19 mai 2019

Ana jeûne pour soigner les ovaires polykystiques, l’insomnie et les douleurs.

Ana, 33 ans jeûne pour soigner ses ovaires polykystiques, son insomnie et ses douleurs. Elle découvre le développement personnel et les pistes à explorer pour sa santé.

La semaine de jeûne d’Ana.

Eric GANDON : « Comment ça va ? Combien de temps tu as jeûné ? »

Ana : « Ça va plutôt bien ce matin. Je me sens bien, physiquement ça va. Je n’irais pas courir, mais ça va. J’ai jeûné 7 jours. C’est la première fois que je fais ça. »

Les raisons de ce jeûne hydrique.

Eric GANDON : « Pourquoi tu jeûnes ? »

Ana : « J’ai jeûné, car j’ai des problèmes de sommeil, des ovaires polykysitques, des douleurs à la mâchoire, aux épaules. J’ai 33 ans, et les insomnies, je les ai depuis 3-4 ans, mes douleurs, c’est avec le sommeil je pense. »

Eric GANDON : « Tu as trouvé les origines de tout ça ? »

Ana : « Non, mais avec cette semaine, j’ai des pistes. De très bonnes pistes à explorer. »

Des améliorations durant cette première semaine ?

Eric GANDON : « Pour l’instant, tu as eu des améliorations ? »

Ana : « Sur le sommeil, j’ai arrêté mes médicaments. Je n’ai pas des nuits parfaites, mais je dors bien. J’arrive à dormir sans médicaments. »

Une préparation de 3 mois.

Eric GANDON : « Tu t’es préparée sur combien de temps ? »

Ana : « Alors, un jeûne intermittent pendant 3 mois, et au mois de janvier, 2 jours de jeûne par semaine, avec le réglage alimentaire. »

Eric GANDON : « Qu’est-ce que tu mets en place pour le réglage alimentaire ? »

Ana : « Je vais mettre en place la triade, et je vais continuer avec un jeûne intermittent. C’est un repas par jour. La veille d’un jeûne intermittent, je vois l’heure à laquelle je mange, et je décide de faire 18h ou 20h sans manger. Ce n’est pas trop dur, je ne suis pas fatigué, on tient bien avec un repas par jour, pour moi en tout cas. »

Ce qu’Ana a pensé de sa semaine et du lieu.

Eric GANDON : « La semaine t’a plu ? »

Ana : « La semaine était top. On a toujours des questions, on s’imagine des choses, après, on a des moments où c’est plus dur, d’autres où c’est moins dur. C’est même plus qu’une expérience. C’est un point de départ pour bien nettoyer, prendre conscience de plein de choses, avec tous les ateliers qu’on fait. C’était une semaine complète, et bien riche. Un chamboulement dans mon corps. »

Eric GANDON : « Tu as aimé le lieu ? »

Ana : « Le lieu est magnifique, j’adore la mer, j’habite en région parisienne. Mais là, on se lève, on voit la mer, c’est top. »

Eric GANDON : « Tu t’es déjà intéressée au développement personnel ? »

Ana : « Non, pas spécialement, mais je suis ouverte à tout. Je prends ce qu’il y a de meilleurs. C’est surtout la visualisation qui est très importante, après, je vais bien être concentrée sur tout ça.

Eric GANDON : « Tu as un dernier mot ? »

Ana : « Dernier mot… plutôt avant dernier mot même. Je me sens tellement privilégié d’être là, d’avoir eu la curiosité de chercher des informations sur le jeûne, je pense que les gens n’ont pas accès à l’information, et il y a tellement de gens en souffrance qui pourrait améliorer leur état. Je me sens vraiment privilégié, vraiment merci. Merci à toi et à Amandine, une bienveillance extraordinaire, pas de pression. Tout est ok. »

 

A voir également :

Jeûner pour fibrome utérin.

Planning des cures

Nous contacter ?

Laisser un commentaire