14 octobre 2020

Comment faire un jeûne hydrique de 28 jours avec facilité? Jacques explique le jeûne et l’esprit.

Jacques 77 ans, réalise un jeûne hydrique de 28 jours. Sa motivation première est d’améliorer sa vue et son ouïe.

 

15 jours de jeûne, et ce n’est pas fini !

Eric GANDON : « Comment ça va Jacques ? »

Jacques : « Après deux semaines, c’est impeccable. Je ne sens pas la différence entre la première et la deuxième. C’est-à-dire que, j’avais accusé un peu le coup, fatigue, perte musculaire, mais ça s’est stabilisé. »

Eric GANDON : « J’ai été étonné, car je t’ai vu assez bon pied, bon œil, pendant tes 15 jours de jeûnes. Tu as eu cette fatigue ou pas ? »

Jacques : « Oui, j’ai eu cette fatigue. Je dormais, car j’avais possibilité de dormir à tout moment, même pendant les cours, je m’endormais. C’était ma récupération. »

Jacques n’a pas eu de crise curative grâce à son expérience dans le jeûne.

Eric GANDON : « Est-ce que tu as eu, ce que l’on a souvent dans le jeûne, la crise curative ? »

Jacques : « Non, je ne l’ai pas eu. Je l’ai bien vécu. Il faut dire que j’en ai fait beaucoup, mais que des petits, 8-10-15 jours maximum. »

Les raisons de ce long jeûne.

Eric GANDON : « Là, tu vas dépasser ton maximum ? »

Jacques : « Oui, je vais le dépasser. Ma motivation était que j’avais une perte d’acuité visuelle, et auditive. Plutôt que de me faire opérer, ou appareiller, j’essaye le long jeûne. On verra, j’avais dans mon esprit, que 3 semaines suffiraient. Comment j’en fais 4, j’ai pris une petite marge à tout hasard. »

Une amélioration depuis ces 15 jours ?

Eric GANDON : « Aujourd’hui, 15 jours de jeûne, est-ce que tu as des améliorations ? »

Jacques : « Oui, sur le plan visuel, oui. Ce n’est pas encore extraordinaire, mais je distingue mieux ce qui n’était pas le cas auparavant. A trois mètres de distance, je ne vois rien. »

Comment le jeûne peut améliorer la vue ?

Eric GANDON : « Tu as une amélioration de la vue, pas au niveau de l’audition. Comment peux-tu expliquer que le jeûne améliore la vue ? »

Jacques : « C’est le principe du jeûne, la désintoxication, et le corps, une fois désencombrée, il retrouve ses capacités originelles, naturelles. Ce que j’ai, c’est une dégénérescence maculaire liée à l’âge. Ca veut dire que c’est encombrée, intoxiqué, par tout ce que l’on a pu accumuler de négatif. »

Eric GANDON : « Ca peut peut-être corroborer avec ce que nous dit la médecine chinoise, que la santé des yeux, est en lien avec la santé du foie. »

Jacques : « Tout à fait, ça me parle, car mon point sensible est le foie. »

Eric GANDON : « On sait que le jeûne améliore considérablement le foie, donc ça peut avoir une incidence sur les yeux. Dis-moi, tu as quel âge ? »

Jacques : « J’ai 77 ans. »

L’expérience de Jacques avec le jeûne.

Eric GANDON : « Tu sembles bien connaître le jeûne, tu pratiques le jeûne depuis combien de temps ? »

Jacques : « J’ai fait du jeûne intermittent, mais depuis 40 ans, avec un arrêt pendant 10 ans, où je faisais autre chose. J’allais aux Etats-Unis pour l’Institue Hippocrate où j’expérimentais l’alimentation vivante. »

Eric GANDON : « Comment tu as découvert le jeûne ? Tu fais ça depuis 40 ans, aujourd’hui, il y a plus en plus de monde qui s’y met, mais il y a 40 ans, c’était assez marginal non ? »

Jacques : « Oui, car j’ai eu la chance de côtoyer des naturopathes. J’ai accepté leur enseignement, car ça me parlait. J’ai fait des stages à travers l’école de yoga que je fréquentais, qui nous envoyait faire des stages tous les ans, chez un naturopathe, et on recevait des enseignements, des cours, mais on faisait également du jeûne. »

Un lien entre le jeûne et la spiritualité ?

Eric GANDON : « Il y avait un lien entre le jeûne et la spiritualité ? »

Jacques : « L’éveil de la spiritualité, oui. En fait, un corps encombré, encombre l’esprit. Il y a tout de même une confusion qui s’établit, ce n’est pas évident quand on est dans cet état permanent. Lorsque l’on jeûne, on s’aperçoit à quel point notre esprit était encombré, ça s’en va, et notre vision s’éclaircit. Notre cerveau n’est que l’intermédiaire entre l’esprit et le corps, il sert de relais donc nous sommes un esprit, une entité spirituelle. Nous prenons possession du corps, et nous l’utilisons pendant une durée de vie. »

Eric GANDON : « Donc si je comprends bien, le jeûne permet de nettoyer le corps physique, nettoyer le cerveau, et donc, on a une plus grande clarté cérébrale qui nous permet d’être mieux connecté à notre esprit. »

Jacques : « Par contre, ce qu’il faut comprendre, en tant qu’esprit, on décide de prendre possession d’un corps, ça sera notre véhicule pour expérimenter la vie en question, mais c’est également le véhicule à travers notre évolution spirituelle, et voir même, essayer d’atteindre, grâce à ce véhicule, un état d’éveil. L’état d’éveil, c’est ce qu’on appelle la libération, et la libération, c’est le chemin, l’aboutissement de retrouver notre dimension déiste, et surtout, retrouver notre libre-arbitre, notre autonomie. Nous sommes des êtres tout-puissant, omniscient, et comme disait Socrate ou Confucius : « connais-toi toi-même, et tu connaîtras le reste de l’univers. ». Mais c’est vrai, sans nécessairement apprendre, il y a une sorte de compréhension de l’univers que l’on acquiert arrivé à cet état. A partir de là, il n’y a plus aucune contrainte. La peur n’existe plus, et la confiance en soi s’établit. »

Eric GANDON : « Ce que l’on cherche un peu tous, c’est-à-dire cet état de bien-être, cet état où l’on se sent remplit, réalisé, est-ce que ça serait ce que tu dis ? »

Jacques : « C’est comme ça que je l’ai compris, et c’est comme ça que je l’ai vécu. Il y a probablement d’autres chemins, peut-être des aboutissements différents, car si on écoute ceux qui utilisent des hallucinogènes, ou des drogues, ils atteignent des états, mais je ne connais pas, je n’ai pas expérimenté, mais ces gens-là disjonctent un moment ou un autre. »

Eric GANDON : « Super Jacques, c’est vraiment intéressant. Comment tu vis ton expérience de jeûne par rapport à tes autres expériences ? »

Jacques : « Merci à toi, ça me fait plaisir de le partager. C’est la plus confortable. »

28 jours de jeûne pour Jacques !

Eric GANDON : « Jacques, super, 4 semaines ? »

Jacques : « Et oui, sans aucune difficulté. La goutte était mon point faible, avant les yeux, j’avais une faiblesse de ce côté-là. »

Eric GANDON : « Je voulais te féliciter, car tu as su prendre les choses comme elles venaient. Comment tu fais ? »

Jacques : « Je pense tout de même que j’ai un passé qui justifie ça. J’avais fait, durant longtemps, des jeûnes de 8-10 jours et une fois 15 jours. Ca aide, car on a plus les appréhensions du début. »

Eric GANDON : « Tu veux dire que durant tes premiers jeûnes, tu n’avais pas autant de faciliter ? »

Jacques : « Oui, j’étais comme tout le monde. Des maux de tête, de la nausée. C’était de l’inconfort, ce n’était pas dramatique. »

Comment s’est passé les 4 semaines de jeûne pour Jacques ?

Eric GANDON : « J’ai vu que, malgré tes petites douleurs, ça s’est bien passé ? »

Jacques : « Oui, sachant que de toute façon, ça ne va pas durer. Ca va se résorber, mais ça reste un point que j’aimerais résoudre, et comme tu me l’as suggéré, faire peut-être un drainage des reins. »

Eric GANDON : « Sinon, ces 4 semaines, comment ça s’est passé pour toi ? »

Jacques : « J’ai moi-même été étonné de la facilité. J’y ajoute une dimension, c’est la dimension de l’esprit. Ces 20 dernières années, j’ai beaucoup travaillé le spirituel, et le spirituel, quoi qu’on ne sache pas faire de rapport avec la santé physique, il est très important, et si tu n’es pas vulnérable psychologiquement, le mal reste une douleur physique, mais tu ne t’identifies pas à cette douleur du fait de ton détachement spirituel. C’est d’ailleurs pour ça que, une fois encore, je nomme l’institut Hippocrate, eux disent que la santé, c’est 25 % de l’alimentation, 25 % d’activité physique, et 50 % la psychologie. Tout le monde fait des efforts d’alimentation, mais qui gère ces 50 % de psy ? Ca, c’est le drame de notre culture occidentale. J’insiste beaucoup sur cet aspect, car il faut s’y intéresser. »

Jeûner chez soi ou jeûner en groupe, Jacques a pris sa décision.

Eric GANDON : « Tu arrives à jeûner chez toi ? »

Jacques : « Non. »

Eric GANDON : « Ca m’étonne, comment tu peux jeûner facilement ici, mais pas chez toi ? »

Jacques : « Je résiste à la tentation. Comme je suis toujours en extérieur, la tentation est permanente. Si je me mets à table avec des amis.. et fondamentalement, je suis gourmand. »

« J’ai fait, je ne sais pas combien de centre de jeûne… et tu es le mieux organisé. »

Eric GANDON : « Très bien, tu veux rajouter quelque chose pour la semaine ? »

Jacques : « Je voudrais te féliciter, car je te trouve très compétent. Tu as rôdé un système qui me semble très bien, j’ai fait, je ne sais pas combien de centre de jeûne, depuis que j’ai débuté dans les années 1970, tu es le mieux organisé. Surtout, tu arrives à occuper les gens, suffisamment, pour ne pas qu’il soit emporté par la déprime, donc cette occupation de l’esprit, et un petit peu d’activité physique, ça change tout, car tu n’as pas à aller t’isoler pour aller pleurer dans ta chambre. »

Eric GANDON : « Je te remercie Jacques. Bravo, et puis à la prochaine alors. »

 

Voir également :

Planning des cures de jeûne hydrique

Nous contacter ?

Jeûner avec facilité pendant plus de 2 semaines.

Posez vos questions ou vos commentaires dans le cadre ci-dessous