22 décembre 2019

Le jeûne efficace sur les douleurs de spondylarthrite ankylosante. Centre de jeûne

7 jours de jeûne pour Noëlle. Elle s’oppose au nouveau Lévothyrox et mystérieusement vit bien son hypothyroïdie sans Lévothyrox. Elle accompagne sa belle fille qui souffrait de spondylarthrite ankylosante, hypertension, asthme…. Des résultats très encourageants et prometteurs. Plus besoins de béquilles, elle remarche normalement sans béquille en fin de jeûne.

La semaine de jeûne de Noëlle.

Eric GANDON : « Alors Noëlle, combien de jours de jeûne ? »

Noëlle : « Alors, j’ai commencé 1 jour avant de venir. Je suis à mon 7 ème jour de jeûne. »

Eric GANDON : « Elle était bonne la soupe ce matin ? »

Noëlle : « C’était délicieux, mais très difficile à avaler. On fait ça vraiment, comme on dit, en conscience et on apprécie. »

La raison de ce jeûne.

Eric GANDON : « Qu’est-ce qui t’as amené à jeûner ? »

Noëlle : « Je fais une hypothyroïdie importante. Je voudrais me passer de ce fameux médicament « Lévothyrox ». Ils risquent de l’étaler dans toute l’Europe et je me suis dit que non, c’était hors de question. J’en faisais venir d’Espagne, là ça me convenait. Sans lévothyrox, je suis en pleine forme. Normalement, d’après ce que je lis, je devrais être dans le coma. Je fais mon jardin à la maison, j’ai aucun symptôme. A part des insomnies, mais je pense que c’est dû à autre chose, au départ de mon mari. »

Ce que Noëlle a adoré durant sa semaine.

Eric GANDON : « Comment as-tu trouvé la semaine ? »

Noëlle : « C’était une semaine formidable. Je n’aurais jamais cru. Sans parler du jeûne, je dirais que c’était formidable. Tout m’a plu. L’ambiance, le groupe, on se sentait bien, on avait beaucoup d’affinité, tout ce qui nous entourait, toi, Agnès, François, Loïc, ton fils Jérémy, ça nous a vraiment aidé dans le jeûne. »

Une compagnie durant cette semaine ?

Eric GANDON : « Super, en plus, tu n’es pas venue seule ? »

Noëlle : « Non, je suis venue avec ma belle-fille. »

La raison du jeûne de sa belle-fille.

Eric GANDON : « Pourquoi elle jeûnait ? »

Noëlle :  » Elle jeûne pour une spondylarthrite ankylosante. Elle était vraiment dans des états où elle était obligée d’aller au travail avec des cannes, car elle n’arrivait plus à bouger. La suite, pour elle, c’était de finir en fauteuil roulant. Pour elle, le jeûne, ça a été superbe. Elle a beaucoup souffert de son dos, de ses jambes, et là, plus rien du tout. C’est l’apothéose pour elle. Elle n’a plus aucune douleur. Elle a fait 2 semaines de jeûne. »

Eric GANDON : « Les préparations aussi ? »

Noëlle : « Je ne sais pas, mais je sais qu’elle avait commencé une semaine avant, tout en ayant ses 4 enfants à donner à manger. Malgré ses douleurs, elle est heureuse et elle ne regrette pas. C’était difficile au niveau des douleurs car toutes les douleurs ressortaient. »

Eric GANDON : « Elle n’a plus de médicaments, là ? »

Noëlle : « Elle n’en prenait pas parce que les médicaments qu’elle prenait n’était pas bon pour elle. Ça la rendait malade. »

Eric GANDON : « C’est une chance de ne pas supportait les médicaments car je trouve que les personnes se soignent plus vite. Ils l’ont diagnostiqué quand la spondylarthrite ? »

Noëlle : « Il me semble il y a deux ans. Mais elle traînait beaucoup de douleurs avant. Ils ont découvert le gêne. »

Eric GANDON : « Merci d’être venu, je te souhaite un bon retour. »

Noëlle : « Merci à toi Eric, merci pour cette semaine, c’était formidable. En rentrant, je ferais des analyses et je suis persuadé que ma thyroïde aura descendu. »

 

Merci Noëlle pour se témoignage et ton courage.

4 mois après son jeûne, elle écrit :
« Tout va beaucoup mieux. Plus de douleurs ou très légères, sans comparaison, je revis. Je peux à nouveau assumer mon quotidien de mère célibataire de quatre enfants et ça, ça n’a pas de prix. »

A voir également :

Polyarthrite et jeûne.
Planning des cures
Combien de temps pouvons-nous jeûner ?

Posez vos questions ou vos commentaires dans le cadre ci-dessous