout le monde est super content de ce jeûne, pour certain, ça a été difficile. Il se trouve qu’il fallait que j’évacue la chimio, donc j’ai une alimentation saine et entièrement biologique depuis que j’ai arrêté la chimio. Juste à titre indicatif, je n’ai pas pris un médicament depuis la chimio. Tout est à naturel, et ça fonctionne très bien. J’ai plus qu’à me re muscler. Pour les autres participants qui tournaient au sucre, ca a été plus compliqué. Le corps est en manque, et il faut faire un vrai sevrage. Tout le monde est super content, et on a de vrais liens qui se sont crées entre nous. Franchement, c’est super. »

 

A voir également :

Planning des cures de jeûne hydrique

Nous contacter ?

Les bienfaits du jeûne contre la leucémie lymphoïde.

 

Laisser un commentaire