25 mars 2020

Cancer de la vessie grade 3 à 80 ans. Régénération de la vessie suite à un jeûne hydrique de 41 jours.

Fadma, venue faire une semaine de jeûne avec nous, raconte comment son papa de 80 ans a sauvé sa vessie avec 41 jours de jeûne hydrique. Il a également soigné une hypertension et un pré-diabète.

Le jeûne hydrique de Fadma.

Eric GANDON : » Combien de jours de jeûne ? Tu fais du jeûne sec en plus ? Tu te sens bien ? »

Fadma : » Je suis à 9 jours de jeûne. J’ai fait également du jeûne sec. J’ai fait exactement 4 jours de jeûne sec, et 5 jours de jeûne hydrique. Je me sens bien, ça a été facile. Pour l’instant, je trouve que le jeûne sec est plus facile que le jeûne hydrique. J’ai un peu de mal à boire. Je pense que le jeûne sec est plus fait pour moi. Malheureusement, on ne peut pas le faire à l’infini. Je ne bois pas une goutte d’eau. Je le fais à chaque fois que j’ai jeûné. Durant mes premiers jeûnes, j’ai fait quelques jours de jeûne sec, même problème, impossible de boire de l’eau. Mais tout va bien. »

Jeûner 41 jours à la maison, l’histoire de son papa.

Eric GANDON : » Tu as une histoire à nous raconter du coup ? »

Fadma : » Oui j’ai une très belle histoire à raconter. Il y a maintenant presque 2 ans, mon papa était diagnostiqué d’un cancer de la vessie, au grade 3. Effectivement, le pronostic n’était pas très bon. A l’époque, il avait 80 ans. Quand on nous l’a annoncé, c’était très compliqué. Très vite, il y a le moment où on est un peu sous le choc, après on passe à l’action. A titre personnel, on était un peu du même avis que mon papa. Pour nous la chimio c’était compliqué. On avait étudié également toutes les possibilités. On a vue avec le médecin et franchement, c’était pas terrible. Quand on l’a annoncé à mon papa, il a eu la même réaction que nous. La chimio et la radiothérapie, non merci, l’ablation, non merci. Mon père a une conception de la chimio et de la radiothérapie un peu comme… il ramène un peu les exemples à la terre. C’est à dire dans la terre, il y a des légumes qui poussent, il faut les couper, brûler, sans assainir à la terre, c’est pas une solution. Pour lui, son explication c’était : Bon qu’est-ce qu’ils vont faire pour assainir à mon corps ? Tout de suite, on a pensé au jeûne. Lui ne connaissait pas du tout le jeûne hydrique. On lui a alors proposé le jeûne hydrique. Il me dit : Ça, ça va me sauver. On s’est dit que c’était super, que c’était bien parti. Mais on ne lui avait pas tout dit. On lui dit alors que c’était uniquement à l’eau et la durée était de 40 jours. Il nous a dit alors : Pas de problème. Au final, il a fait 41 jours de jeûne hydrique. Pour nous, on ne se voyait pas le suivre. Mon papa, c’est quelqu’un qui nous est très très proche. On s’est dit que s’il ressentait des choses, on allait être, peut être, trop préoccupé, c’est pour ça qu’on t’a trouvé et Dieu merci, on a préféré se décharger de ça. C’était assez rigolo car on avait tellement étudié, surtout ma sœur, qui a avalé en un temps record, des bouquins sur le jeûne. A chaque fois que mon père avait une petite réaction, ma sœur essayait d’appliquer ce qu’elle avait lu. Quand on t’appelait, tu nous disais : C’est ça puis ça. Je regardais ma sœur je lui disais : Bingo! C’était un petit jeu entre nous. »

Des résultats positifs.

Eric GANDON : » Du coup, ça a fonctionné ? »

Fadma : » Oui oui. Déjà, il a fait 41 jours sans problème. Il a eu beaucoup de chances, il ne se plaignait pas beaucoup. Tout s’est très bien passé. Ensuite, il y a eu la reprise qui a été un peu longue, mais là aussi il a pris son temps. Après ça, il a tardé à voir le médecin. Il a fini son jeûne au mois d’août, il n’a vue le médecin qu’au mois de Décembre. Là, il le voyait pour la première fois car il est passé d’un Urologue à un Oncologue (plus communément appelé « Cancérologue »). Alors là, le médecin a bondi de sa chaise. Il était assez énervé. Nous tout ce qu’on voulait c’était la prescription pour qu’il puisse faire les examens. A partir de là, mon papa a fait un scanner. Là, on a appelé ma sœur, on l’a fait venir. Mon père s’est demandé pourquoi. On lui a dit : »Mais, le polype? ». Il nous a répondu : » Mais le polype a été enlevé ». C’est comme ça qu’on a découvert la maladie. Le médecin nous a demandé : » Il a fait quelque chose votre père en même temps ? ». On lui a dit : »Oui, un petit régime alimentaire ». Conclusion, on voit rien. Un petit épaississement des parois de la vessie, une petite trace et c’est tout. Il fallait donc faire par la suite une cystoscopie. Là, on a pris un rendez-vous avec un autre Oncologue. Quand il est allé voir ce médecin là, il lui a dit : » Ecoutez, avec la caméra, je n’ai absolument rien vue. Le petit épaississement de la paroi de la vessie, c’est juste une hypertrophie de la prostate. La petite trace, c’est l’opération (la résection du polype). Sinon, votre vessie est belle. »

La guérison du cancer de la vessie, mais pas que…

Eric GANDON : » Donc il est passé d’un cancer de la vessie grade 3, donc il fallait opérer d’urgence, à plus rien du tout, suite à un jeûne de 41 jours ? »

Fadma : » C’est ça. Maintenant tout va bien, à chaque fois sa vessie est de plus en plus belle apparemment. En plus de ça, mon papa n’a plus de problèmes… En fait, il avait un peu de diabète, bah maintenant il n’a plus de diabète. Il avait du cholestérol, eh bien il n’en a plus. Son indice glyquée est parfait. Tous les indicateurs sont bons. »

 

Le papa de Fadma a réussi à combattre son cancer de la vessie grade 3 et a ainsi retrouvé une bonne santé avec le jeûne et le changement alimentaire.

Voici également  :

Posez vos questions ou vos commentaires dans le cadre ci-dessous